Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Chacun peut constater que dans les débats de la campagne présidentielle le mot « lutte »,  n’est jamais prononcé par les candidats.

Ils savent que la remise en cause du capitalisme passe les luttes, et comme ils sont tous d’accord pour le préserver, ils font tout, bien aidés en cela par les confédérations syndicales, pour les ignorer.

Mais la particularité de cette période électorale est que le niveau des luttes n’a jamais fléchi. Au contraire, les travailleurs se battent partout et dans tous les secteurs, salaire, emploi, conditions de travail sont au cœur des actions. C’est le cas chez P.S.A. à Aulnay contre la fermeture du site, à Sochaux où des débrayages ont lieu contre le renvoi des intérimaires, chez Renault pour les salaires. Lutte également chez Areva à Tricastin (Drôme), La Hague (Manche), à Lyon. Les travailleurs des fonderies du Poitou sont en lutte depuis Octobre 2011, ceux d’Arcelor Mittal à Florange depuis sept semaines, idem pour les travailleurs des raffineries. Dans les transports en commun, grève à Bordeaux, à Montbéliard, chez Kéolis dans la région parisienne, chez S.T.A. à Corbeil-Essonne en grève depuis deux semaines sur les salaires et l’emploi. A La Poste à Poitiers, Châtellerault, Rodez et dans de nombreux autres centres ou agences, les postiers se battent pour l’emploi et les conditions de travail. Le président de La Poste Jean-Paul Bailly vient de demander à Jean Kaspar (ex secrétaire de la C.F.D.T.) de lui rédiger un rapport sur le sujet. La compromission syndicale n’a plus de limite… On l’avait déjà remarqué avec l’implication de Nicole Notat (Ex secrétaire de la C.F.D.T.) dans la restructuration de la S.N.C.F.

Actuellement des mouvements nationaux se coordonnent chez les agents pénitentiaires, les Inspecteurs du travail. Dans l’enseignement, les luttes se poursuivent avec les parents d’élèves contre les fermetures de classes et les suppressions de postes d’enseignants. Une grève nationale est décidée le 25 avril prochain chez les TOS (Agents techniques de l’éducation nationale).

Des grèves dans les cliniques et les hôpitaux comme à Rodez, à la Pitié-Salpêtrière, à Saint-Quentin, au Creusot, à Nantes, à Fontainebleau, au Kremlin-Bicêtre.  Grèves  dans les papeteries à Quimperlé et Novillars (Doubs), grève encore dans l’informatique chez Thales Services à Toulouse et Elancourt (Yvelines), Technicolor à Angers (ex Thomson), dans la téléphonie chez Free Mobile ou la surexploitation du travail atteint les limites du supportable.

Citons ainsi l’aéroport de Lesquin dans l’action après les mouvements du 17-18 Janvier et du 22 Mars. Et encore celles de Paris-Normandie (presse), de la F.N.A.C. (commerce), sans oublier la lutte permanente des Fralib et des cheminots du fret ferroviaire.

La permanence des luttes depuis des mois démontre que l’on ne peut pas transiger avec le capital. Les candidats au pouvoir capitaliste savent que leur amplification est un danger. Alors… silence.

Quel que soit le résultat des élections,  les mauvais coups vont s’accentuer, notamment la remise en cause des contrats de travail, du code du travail, du système de santé, la baisse des salaires et les nouvelles mesures contre l’emploi. Pour y faire face, il faudra porter l’action à  un niveau encore plus important.

 

Source : « site communistes »

Commenter cet article

cotty 16/04/2012 19:39


Bravo camarades! le langage de la vérité paie! la lutte de classe est d'actualité! les élections terminées, le peuple devra payer l'austérité redoublée, pour accroître la plus value des
capitalistes.