Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

« Ce sont les masses qui font l’histoire »

C’est ce propos de Marx qui vient à l’esprit quand on voit la mobilisation qui s’organise autour de la campagne électorale de Jean Luc Mélenchon.

 

Comment ne pas être avec ces travailleurs des entreprises en lutte qui de Bastille en meetings expriment au travers de cette campagne leur désir d’un autre avenir que celui que le capitalisme voudrait leur imposer ?

 

"Rouges Vifs 13" est de ceux-là, même s’il a des interrogations et des critiques qu’il lui semble de sa responsabilité de faire partager :

 

Ainsi force est de constater que le programme partagé est bien en dessous du programme commun d’avant 1981 et même des 110 propositions qui avaient porté Mitterrand au pouvoir,

 

Il nous est difficile de croire possible la réalisation des ambitions affichées en l’absence de maitrise des banques, de la monnaie et des industries,

 

Il nous semble que la réorientation de la politique de la CEE est un doux rêve,

 

Difficile enfin de partager la forme qu’à prise ce front, où la dilution des identités dans le soutien à un homme aux qualités de tribun, fait passer à l’arrière plan la nécessité de « l’organisation » politique, organisation pourtant nécessaire pour espérer battre les serviteurs de l’impérialisme,

 

Mais le « fait majeur » est là : une grande part de ceux qui luttent, pousse cette candidature pour se réapproprier la politique.

 

Après des années de rupture entre le social et le politique, rupture née des déceptions créées par la gauche au pouvoir, les syndicalistes et nombre de celles et ceux qui s’étaient mobilisés pour dire NON à la constitution européenne, se saisissent de cette candidature pour dire haut et fort ce qu’ils refusent et le traduire en exigences politiques. Ils le font en espérant que se réalise, aujourd’hui, le rassemblement qui avait échoué après le référendum.

 

Certains observent, et ce n’est pas la moindre des questions pour nous, que la mobilisation ne touche pas encore la partie la plus écrasée de la classe ouvrière et en particulier celle qui, dans les quartiers et cités populaires est confrontée au chômage, aux discriminations et à la mal vie. L’abandon de celle-ci est trop ancien et la casse des conditions de vie trop forte pour qu’une campagne suffise à réduire la fracture.

 

Cela se traduit sans doute d’ailleurs dans des prévisions, qui elles échappent aux manipulations, et annoncent pour l’instant un nombre record de refus de vote.

 

Pour autant, au-delà du candidat et de la personnalisation à laquelle il contribue lui-même [1], au delà des jeux d’appareils qui sont autour de cette campagne, au-delà des craintes que l’on peut avoir sur de possibles arrangements électoralistes d’après présidentielles, c’est bien le mouvement qui doit retenir notre attention.

 

Il y a peut être une possibilité historique que le front populaire de notre temps que nous appelions de nos vœux dès avril 2005, se constitue 7 ans plus tard sous la poussée du peuple, à condition que celui-ci se garde des ornières citées plus haut et prenne la main sur la forme et le contenu de l’union.

 

Nous serions inconséquents de ne pas le voir et de ne pas aider en ce sens.

 

Quelles que soient les tribulations électorales (et les manœuvres sondagières), ce mouvement montre avec force que l’idée de rupture avec le capitalisme est vivace dans ce pays et qu’elle grandit dans cette mobilisation face à un système en crise. C’est bien cette volonté de rupture qui doit nous rassembler. « Nous voulons rompre avec le capitalisme » peut et doit devenir notre slogan commun.

 

Nous savons aussi que le soufflé peut retomber ou au contraire la machine s’emballer. Comme l’écrit un camarade « personne ne peut écrire aujourd’hui l’histoire des mois qui viennent ». A nous donc de saisir cet « os dans le gosier du Capital » et « nous intégrer à ce mouvement de releveurs de têtes pour peser de tout notre poids et de toutes nos tripes pour encourager nos camarades de "misère" à aller beaucoup plus loin, et, en premier lieu obliger les "tribuns" à faire gaffe à leurs miches, dans les semaines et les mois qui viennent. »

 

La chance de se mouvement sera justement de ne pas s’en remettre à un quelconque leader mais de se dire que, quelque soit le résultat électoral, il faudra peser plus fort pour ne pas subir à notre tour, après les grecs, les italiens, les espagnols et les portugais, les injonctions de la troïka.

 

Se taire sur les limites actuelles de ce rassemblement, serait contribuer à semer l’illusion.

 

Mais le nier ou douter de ce qu’il porte en germes, reviendrait à dire que nous ne voyons pas le mouvement et n’avons pas confiance en la capacité du peuple à transformer le monde : ce serait un comble pour les communistes que nous sommes !

 

[1] « Je me réjouis de voir que le mélenchonisme est entré dans le débat », « je suis une institution à moi tout seul »...

 

Source : "Rouge Midi"

Commenter cet article

Genestal 20/04/2012 10:18


Tout à fait d'accord avec ce texte de Rouge Midi.


Mais que ferons-nous pour mobiliser après les élections ou pendant contre le traité de stabilité européen ?


Yvette Genestal

cotty 20/04/2012 10:18


 


La frustration sera immense si après les élections, les promesses des candidats à la magistrature suprême, s'envolaient comme fleurs au vent.Un espoir d'une grande profondeur  a pris forme
parmi les sans voix avec la candidature de Mr Mélenchon.Mais soyons réaliste, s'il est un devoir de voter pour celui qui sert de catalysateur à la désespérance et la souffrance de notre peuple.
Il n'en demeure pas moins que la profonde division de la partie la plus consciente face à l'intense lutte de classe qui se vit en ce moment. Il est vital pour notre peuple de s'unir sur
des objectifs ant-capitalistes... L'heure est à l'action multiforme de celles et ceux qui ont  le courage et l'abnégation de défendre une cause juste. Salutations fraternelles. jean-Louis