Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Dans le seul but d’alimenter le débat, je publie ci-dessous, l’extrait du commentaire d’un de nos fidèles lecteurs sur un blog ami il y a quelques semaines  - Diablo -

lenine-FDG.jpg

…Sur le terme "gauchiste", il définit ceux qui, à l'époque et aujourd'hui encore, étaient plus prompts à taper sur le PCF que sur l'ennemi de classe, à savoir les Cohn-Bendit, July, Kouchner, etc. ...

 

Pour ce qui est du vote « Front de Gauche », je ne fais que proposer de l'utiliser comme tremplin afin de redonner un peu d'espoir et d'envie de militer à ceux qui n'en avaient plus.

 

J'entends et je partage toutes les méfiances concernant le candidat, mais je cherche quel moyen s'offre à nous (militants révolutionnaires) pour rester partie prenante dans le jeu politique, et c'est le seul qui me semble, à court terme, permettre une avancée.

 

… Seules les luttes ouvrières ont permis et permettront des conquêtes. En 1936, ce n'est pas le gouvernement mais les grèves qui ont fait évoluer la condition ouvrière, et en 1968, avec un gouvernement de droite, l'évolution du droit syndical dans l'entreprise (reconnaissance du droit à l'expression du syndicat) fut une avancée considérable, pour ne prendre que ces deux exemples.

 

Alors, restent les "purs et durs" du marxisme-léninisme qui ne s'abaisseraient jamais à un tel compromis. Là, je souris ... Je les renvoie aux écrits d'un certain Lénine : « renoncer d'avance à passer des accords et des compromis avec des alliés possibles (fussent-ils temporaires, peu sûrs, chancelants, conditionnels), n'est-ce pas d'un ridicule achevé ... » « Car enfin, il n'est pas possible d'ignorer que toute l'histoire du bolchévisme, avant et après la révolution d'octobre, abonde en exemples de louvoiement, d'entente et de compromis avec les autres partis sans en excepter les partis bourgeois ... »

(Lénine, œuvres choisies, Moscou 1947, tome II, pages 715 à 756).

 

Il est facile de se draper dans sa « conscience de classe » et de dire « la révolution ou rien ». Mais alors, il faut assumer le fait de permettre l'élection de la droite et de l'extrême droite, et oser dire que cela ne nous concerne pas.

 

Dernier point, mettre un signe d'égalité entre le PS et l'UMP est perçu comme ridicule par la majorité des électeurs de ce pays, rendant inaudible par elle l'ensemble des autres arguments que nous pouvons développer, quelle que soit leur pertinence…

 

La retraite à 60 ans, les 35 heures, l'abolition de la peine de mort ... ce fut le résultat d'un compromis qui, malheureusement, n'a pu être mené à son terme faute d'un mouvement populaire.

Serge des bois

 

Source : « Cocomagnaville »   

Commenter cet article

Serge des bois 09/04/2012 14:39


Bonjour Diablo,


J'aime beaucoup ton titre et ton illustration 


Tu reprends là un article qui m'a valu quelques insultes. Insulter, c'est facile et ça évite d'argumenter. S'en prendre à l'homme quand on est incapable d'attaquer ses arguments n'est pas
nouveau. En d'autres temps et d'autres lieux, nous savons où cela a mené !


J'attendais (sans doute encore un peu naïvement) que ceux qui s'opposent avec véhémence au vote FdG démonte mes arguments par une démonstration que leur culture de "vrais" révolutionnaires
devrait rendre sans appel ! Et bien non, rien, il est vrai que ce n'est pas si simple de venir dire que la réélection du monarque ne leur pose pas de problème.


Car la conséquence du non vote, quoique ses partisans en disent, aboutit à la réélection de la droite. "L'argument" qu'ils considèrent comme imparable étant : "le vote n'a jamais rien permis de
changer", s'appuyant sur le fait qu'en France le courant révolutionnaire n'a jamais pesé assez fort pour y parvenir. C'est confondre la cause (faiblesse du courant révolutionnaire) avec la
conséquence (il n'y a jamais eu de programme révolutionnaire mis en route).


En bons internationalistes que leur confère leur statut autoproclamé de "vrais militants communistes" (les autres n'étant bien entendu que des traîtres), ils devraient simplement regarder
ailleurs. Car Evo Morales ou Hugo Chavez, ils sont arrivés comment ? A la tête d'une armée révolutionnaire ? Ou ne sont-ils pas le résultat d'UN VOTE ? Ce vote,
n'a t-il pas eu des conséquences considérables sur la vie quotidienne de leur peuple ? Ce vote n'a t-il pas conduit aux nationalisations des entreprises pétrolières et aux redistributions de
terres aux paysans ? Et tout cela, malgré la présence et le poids des USA !!!


