Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

poutine3.jpg

Çi et là, on entend des critiques sur le fait que Poutine auraît "lâché" les insurgés du Donbass en demandant à la Douma de remettre en cause l’autorisation d’intervention en Ukraine des troupes russes.

 

Ce geste de Poutine de retrait est, me semble-t-il, une "bonne manière" essentiellement destinée aux Européens chez qui il était en visite, en particulier en Autriche. Le fait est que Poutine l’a dit depuis le début, il ne souhaitait pas intervenir dans le territoire ukrainien, considérant que dans ce cas là il aurait contre lui tous les Ukrainiens.

 

La question de la Crimée est totalement différente, non seulement elle est russe avec une population qui majoritairement se définit comme telle, mais il s’agissait d’une République autonome dont le statut d’autonomie avait justement été remis en cause par un pouvoir putschiste. Et dont les autorités ont donc estimé que leur statut devait être soumis à référendum, ce qui fut fait. Le Donbass présentait un problème différent, les habitants souhaitaient un statut fédéral avec des régions présentant un dégré d’autonomie en matière économique et culturel, statut assez comparable à celui actuel de l’Allemagne. Le référendum portait là-dessus. Mais les Etats-Unis ont imposé une intervention armée contre ces gens, la venue de Joe Biden, du plus haut dirigeant de la CIA également a chaque fois coïncidé avec des intervention meurtrières appuyées par les troupes mercenaires de oligarques. Le caractère d’aide à la répression, à la formation de forces armées et policières qu’il s’agisse des Etats-Unis ou de l’Europe en leur nom témoigne d’un choix.

 

La situation s’est envenimée avec cette réponse et ce qui a alors été au centre des revendications des Républiques autonomes autoproclamées a été le changement de système, la fin des oligarques pilleurs.

 

La Russie pouvait fournir une aide qu’elle n’a pas manqué d’apporter en matière d’accueil aux populations civiles, convois humanitaires… L’afflux de combattants relève beaucoup plus d’un effet proche des brigades internationales que d’une intervention quelconque du gouvernement russe. Et le gouvernement russe a tenu bon sur une ligne qui est encore la sienne: nous ne laisserons pas massacrer les populations russes et nous réclamons un retour aux négociations, la fin de l’intervention militaire.

 

 

La stratégie de Poutine partait d’une analyse: les Américains tiraient les ficelles, après la manière dont les Russes avaient bloqué leur intervention en Syrie et en général vers l’Iran, les Etats-Unis avec les conseillers néo-conservateurs qui entourent Obama ont poursuivi deux stratégies: la première était de priver Poutine d’un accès à la méditerranée en créant la crise en Crimée ce qui aurait permis au pouvoir putschiste de prétendre les chasser de leur base. La seconde était de ne pas laisser l’Europe participer à un espace euroasiatique et donc d’isoler l’Europe de la Russie et de sa dépendance énergétique.

 

 

Donc Poutine a bien pris garde d’adopter une stratégie de partenariat à l’égard de l’Europe, en développant le dialogue. Il était de bonne guerre de sa part de profiter du contexte, les Etats-Unis empêtrés en Irak et la proposition de Porochenko de cessez le feu, même si celui-ci ne comptait pas ou n’était pas en état de le faire respecter, d’un voyage en Europe pour marquer la différence d’intérêts entre les Américains et les différents pays européens.Donc il lui importe de les détacher des Etats-Unis, l’UE a refusé de voter de nouvelles sanctions, sanctions qui ne gênent pas réellement les Russes alors même qu’Obama menace… Poutine joue sur cette contradiction en donnant des gages de bonne foi, qui sur le fond ne changent pas grand chose, vue qu’il y a eu viol des frontières russes et que Poutine dans ce cas est habilité à intervenir sans vote de la Douma.

 

 

Le cessez le feu est plus que fragile et les incidents se multiplient… Tiendra-t-il, ne tiendra pas, tout dépend de ce qu’aurons décidé les Américains, est-ce qu’il peuvent maitriser tous les feux qu’ils ont allumés ? Est-ce que l’Europe continuera à les soutenir, l’Allemagne et d’autres en ont assez de pratiquer une politique gouvernée par les seuls intérêts de Etats-Unis.

 

 

C’est une partie d’échec où il s’agit de ne pas faire ce que veut l’adversaire… De nombreux points ont été marqués, mais les problèmes sont bien réels. Il y a la situation de l’Ukraine qui se dégrade de jour en jour… Une course du pouvoir de Kiev contre la montre parce que la colère gronde dans toute l’Ukraine… A la limite, tout pouvoir en place dans le contexte actuel est menacé d’un nouveau maïdan et qu’il agisse ou n’agisse pas en menant l’assaut contre sa propre population il ne tient que par la seule volonté des Etats-Unis, avec un enthousiasme de moins en moins évident des pays européens. Personne n’a la clé d’une action idéale dans une situation qui est un vrai bourbier, mais pour le moment Poutine est le moins mal placé.

 

 

J’ajouterai qu’il a été obtenu de fait une négociation avec les insurgés que ne voulaient ni Kiev, ni les Américains (on ne négocie pas avec les terroristes est le mythe américain, quand on pense que les Etats-Unis les sponsorise), Au départ, dans le plan de Porochenko, il était question des "mercenaires russes" à qui on laissait le temps de partir, avec un refus total d’entamer la négociation avec les autorités des Républiques, autoproclamées, très rapidement de fait il y a eu négociation avec eux. On peut déduire de cela que la position du gouvernement de Kiev et de leurs maîtres américain n’est pas favorable, elle sera pire encore à l’automne. Quand le gaz sera épuisé, que les mesures d’austérité pèseront encore plus lourd et qu’ira se développant un mouvement antiguerre qui prend de l’essor, avec en particulier les mères qui réclament le retour de leurs enfants. De surcroit tout le monde a noté la décomposition de l’armée ukrainienne qui bénéficie seulement d’une logistique aérienne avec des Bombardements massifs touchant en priorité la population civile. Et sur ce plan l’aide des russes reste forte et marque leur rôle humanitaire…

 

Il faut suivre tout cela d’une manière très fine parce que la situation de l’Ukraine est catastrophique, les gens s’aperçoivent qu’on les a dupé avec l’idée de l’Europe, ils ne voient plus d’issue, la guerre civile est totalement impopulaire, d’où le recours aux bandes fascistes et à la répression dans le Donbass comme à l’interdiction du parti communiste….

 

 

C’est pour cela que désormais, l’aspect le plus vital pour le peuple ukrainien comme pour le peuple français est la lutte pour la paix, d’abord pour sauver les enfants du Donbass, ensuite contre l’aventurisme géostratégique qui ne sert que les intérêts capitalistes. Nous n’avons pas à juger des choix politiques des peuples mais nous avons à leur manifester notre solidarité… Je ne sais pas si le Donbass a ou non besoin de l’intervention de Poutine, mais il a un besoin urgent de notre intervention à nous Français comme à tous les peuples d’Europe. Ne serait-ce que parce que ceux qui provoquent partout ce chaos sont d’abord nos propres gouvernants.

 

Danielle Bleitrach

25 juin 2014

 

SOURCE

Commenter cet article