Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Le texte ci-dessous m’a été adressé par un lecteur fidèle d’EL DIABLO en commentaire d’un article.
Je le publie ici en « tribune libre » : qu’il puisse être commenté par les lecteurs ! 

Une petite réflexion d'un militant communiste sur ce qui préoccupe nombre d'entre nous en ce moment : peut-on voter « Front de Gauche » aux présidentielles ?

A titre personnel, je voterai « Front de Gauche » au premier tour sans remords ni état d'âme.

Je lis, ici ou là, que ce serait déchoir pour un militant révolutionnaire que de voter « Front de Gauche ».    Qui voudra bien m'expliquer pourquoi ?

La question de base est : pourquoi militons-nous ?   Personnellement et modestement, que ce soit en tant que militant syndical ou politique, mon but a toujours été, et demeure, l'amélioration des conditions d'existence de ceux qui vivent de la vente de leur force de travail.

Si j'ai choisi la voie qui mène au communisme, c'est simplement parce que c'est la seule qui me semble offrir la garantie que ces améliorations seront durables et pourront s'approfondir au fur et à mesure des avancées de la science.

De cela découle ceci : mon but n'est pas d'instaurer une société communiste, mais l'instauration d'une société communiste m'apparait  aujourd'hui comme le seul moyen d'assurer le développement de toutes les capacités de l'homme en harmonie avec la nature dans laquelle il vit.

Un militant socialiste russe, d'avant Marx (Tchernycheveski) disait déjà : « l'action politique, ce n'est pas un trottoir de la perspective Nevski », c'est à dire qu'il ne s'agit pas d'une belle route bien droite, toute tracée et sans embûches.    Au contraire, les chausse-trappes ne manquent pas sur la voie menant au communisme.      Une des premières et des plus graves pour un militant révolutionnaire est de prendre ses désirs pour la réalité, et notamment ne pas mesurer le niveau réel de combativité des masses auxquelles il s'adresse. Ce niveau de combativité est nécessairement précédé par le niveau de compréhension, par ces masses, de la réalité économique et politique dans laquelle elles évoluent. 

Pour ce qui nous concerne aujourd'hui, dans notre pays, pouvons-nous prétendre que ce niveau est prérévolutionnaire ? Doit-on attendre qu'il le devienne ou doit-on agir pour qu'il le devienne ?  A l'évidence c'est la deuxième partie de cette alternative qui me semble être la bonne.     Donc, comment faire pour que les choses évoluent dans le bon sens ? 

Je considère le vote « Front de Gauche » comme le seul moyen actuellement à notre disposition pour aller dans ce sens. Dans un premier temps, il permet, si le résultat est bon, de montrer qu'il existe encore dans ce pays un nombre important de gens qui veulent que les choses changent et qui sont prêts à sa mobiliser pour cela.

Le programme du « Front de Gauche » ne va pas assez loin ? La belle affaire ! Combien y-a-t-il de chances pour que Mélenchon soit élu et qu'il mette ce programme en application.  Donc, le contenu insuffisant du programme n'est pas la question de l'heure.     Mais, on peut se servir de ce programme pour dire : oui, une autre politique est possible, battons-nous ensemble pour y arriver !

Yvon Chotard, vice-président du CNPF (ancêtre du MEDEF) déclarait en son temps « on ne gouverne pas la France de la même façon quand le PCF fait 10 % ou     20 % des voix aux élections.  Disant cela, il mettait en avant ce que le PCF (c'est à dire le courant révolutionnaire) représentait comme potentiel de « nuisance » dans l'application d'une politique conforme aux intérêts du capital.

Ce qui reste de ce courant, que cela me plaise ou non, est aujourd'hui incarné dans cette élection par le « Front de Gauche ».  Ce n'est pas à lui que « je donne ma voix », c'est pour que ce courant retrouve une vigueur qu'il a perdue.  Ce n'est pas la finalité, c'est le premier pas dans la reconquête nécessaire de l'influence du courant révolutionnaire dans notre société.

Je suis persuadé que de ce résultat, le mouvement communiste, s'il veut bien passer sur ses divisions internes et chercher ce qui l'unit, peut reconstruire une vraie perspective d'avenir.

Partir de ce qui nous unit en oubliant ce qui nous a divisés, avec comme seule motivation : le désir d'œuvrer pour le bien de la classe que nous prétendons représenter.

Lénine l'a dit : « rien (sinon la bêtise) n'interdit les accords, même avec les partis bourgeois, s'ils sont fait dans le but d'améliorer la conscience des masses ».

(voir le chapitre « jamais de compromis ? » Lénine, œuvres choisies, Moscou 1947, pages 734 à 744).

Conçu comme tel, le vote « Front de Gauche » est totalement compatible avec une doctrine "pure et dure" du léninisme.

C'est un outil et, comme avec tous les outils, le résultat obtenu ne dépend que de celui qui l'utilise.

Bien entendu, comme le dit Diablo : « ce texte n'engage que son auteur et  "publication ne vaut pas approbation »...

 

 

 

Fraternellement.
Serge des bois

Commenter cet article

GQ 06/02/2012 21:41


Un succès de Mélenchon serait-il analysé comme un succès du PCF, dans le sens où l'entendait Yvon Chotard ? pas sûr. Même si je ne vois pas pour qui voter d'autre, en fait d'outil ça me fait
penser à un marteau en cahouthouc. Pas plus dangereux qu'un succès de Besancennot ou d'Arlette (à eux deux 10% en 2002 quand même ...).