Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

POURQUOI JE VOTERAI

« FRONT DE GAUCHE »

LE 10 JUIN PROCHAIN

par Jean LEVY

 

photo-jlCette prise de position va sans doute étonner plus d’un ami, et provoquer des réactions hostiles chez d’autres. En effet, la tonalité des articles publiés par  « canempechepasnicolas », fort critique à l’égard de l’orientation du PCF et de Jean-Luc Mélenchon, pouvait laisser entendre un vote « blanc » ou une abstention de ma part, lors du premier tour des législatives.

 

Aussi, faut-il expliquer les raisons de cette décision pour garder une cohérence entre les écrits et les actes.

 

Quel va-t-être l’enjeu primordial de ce premier tour ?

 

Le PS va-t-il, à lui tout seul – ou avec les Verts – obtenir la majorité absolue à l’Assemblée nationale ?

 

Cette hypothèse n’est pas exclue. Une telle majorité, destinée à soutenir en toutes circonstances le Président de la République et les décisions qu’il prendra, aurait vocation à jouer les « godillots », fermant ainsi la porte à toute mise en cause de la politique définie par François Hollande.

 

Or, chacun sait que des décisions essentielles vont, très rapidement, être prises sur l’Europe avec l’objectif d’enfoncer encore plus la France dans le carcan d’un fédéralisme accentué, réduisant davantage l’étroite marge de souveraineté qui lui reste. Il va s’en suivre une politique d’austérité pesant sur les couches populaires, encore plus drastique que celle que nous connaissons aujourd’hui.

 

D’autre part, la volonté guerrière manifestée par les dirigeants socialistes, à l’encontre de la Syrie aujourd’hui,  comme de la Libye hier, la participation accélérée revendiquée à l’Otan, avec l’objectif de participer aux opérations de brigandages au service des multinationales, montre le caractère extrêmement dangereux de la politique revendiquée par le nouveau pouvoir socialiste.

 

Si les élus de la coalition PS-Verts détiennent la majorité absolue, nul doute qu’ils voteront comme un seul homme, le plan de « Kollaboration » maudit,  prescrit par l’Allemagne. Et les élus du PCF et du Front de Gauche, réduits à la portion congrue, ne pèseront guères dans la balance.

 

Ils auront alors beau jeu de pousser des cris d’orfraies et de jouer à l’opposition…

 

Mais, si un groupe « PCF- Front de Gauche » peut, par le nombre de ses députés (mais aussi par le poids des millions votes recueillis), constituer une force indispensable à la constitution d’une majorité dite « de gauche », donc étant nécessaire à l’adoption des lois souhaitées par le pouvoir socialiste, les députés communistes et Front de Gauche seraient en mesure de faire capoter les désastreux projets gouvernementaux.

On m’objectera que dans cette position d’arbitre, les élus PCF et Front de Gauche, comme du temps de la « gauche plurielle », s’inclineront pour ne  « pas déclencher de crise », et qu’ils avaleront leur chapeau une fois de plus.

 

Certes, c’est un risque.

 

Il existe et constitue une donnée à prendre en compte.

 

Mais, par contre, une telle orientation créerait nécessairement une réaction extrême au sein du PCF et dans son électorat. Il mettrait en cause l’existence même du Parti communiste, tel qu’il existe aujourd’hui. Cette nouvelle situation pourrait permettre une réunification du mouvement communiste en France sur des bases de classe et de lutte contre l’impérialisme.

 

En cas inverse, le PCF s’opposant, vent debout, contre les projets du Parti socialiste, les conditions seraient crées pour la renaissance d’un véritable et puissant mouvement d’opposition populaire.

 

J’entends d’ici les ricanements de camarades, ironisant sur mes « illusions ».

 

Pourtant, rien n’est joué.

 

Dans un sens comme dans l’autre.

 

De nombreuses luttes se développent dans notre pays.

 

La victoire remportée par les ouvriers de chez Goodyear contre une puissante multinationale, une « première » depuis des décennies, montre que la résistance se renforce vis-à-vis du capital. Et qu’une telle évolution ne peut manquer d’engendrer des évolutions salutaires au sein même de forces, qui avaient lâché prise depuis 1981.

 

En votant dimanche pour les candidats du PCF- Front de Gauche, je joue la carte d’un avenir ouvert. Sans illusions, mais avec l’idée que rien n’est perdu d’avance quand on fait confiance aux luttes populaires.

Jean Lévy

Commenter cet article

Genestal Yvette 15/06/2012 09:32


Le problème est que nous n'avons pas de réponse à la question : " Le PCF participera-t-il au gouvernement ou pas ?  Quelle sera son attitude vis à vis du traité modifié par Hollande
?".  Dans le Front de gauche, le seul à se poser encore la question est le PCF.  Toutes les autres composantes ont répondu par la négative.  A sa lettre ouverte Action Communiste a
eu une réponse claire dans la 4ème circonscription de Seine-Maritime.  Là, les candidats communistes du Front de Gauche ( on ne sait plus comment les appeler ...) ont affirmé publiquement
qu'ils se prononçaient contre une participation gouvernementale avec un FDG minoritaire à gauche et contre le TSCG, même modifié.  C'est clair.  Ils ont aussi dit leur certitude d'une
décision du refus du PCF d'aller au gouvernement.  Puissent-ils avoir raison.  Ce n'est pas ce qui se dit dans toutes les réunions du PCF en Seine-Maritime.  Quant au groupe
communiste à l'Assemblée, il n'existera plus.  Ce sera un groupe "Front de gauche".    Yvette Genestal

