Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Pouvoir d’achat des retraités, accès aux soins, financement de la perte d’autonomie

 

Les pensions et retraites seront revalorisées de 1,3% au 1er avril 2013. Ce chiffre comprend l'inflation prévisionnelle pour 2013 établie par la commission économique de la nation à 1,2%, et le rattrapage de 0,1% au titre de l'année 2012.
 

 

N'oublions pas que la nouvelle taxe (CASA) de 0,3% s'appliquera à la même date pour tous les retraités imposables.
 

 

La prévision d'inflation retenue laisse perplexe.
 

 

La commission économique de la nation vient-elle d'inventer la «désindexation de l'inflation» ? Les partenaires sociaux ont négocié récemment la revalorisation des retraites complémentaires ARGIC- ARRCO sur la base d'une perspective d'inflation de 1,75% établie par la Sécurité Sociale, le projet de budget est établi sur la base d'une inflation de 1,8%. 0,5% se sont évaporés depuis. La conséquence est immédiate pour les retraités. Il aurait fallu au moins une augmentation de 1.7%, mais qui ne compenseraient pas la nouvelle taxe CASA, et l’augmentation de la fiscalité, conséquence du maintien des bases d’imposition sur le revenu, qui pose vraiment problème. Beaucoup de retraités vont se retrouver imposés dans la tranche supérieure, et plus grave, nombre de ceux qui avaient moins de 100 euros d’imposition vont passer cette barre, avec comme conséquence la non exonération de la taxe d’habitation, de la taxe foncière et audiovisuelle. Cette paupérisation des retraités, et notamment des basses retraites, est un des points majeurs qui nous mobilise.Car pour eux, les dépenses contraintes (santé, énergie, etc, secteurs qui ont considérablement augmenté) sont plus importantes que pour les autres catégories de population.
 

 

Par ailleurs, le président de la République s’était engagé à régler la question du financement de la perte d’autonomie en 2013 dans le cadre de la solidarité nationale, donc de la sécurité sociale. Or, dans une de ses dernières interventions, s’il évoque bien la solidarité, il parle également de «responsabilité individuelle». Traduction : le recours aux assurances privées et donc la marchandisation d’un secteur qui relève de notre point de vue de la santé et de la sécurité sociale. Charité nationale pour les plus pauvres, et pour les autres ??? Les familles ? Le fait que Luc Broussy, ex délégué général du syndicat national des maisons de retraite privées, soit auteur du rapport «Pour une prise en charge solidaire et pérenne du risque dépendance», nous inquiète plus encore.
 

 

Quand à l’accès aux soins, l’accord sur les dépassements d’honoraires les justifie, officialisant du même coup une médecine à deux vitesses.

 

 

Nous avons écrit aux parlementaires de la Corrèze, rencontré les deux sénateurs, Mme Bourzai et M. Teulade à qui nous avons exposé nos inquiétudes. Ils ont pris note de nos arguments pour interpeller le gouvernement et alimenter leur travail au Sénat. S’ils partagent assez bien nos analyses, ils ne nous paraissent pas en mesure de faire beaucoup évoluer les choses. Ils sont notamment partisans d’une réforme fiscale ambitieuse de nature à résoudre la question des moyens... mais nous ne la voyons pas arriver ! Nous avons également abordé avec M. Teulade la question de l’installation des médecins en milieu rural, dont on comprend mal la fixation sur des positions individualistes libérales. Concernant les déserts médicaux, nous serions pour plus de coercition vis-à-vis des médecins vers un engagement de service public.
 

 

Les décisions qui sont prises actuellement n’ont rien de rassurant pour l’avenir : prenons l’ANI sur la compétitivité et l’emploi que le gouvernement risque de signer tel quel. Ce sont les cotisations des actifs qui font les pensions des retraités. Si les actifs sont plus précaires, et s’il y a plus de chômage, il y aura moins de cotisants, donc moins de cotisations, encore plus de difficultés pour payer les pensions... et la réforme à venir sur les retraites risque d’être encore aggravée ! Nous sommes dans un système de répartition solidaire : tout est lié !

 

 

Pierre Leymarie
secrétaire départemental des retraités FSU de la Corrèze
Jeudi 28 Mars 2013

Commenter cet article