Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

sudipto-gupta-PCinde.jpg

La mort tragique de Sudipto Gupta, leader communiste du mouvement étudiant indien, a suscité une indignation légitime parmi la communauté étudiante de l’État du Bengale occidental ainsi que dans tout le pays.



Les poncifs sur la « première démocratie du monde » récemment vanté par Hollande de voyage en Inde peuvent faire sourire dans un pays aux si fortes inégalités, où 800 millions de personnes vivent avec moins de 2 $ par jour et où le système de castes est toujours prégnant.

 

La mort du leader de la branche du Bengale occidental de la Fédération étudiante indienne, aile étudiante du Parti communiste d'Inde (marxiste) en révèle une autre facette : celle de la brutalité policière.

sudipto-gupta-PCinde-b.jpg

Sudipto Gupta menait campagne pour l'organisation d'élections étudiantes dans l’État auxquelles s'oppose le gouvernement dominé désormais par l'adversaire historique des communistes dans l’État : le Trinamool Congress.

 

Les forces de police avaient ce 2 avril brutalement réprimé une manifestation du syndicat étudiant à Calcutta, arrêtant plusieurs étudiants tout en les rouant de coups. Selon plusieurs témoins, Sudipto aurait alors subi plusieurs coups d'une violence extrême, à la tête notamment.

Selon la police, le leader étudiant serait malencontreusement tombé d'un bus, sa tête heurtant un réverbère, chute à l'origine de sa mort. L'autopsie a révélé au contraire une mâchoire brisée, des fractures crâniennes ainsi que des blessures sur l'ensemble du corps, toutes préalables à sa mort.



Confronté à un mouvement d'indignation trans-partisan du côté des étudiants et de la population, le premier ministre du Bengale occidental a qualifié cette affaire de « peccadille », d'accident malencontreux.



La réponse des étudiants bengalis a été massive avec une grève de 12 heures dans l’État lancée par le syndicat étudiant, reprise par le Parti communiste localement, ainsi qu'un blocage pendant 15 minutes des principales routes de l’État.

Les principales universités de l’État ont également été bloquées, notamment celle de Calcutta, tandis que le cortège funéraire a été suivi par une foule massive de plusieurs milliers de personnes dans les rues de la capitale de l’État.



« Les étudiants ont répondu spontanément face à l'agression honteuse du gouvernement régionale contre un mouvement démocratique »a insisté le secrétaire général de la Fédération étudiante indienne.



Dans ce bastion historique du mouvement communiste indien, la mort d'un jeune leader étudiant communiste a suscité naturellement la réprobation ferme du Parti communiste indien (marxiste) :



« Le bureau politique du PCI (m) condamne fermement l'assassinat d'un leader étudiant, Sudipta Gupta, en garde à vue, à Calcutta. Leader de la Fédération étudiante indienne, il demandait avec un certain nombre d'étudiants l'organisation d'élections étudiantes dans l'Etat. La manifestation se déroulait avec une permission policière préalable.



L'explication apportée par la police de Calcutta n'est pas du tout crédible. Il faut une enquête judiciaire sur l'incident. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités, face à une situation où l'exercice pacifique de nos droits démocratiques fondamentaux n'est pas toléré ».



La lutte continue en Inde pour le respect du droit à l'expression d'une protestation légitime face à un ordre social qui maintient encore des centaines millions d'Indiens dans la misère, la discrimination, les privant de leurs droits démocratiques et sociaux fondamentaux.

 

Article AC

Lu sur Solidarité Internationale PCF 

 



Commenter cet article