Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Tribune libre

Regardez les tous ! Ils rivalisent d'effets de manches pour attirer la clientèle électorale à eux.

Aucun d'entre eux n'a retenu la leçon de 2002 et de 2007.

Le scénario est en passe de se reproduire du côté des socialistes.

A les entendre, ils faudraient une nouvelle union sacrée, pour faire face à la crise du système capitaliste.

Les socialistes, toujours à l'affut du pouvoir, c'est leur côté existentiel, redonnent donc dans les couplets du "serrer les rangs" pour posséder le pouvoir.

Ils s'adressent non pas  au  PCF et de ses alliés dans le cadre du Front de gauche, mais à partir de leur vieil atavisme vers les centristes, comme dans les périodes tristes de notre histoire (guerre froide, guerre d'Algérie, plan Marshall, CECA puis communauté européenne et j'en passe) où il fallait faire passer les saloperies du capital.

Ils comptent aussi rallier des gaullistes en perdition (voir Royal).

Le tout dans une ligne antisarkozisme qui n'a que comme but que de l'effacer du pouvoir et de prendre sa place pour continuer, tout compte fait, une politique guère différente que celle menée par le pouvoir actuel (à part le côté autoritaire et d'extrême droite que cultive Sarkozy et sa bande).

Mais en dehors de cela, quelle est la différence?

L'épaisseur d'une feuille à cigarette !

J'ai titré mon article : les Papandréou(s) français. Pourquoi ?

Tout simplement, parce qu'il faut s'y attendre, les candidats-es socialistes en puissance d'être  investis-es pour les présidentielles, feront la même politique que Papandréou en Grèce: se coucher devant les exigences du FMI, de la communauté européenne, et en premier lieu des représentants français du CAC 40.

Regardez-les, écoutez leurs discours: c'est du sang et des larmes pour les travailleurs à travers la réduction de la dette à 3 % en 2013 avec des réductions drastiques de salaires, de retraites, de droits à la santé, de services publics etc.

Ils sont tous d'accord pour prendre ce chemin, que ce soit Hollande devenu l'ami des Chirac, Aubry dont on oublie pas qu'elle fut l'adjointe de Gandois l'ancien président du CNPF (MEDEF) et maitre des forges lorrains, Royal et ses intonations marquées vers le centrisme, Valls qui, à un moment, cherchait sa place chez Sarkozy, sans parler de l'inénarrable Lang toujours prêt à rendre service à cette droite au pouvoir par des missions qui lui ont été confiées, de même Rocard.

Les primaires socialistes comme les gesticulations d'autres candidats au centre et à droite ne sont qu'un moyen d'éviter que l'on parle du fond: celui du projet qui peut modifier la donne, cette donne actuelle dont il faudrait se défaire au plus vite car elle est mortifère pour le peuple et particulièrement les jeunes, les salariés, les retraités.

Les socialistes ont en plus le toupet de présenter "leurs primaires" comme celles de la gauche; il faut dénoncer cette tromperie qui n'a d'ailleurs qu'un sens perpétuer cette élection présidentielle au suffrage universelle pour élire un monarque pour cinq ans.

Cela impliquera de le dire tout au long de la campagne et de mettre les taquets comme on dit et ces taquets doivent être clairement exprimés par le PCF et le Front de Gauche.

Il faut face au capitalisme le dépasser et cela ne se fait pas avec des mots et des envolées oratoires mais par des actes précis.

C'est de cette manière que le débat peur prendre une autre tournure que celui d'une élection digne des concours de beauté (qui n'en sont pas d'ailleurs vu les figures usées de ces crampons  de la politique).

Bernard Lamirand

Source : « ber60 »

 

Commenter cet article