Comment peuvent-ils prétendre avoir une analyse cohérente en occultant tous ces faits pour ne pas avoir à les expliquer, puisqu'ils contredisent absolument leurs affirmations ? 


Travestir les faits, voilà leur seul moyen de donner un semblant de réalité à leurs propos. Il en est ainsi pour les propositions du FdG. Ils n'écoutent ni n'entendent ce que dit le candidat dans
ses meetings. Cramponnés à leurs certitudes, ils ne savent que répéter "révolution, révolution, révolution", sans donner le moindre début de commencement sur les moyens d'y arriver, ou plutôt, si
: l'abstention ou le boycott seraient pour eux le plus court chemin menant à la révolution !!!


Oui, le programme du FdG laisse des interrogations. Mais certaines ont été clairement levées par les affirmations et les précisions apportées lors des meetings, notamment le maintien dans l'UE et
l'Euro, puisqu'il a été clairement affirmé que le FdG refuserait d'appliquer les directives de Bruxelles (ce que la foule a validé au cri de "résistance").   Cette position rendra de
fait caduc le traité de Lisbonne, et obligera à sa renégociation.  


Pour ceux qui considèrent que la France n'aura pas les moyens d'y parvenir, ils oublient qu'en tant que 2ème contributeur au budget, cela lui confère un poids considérable. Sans la France, l'UE
n'existe plus, elle n'a plus de budget. Et en tout état de cause, ce cas de figure ne se produira que si le FdG remporte les élections. Ce qui, aujourd'hui, hélas, est loin d'être la perspective
la plus probable. Quoi que ...


C'est pourquoi je dis et j'affirme encore que nous n'avons rien à perdre à voter FdG et que la dynamique ainsi crée nous permettra de faire avancer les choses. Ce qui se produit d'ailleurs dès
aujourd'hui où le succès des actions du FdG (la Bastille, les meetings ...) obligent tous les candidats à revoir le contenu de leur campagne. Certaines actions dans les entreprises sont plus
fortes qu'avant, et des victoires, notamment sur les augmentations de salaires n'avaient pas été vues depuis des années. De même, les 2,3 % d'augmentation des retraites complémentaires ont
certainement à voir avec ce mouvement, car le MEDEF ne voulait pas entendre parler de plus de 1 %.   Sans cet élan créé par le FdG, la période électorale aidant, on peut penser que les
résultats n'auraient pas été les mêmes.


Enfin, et pour finir, je pense qu'une victoire du FdG aurait un impact considérable en Europe, notamment pour les pays où la politique de l'UE est la plus féroce (Grèce, Espagne, Portugal,
Italie), car elle offrirait enfin une alternative et une brèche dans laquelle pourraient s'engouffrer ces peuples, permettant de refonder sur des bases de solidarité la coopération entre
nations.  Peut-on, par sectarisme, nous priver de cette opportunité ? 


Cette vision de l'avenir n'est pas plus utopique que la sortie de l'UE et de l'Euro qui verrait se concentrer sur notre nation l'attaque de tous les pays capitalistes du monde.


Comme je l'ai dit au sujet de Robespierre, il est impossible de prétendre connaître l'attitude qu'aurait-eue tel ou tel révolutionnaire dans la situation que nous connaissons. Donc, je n'irai pas
prétendre que Lénine aurait voté pour le FdG. Je suis simplement convaincu qu'il ne s'en serait en aucun cas interdit la possibilité pour je ne sais quelle position de principe
...


Fraternellement.

DIABLO 09/04/2012 14:58



Merci Serge des bois pour ces arguments complémentaires qui me semblent judicieux. Le titre de mon article (et son illustration) est naturellement un clin
d'oeil.


Quant à ceux qui envisagent de "boycotter" l'élection ils ne semblent pas souhaiter s'exprimer ici. C'est leur choix. J'aimerai bien pourtant qu'ils viennent
argumenter (sans insulter, sinon la publication serait impossible ici) et contredire, si possible, point par point, ce que tu dis (et ce que je pense
globalement) dans le cadre d'un débat pluraliste des progressistes que j'appelle de mes voeux.


Salut et fraternité



caroleone 09/04/2012 09:14


Bonjour Diablo,


 


Il me semblait aussi que ça me disait quelque chose !!


Il a les bons arguments notre camarade, c'est sûr !!


Bon, ben alors, moi je suis un peu léniniste à mes heures, alors je devrais y regarder à 2 fois en effet !


 


Amicalement


 


caroleone