Genestal Yvette 10/06/2012 09:54


Le problème est que nous n'avons pas de réponse à la question : " Le PCF participera-t-il au gouvernement ou pas ?  Quelles sera son attitude vis à vis du traité modifié par Hollande
?".  Dans le Front de gauche, le seul à se poser encore la question est le PCF.  Toutes les autres composantes ont répondu par la négative. Action Communiste a eu une réponse claire
dans la 4ème circonscription de Seine-Maritime.  Là, les candidats communistes du Front de gauche ont affirmé publiquement qu'ils se prononçaient contre une participation gouvernementale
avec un FDG minoritaire à gauche et contre le TSCG, même modifié.  C'est clair.  Ils ont aussi dit leur certitude d'une décision du refus du PCF d'aller au gouvernement. 
Puissent-ils avoir raison.  Ce n'est pas ce qui se dit dans toutes les réunions du PCF.  Quant au groupe communiste à l'assemblée, il n'existera plus.  Ce sera un groupe "Front de
gauche".  Yvette Genestal.

Roquet 09/06/2012 08:32


C'est vrai,ça,elle est honnête,la droite,elle votera gentiment les mesures d'austérité accrue que notre gouvernement de gauche aura le regret de devoir nous imposer,à cause du marché,de la
compétitivité,de la dette,de l'équilibre du budget et tout ça.Où vais-je chercher qu'elle serait capable de démagogie,la droite,et de faire mine de se soucier du sort des travailleurs en
s'opposant aux dites mesures d'austérité accrue ? Heureusement,nous serons là pour faire échouer la manoeuvre,pas question de mettre en difficulté notre gouvernement de gauche dans sa regrettable
obligation de nous serrer encore plus la ceinture,Mélenchon s'en porte garant,en notre nom. Roquet

Serge des bois 08/06/2012 21:00


La déclaration de Mélenchon concerne le refus de mêler les voix du FdG à celles de la droite, voire de l'extrême droite.


Quand on sait ce qu'est légalement une motion de censure, il est tout simplement impossible que la droite en dépose une pour s'opposer à des mesures accentuant la politique qu'elle a
menée.


Une telle motion ne pourrait exister que si la majorité socialiste décidait, par exemple, de faire siennes les propositions du FdG ! Il est bien évident que, dans ce cas là, il ne peut y avoir
convergence entre la volonté de la droite de s'opposer à toute mesure à caractère social, et l'engagement du FdG.  


Donc, effectivement, il ne peut pas voter de motion de censure présentée par la droite, ce qui ne l'empêchera pas de s'opposer aux mesures qui ne seront pas dans l'orientation souhaitée
(déclaration de C. Audouin et P. Laurent lors de la réunion de Naves la semaine dernière).


Quant à la position de J. Lévy, comme Caroleone, je ne peux que m'en réjouir et espérer qu'elle soit partagée par le plus grand nombre.


Fraternellement.

DIABLO 08/06/2012 22:34



Nous sommes bien d'accord, nous votons dimanche pour le "Front de Gauche" pour "peser" au maximum.


Comme lors de la présidentielle, on peut avoir des désaccords sur certains points du programme du FdG, c'est mon cas sur la question européenne, pour autant
ceal ne doit pas nous mener à une démarche abstentionniste particulièrement stérile lors de ce scrutin.


Amitiés


Diablo 


 



caroleone 08/06/2012 16:44


Bonjour Diablo,


 


Je suis allée commenter cette prise de position de Jean sur son blog....j'approuve forcément et c'est la voix de la raison ( enfin, je le pense)


Amitiés


 


caroleone

DIABLO 08/06/2012 22:35



C'est parfait Caro, c'est en effet plus opportun de commenter "à la source".


Amitiés,


Diablo



Roquet 08/06/2012 16:39


Encore convient-il de préciser,pour que la réflexion là-dessus puisse être plus exacte,qu'il n'est absoument pas prévu qu'il y ait un groupe parlementaire PCF-Front de Gauche.Toute référence au
PCF est absolument exclue,du moins en l'état actuel des choses.Et de rappeler que Mélenchon,même pas encore élu député,se comporte comme s'il avait la haute direction du groupe strictement Front
de Gauche en annonçant très fort (mais on n'en rien vu dans l'Humanité) que le groupe Front de Gauche ne votera en aucun cas la censure contre le gouvernement,fût-ce donc contre les mesures
d'aggravation de l'austérité que celui-ci prendra.Evidemment,rien n'est totalement joué puisqu'il y a là une inconnue : Mélenchon réussira-t-il son coup d'Hénin-Beaumont ? Il y a matière à
réflexion pour nos camarades communistes du Pas-de-Calais,et bien sûr pas que pour eux.Pour nos futurs élus,auront-ils la détermination de Jean-Jacques Candelier s'engageant clairement :"Le jour
où le gouvernement proposera un projet de loi qui n'ira pas dans le sens des travailleurs,je voterai contre".Le seul à avoir pris cet engagement,que je sache. Roquet

DIABLO 08/06/2012 22:39



Vous observerez que l'on peut très bien voter contre une loi présentée par le groupe PS sans pour autant voter une motion de censure (de la droite)
contre le gouvernement PS.


Amitiés,


Diablo