Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

mercier-C-.jpg

Capture d'écran Canal +

 

Lu sur le blog « Mille communismes » édité par Médiapart :


L'ouvrier syndiqué CGT d'Aulnay mouche une représentante de l'aile droite de l'oligarchie... Et c'est bon !


Je suis tombé hier sur « Le grand journal » de Canal + que je trouve en général assez détestable car extrêmement dans l'air du temps. Il y avait là l'inénarrable Mme Morano mais face à elle se trouvait le camarade Jean-Pierre Mercier, militant LO et représentant CGT des ouvriers de l'usine d'Aulnay.


Comme à chaque fois qu'un ouvrier ou simple salarié fait face à l'un des clowns grimés du capitalo-parlementarisme, c'est le prolétariat qui mouche la bourgeoisie. C'est arrivé avec le facteur Besancenot en 2002 et 2007, c'est arrivé au Guilvinec avec ce pauvre Sarkozy peu après son élection et c'est arrivé, enfin, lors d'une émission pourtant sur mesure avec l'ancien président sur TF1, face à un syndicaliste brestois.


Pourquoi cela ? Parce que, sans aucun doute, la parole ouvrière et/ou populaire est arrimée au ras du réel des gens les plus humbles de ce pays, au ras de ce qu'ils vivent. C'est exactement ce qui s'entend dans les paroles de Jean-Pierre Mercier aujourd'hui comme dans celles de Charles Hoareau en 1995 ou dans celles de Piaget de LIP dans l'après-68. Et bien que LO ne prise pas particulièrement Jean-Paul Sartre, c'est bien à lui aussi que renvoie cet affrontement verbal entre un ouvrier d'Aulnay et une représentante des fondés de pouvoir du capital qui trustent l'Etat. Sartre sur son tonneau devant Billancourt disait que c'était aux intellectuels à apprendre des ouvriers ; c'est ce qu'illustre Jean-Pierre Mercier, après d'autres.


Le camarade Mercier est populiste diront nos élites autoproclamées inféodées à loi d'airain post-maastrichtienne. Populiste car il dit ce qui ne peut être entendu par les vendus au capital, qu'ils soient de droite ou "de gauche". Populiste car rebelle refusant de marcher dans les clous plantés par la nécessité capitaliste.


Tout à coup éclate une parole politique qui tranche. Qui dit l'évidence opiniâtrement gommée par nos capitalo-parlementaires et leurs larbins notamment médiatiques qui, eux, ne savent que ressasser le même vide en acier trempé post-thatchérien.


Face à une parole ouvrière en situation, nos bien nourris corrompus des lambris de la République ne savent donc plus quoi dire. Voilà la démocratie authentique qui leur explose à la figure : celle où un vaut un et où la parole d'un ouvrier vaut au moins autant que celle du ministre Montebourg, par exemple (sinon davantage). Nos parlementaires s'étaient habitués à choisir leurs adversaires en miroir, à savoir les représentants de la lèpre lepéniste (avec lesquels Mme Morano n'a aucun problème pour s'entendre) qui eux servent les puissants en faisant tout pour détourner les ouvriers de la lutte des classes. Du reste, M. Mercier n'est pas un adversaire mais bel et bien un ennemi du patronat et de ses laquais parlementaires. C'est en cela qu'il faut le saluer.


De ces affrontements, il y a une leçon à tirer : la classe ouvrière n'a pas besoin de représentantcravatés pour parler en son nom et nos hiérarques socialistes font bien d'aller montrer patte blanche au MEDEF. Les prolétaires font toujours trembler les puissants de papier !


Commenter cet article

caroleone 06/09/2012 18:10


Voir la morano se faire moucher par un ouvrier c'est top.....d'ailleurs tous les blogs militants l'ont repris.


Bravo JP


 


bises


 


caro