Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Le Monde annonce de bonnes nouvelles de l’Union européenne 

par Jean Lévy


Daté du 12 juillet 2012 , le quotidien du soir barre sa Une d’un titre choc :

« Zone euro : la sortie de crise déjà menacée »

Et d’énumérer à la suite cinq sujets justifiant les menaces qui planent sur l’Union européenne :

« Deux semaines après le sommet de Bruxelles, les blocages se multiplient ».

« En Allemagne, la Cour de Karlsruhe retarde le processus »

« A Madrid, la recapitalisation des banques accroît la dette »

« Mariano Rajoy devra affronter la colère des épargnants espagnols »

« A Paris, la ratification du traité budgétaire plus difficile que prévu » 

 

Et d’expliciter sur deux pages  ces sources d’inquiétude.

En Allemagne même , maillon fort des réformes prévues lors du sommet des 28 et 29 juin,  la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, qui devait examiner six plaintes déposées contre le pacte budgétaire et le mécanisme européen de stabilité (MES), a demandé « deux à trois mois de délais » « retardant d’autant la mise en œuvre du MES ».

Ce qui, selon Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances « n’a pas hésité à dramatiser la situation et provoquer des incertitudes notables sur les marchés ».

 

D’autre part, en ce qui concerne l’Espagne « le plan d’aide aux banques espagnoles, qui sera opéré par l’intermédiaire de l’Etat, aura pour effet d’alourdir sa dette ».

D’où un nouveau plan d’austérité drastique, qui soulève la colère populaire, au moment où les mineurs en grève développent leur action de masse contre le pouvoir.

Le Monde ajoute que le voisin ibérique, le Portugal, soumis lui-même à de nouvelles mesures qui frappent de plein fouet la population,  « se rebiffe » Sans attendre, les médecins et l’ensemble du personnel de santé ont cessé le travail deux jours durant.

Et Le Monde note :

« Mais cette fois, les Portugais ne sont plus disposés à se laisser faire. La colère monte ».

En fait, ils ont déjà manifesté en participant massivement à des grèves générales et à des manifestations géantes en novembre dernier et en 2012.

 

Comme si cela ne suffisait pas, toujours selon Le Monde, la ratification des nouveaux traités européens s’avère plus difficile que prévu en France. Non seulement les délais envisagés ne pourront pas être tenus, mais des réticences, voire des oppositions se font jour dans la majorité présidentielle et jusque au sein du Parti socialiste. Des élus PS, telle la sénatrice Marie-Noelle Lieneman,   annoncent un vote hostile de leur part.


Et Le Monde d’évoquer une fronde de « l’aile gauche du parti »…à l’unisson de 23 députés du SPD, qui, en Allemagne ont voté contre le pacte de stabilité budgétaire.


De toute manière, en France, le Conseil  constitutionnel doit au préalable se prononcer sur la conformité des textes présentés - la fameuse règle d’or, qui soumettrait le budget français à l’approbation préalable de la Commission européenne -  avec notre Constitution.


Certes, le recours éventuel à un référendum est écarté par notre classe dirigeante, droite et « gauche » confondues. Car comme l’écrit le quotidien du soir, le référendum « est exclu car le souvenir du « NON » de 2005 est encore trop douloureux, et une consultation populaire est jugée trop risquée ».


Donc, rien ne s’est réglé définitivement lors du dernier sommet de Bruxelles.

D’où l’inquiétude du Monde.

Et notre espoir que, comme en 2005, notre peuple aura le dernier mot.

 

Jean Lévy

sur son blog

Commenter cet article