Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Comme il fallait s’y attendre et malgré les « coups de gueules » factices du gouvernement Hollande, les 8000 suppressions d’emplois chez Peugeot, la fermeture du site d’Aulnay, sont confirmés et approuvés par le gouvernement. Et pourtant, le ministre Montebourg s’est fâché « tout rose » à l’annonce du plan de casse Peugeot et le président Hollande annonçait le 14 Juillet qu’il n’ « accepterait pas le plan en l’état ».

 

Ces faux semblants, ces postures en trompe-l’œil se transforment aujourd’hui en nouveaux cadeaux aux patrons du groupe. 490 Millions d’euros de fonds publics vont être utilisés pour accompagner les décisions de Peugeot. Peu importe les 8000 salariés mis à la rue pour satisfaire aux objectifs de rentabilité du groupe Peugeot et Hollande s’entendent comme larrons en foire, il suffit de quelques rencontres et ils se mettent d’accord pour faire payer aux salariés et au peuple leurs décisions communes.

Et ce n’est pas tout, ils veulent aller plus loin, le gouvernement annonce de « nouvelles mesures pour aider la filière automobile » qu’il présentera à la rentrée. Le pire est à craindre… Sauf si les luttes se développent, car on a bien compris que c’est la seule voie à suivre pour s’opposer aux objectifs de Peugeot et du gouvernement, son fidèle allié.

 

Les salariés de Rennes et d’Aulnay commencent à réagir, mais une fois de plus, les centrales syndicales laissent faire.

 

On les savait dévouées au « dialogue social », elles confirment chaque jour qui passe leur alliance objective avec le capital. Aucune n’appelle à la lutte, toutes s’inscrivent dans la gestion des plans de licenciements qui se multiplient. La CFDT est satisfaite des décisions gouvernementales concernant l’automobile, la CGT n’est « pas contente », elle s’attendait à « des décisions plus audacieuses », à « arrêter le dumping social », à « geler le plan Peugeot », à « associer les salariés aux décisions ».

 

La fédération de la métallurgie CGT lui emboite le pas en réclamant « le développement des prêts à taux zéro pour les jeunes ». Quel bonheur pour les patrons ! Mais toutes les centrales syndicales se sont prononcées pour la désignation d’un « expert » pour examiner les comptes du groupe.

 

Ainsi, toutes évitent le débat sur les causes réelles de la casse de l’industrie automobile : l’exploitation capitaliste, la recherche du profit maximum qui conduit inévitablement aux suppressions d’emplois, à la baisse des salaires, à la suppression des acquis sociaux. Cette position politique des centrales syndicales a pour but de freiner pour gérer les décisions dans la « paix sociale » en bons « partenaires ».

 

Il ne reste aux travailleurs que les luttes qu’ils seront en capacité de mener. D’autant plus que la casse de l’industrie automobile est l’arbre qui cache la forêt.

 

Après PSA, Alcatel annonce la suppression de 5000 emplois, la construction, l’industrie pharmaceutique, Air France, le commerce, les banques, les assurances disent vouloir faire des « économies » en supprimant des milliers d’emplois. 5000 emplois sont détruits chaque mois dans l’industrie. Au total 135 000 vont disparaitre en 2012 dans tous les secteurs d’activité sans compter ceux annoncés récemment. Evidemment, personne ne parle des profits réalisés par les grands groupes, ni des fonds de réserves accumulés pour investir dans les pays à « bas coûts », ni des cadeaux fiscaux, sociaux, ni des fonds publics engloutis dans ces entreprises. Tous évitent le sujet parce qu’ils sont d’accord pour poursuivre cette politique.

 

Mais jour après jour les masques des adeptes du « changement » tombent, les luttes ne faiblissent pas malgré la période des congésIl faut les amplifier sans attendre.

 

Source : "site communistes"

Commenter cet article