Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

degage-sarko-hollande.jpg

 

L’URCF a mené campagne, par sa position de boycott au premier tour, contre la monarchie élective instituée par la Vème République. Ce système élit, en orientant l’opinion publique par les sondages, un Président de l’UMP ou du PS d’apparence toute puissante, alors qu’il est en réalité la courroie de transmission du capital financier.

 

Le bipolarisme conduit au partage du pouvoir en alternance au gouvernement et dans les régions. Maintenant, les médias cherchent à « positionner » l’opinion publique pour le duel Sarkozy/Hollande, alors que les deux candidats ont le même positionnement en faveur du Capital, de l’Union européenne, des guerres de l’impérialisme français (Afghanistan, Libye et demain peut-être, la Syrie).

 

Ce sont ces deux partis qui ont conduit le camp du OUI au référendum sur le TCE (Traité constitutionnel européen), les mêmes qui ont voté, au seul Parlement, le Traité de Lisbonne.

 

Colère et mécontentement

 

Parlons tout d’abord de la forme dévoyée et liberticide de cette colère, qui s’est exprimée à travers le vote FN. Une partie des travailleurs a considéré que la source des maux quotidiens et durables a son origine dans l’immigration et se reconnait dans la diffusion du racisme. Sarkozy comme Président porte une lourde responsabilité par son recours au chauvinisme pour capter des voix au FN. Des électeurs ont préféré l’original à la copie.

 

La campagne montre que l’on ne fait pas reculer la réaction fascisante par les seules imprécations contre Marine Le Pen. Pour arracher les couches populaires au FN, il faut montrer que l’origine du malvivre et des difficultés se trouve dans le système capitaliste, y compris pour l’insécurité avec les divers trafics de morts : montrer que la classe ouvrière, immigrée et française, a besoin de son unité de classe pour vaincre le Capital.

 

Le vote Front de Gauche a exprimé une colère saine contre certaines conséquences du capitalisme, mais nous regrettons que la ligne de ce mouvement se situe dans le cadre de l’aménagement du capitalisme, dans le cadre des institutions de l’Union européenne.

 

Pour un langage de vérité

 

Sarkozy, on connaît. Tous les travailleurs mesurent l’ampleur des mauvais coups portés à la majorité de la population. Nous nous félicitons qu’il ait été désavoué par 4 électeurs sur 5 (y compris les abstentionnistes). Mais le caractère bipolaire de l’élection présidentielle conduit à un changement d’homme et d’équipe, pas à un changement de politique de classe.

Aux affaires, le PS a toujours trahi les espérances populaires : politique d’austérité dès 1982, politique néolibérale du gouvernement de « gauche plurielle » de Jospin avec le PCF et Jean-Luc Mélenchon (1997-2002).

 

Ce gouvernement a battu le record des privatisations (210 milliards de francs), a avalisé avec Chirac la déclaration du sommet de Lisbonne sur l’aggravation de l’austérité et le recul de l’âge de départ en retraite. Voulant rassurer la City (Bourse de Londres), dernièrement durant la campagne du 1er tour, Hollande faisait la déclaration suivante : « Mitterrand a nommé des communistes au gouvernement. Aujourd’hui, il n’y a pas de communistes en France… La gauche a gouverné pendant 15 ans pendant lesquels elle a libéralisé l’économie et ouvert les marchés à la finance et à la privatisation. Il n’y a pas de crainte à avoir ». Devant le tollé du Front de Gauche, Hollande a dû préciser , parlant du PCF : « Avant ils représentaient 20 à 22 %, aujourd’hui, il y en a 10 %, ça a changé sensiblement ».

 

Le message est clair, Hollande poursuivra la politique visant à satisfaire les marchés financiers et l’union impérialiste (l’UE). Comme en Grèce et l’Espagne, la crise, qui n’est pas seulement financière, mais celle du mode de production capitaliste, va se rappeler à nous après le 6 mai. Le PS constitue l’alternance dans le cadre de la gestion capitaliste à Sarkozy, nullement une alternative populaire, un véritable changement progressiste.

 

Les luttes, seule voie pour satisfaire les revendications

 

Quel que soit le Président élu, les travailleurs seront confrontés à une même politique d’austérité. Les rassemblements, actions politiques, grèves y compris générales, seront nécessaires pour satisfaire nos revendications (SMIC à 1 700 euros, retraite à 60 ans, hausse des salaires et pensions …).

 

Les communistes révolutionnaires et les travailleurs doivent renouer avec une vieille tradition du mouvement ouvrier : chasser du pouvoir les gouvernements antisociaux et antipopulaires dans la perspective du renversement du capitalisme.

Au nom du million de chômeurs supplémentaires, des 500 000 salariés qui ont perdu leur emploi industriel, des 8 millions de pauvres, il faut sanctionner et dégager Sarkozy aujourd’hui.

 

Dès le 6 mai, si Hollande est élu, l’URCF sera dans l’opposition révolutionnaire et anticapitaliste au pouvoir social-démocrate dans la lutte pour la révolution socialiste, l’établissement du pouvoir ouvrier et du socialisme.

 

Ni austérité de droite Ni austérité de gauche,

Aujourd’hui on dégage Sarkozy, Demain on dégagera Hollande !

L’Union des Révolutionnaires Communistes de France

Le 1er Mai 2012

 

Source 

Commenter cet article