Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

"On" regrette l'URSS, la période stalinienne, M. Thorez ou G. Marchais, le programme commun. Et ceci avance à quoi ? En quoi est-ce révolutionnaire ?

Beaucoup observent l'évolution économique et sociale de la Chine et se posent bien des questions, or le 20° siècle n'a pas produit les critères d'appréciation hormis le capitalisme

 

C es regrets montrent une nostalgie de la camaraderie dans les luttes est-ce une raison pour s'enfermer dans un passéisme stérile ? A ce propos une phrase de K. Marx dans une lettre en date du 14 septembre 1870 retient notre attention : "Le malheur des Français, même des ouvriers, ce sont les  " grands souvenirs " ! Il faudra une fois pour toute que les évenements brisent ce culte réactionnaire du passé " !

 

Il est vital et urgent de rejeter cet état d'esprit et cette inaction, car, si l'étude des évènements passés est nécessaire pour faire l'apprentissage de l'histoire, la recherche de chemins nouveaux s'impose avec urgence.

 

Fondamentalement qu'est-ce que le socialisme ?

 

C'est une phase transitoire entre la société capitaliste et la société future envisagée comme communiste. Mais toutes ces désignations au singulier sont la marque d'une idéologie métaphysique, il n'y a que des sociétés capitalistes, il n'y aura que des phases transitoires, il n'y aura que des sociétés socialistes!

 

Une société socialiste est encore une société capitaliste mais en voie de dépérissement. S'y côtoient des entreprises capitalistes et un secteur progressiste d'entreprises collectives, socialisées pour faire disparaitre la hiérarchie des rapports sociaux en interne (c'est une des phases capitale qu'ont évité les nationalisations).

Le capitalisme ne se laissera jamais déposséder sans combattre,

 

Tant que Subsistent les vieilles pratiques liées au capitalisme (l'Individualisme égoïste, le goût de paraître supérieurs aux autres, le désir de possessions individuelles hiérarchisant, etc.) les risques de retour seront toujours grands, le passé nous l'a montré !

 

Le capitalisme malgré lui a dû redistribuer de la plus-value, dans une société en mouvement. Avec le socialisme cette redistribution sera bien plus large pour financer toutes les avancées sociales, en bridant l'enrichissement privé tiré de l'exploitation de la force de travail.

 

Dans cette phase de mutation de société, l'Etat joue un très grand rôle, il doit donc être sous contrôle populaire permanent dans son rôle législatif, les syndicats et les associations doivent jouer pleinement leur rôle de contrôle et de dynamique révolutionnaires.

 

Une société socialiste est bien entendu révolutionnaire puisqu'elle met fondamentalement en cause le capitalisme et met en mouvement la société, son degré de réformisme dépend des luttes populaires. Nous ne devons pas confondre ce type de réformisme avec celui de la sociale-démocratie ni avec le réformisme liquidateur des " élites " du PCF qui acceptent le capitalisme comme société indépassable de la fin de l'histoire humaine.

 

Notre objectif : Une société communiste par une voie socialiste.

 

Notre outil : le Marxisme avec la liaison constante de la théorie et de la pratique dans tous ses aspects, (la praxis).

 

Une société communiste : c'est la disparition des antagonismes de classe, la redistribution sociale des fruits du travail, la possibilité pour chacun de développer toutes ses potentialités, " c'est la fin de la préhistoire humaine ".

 

Tout ceci requiert une construction rigoureuse pour une programmatique précise et stimulante associant les masses populaires, car il est absolument nécessaire de rendre cette société suffisamment attractive pour la rendre indépassable, ce ne peut pas être par des méthodes autoritaires bien entendu !

 

A notre époque le capitalisme cherche de nouvelles pratiques qui lui permettront de résoudre ses contradictions nées avec la financiarisation des économies mondialisées, dans le but bien entendu d'extorquer toujours plus de plus-value, pas seulement par l'exploitation de la force de travail mais aussi sur tout ce qui peut rapporter, y compris en ponctionnant sur les impôts ou la sécurité sociale

Ce court exposé nous amène à poser la question de la reconstruction révolutionnaire de la force communiste dès maintenant.

 

Depuis des décennies des camarades se sont levés pour résoudre cette crise politique devenue manifeste, après la chute de l'URSS, mais comme nous l'avons écrit en tête de cet article, ces forces se sont cramponnées au passé, croyant réagir aux dérives d'un parti qui ne porte plus que le nom de communiste; celui-ci sombre dans un humanisme verbeux dont se sont moqués depuis deux siècles toutes les forces progressistes du pays, c'est un canard sans tête mû par des courants sociaux-démocrates et des idéologies religieuses abâtardies à qui le marxisme et le matérialisme ont fait un sort depuis longtemps.

 

Retourner impérativement à nos théories et pratiques révolutionnaires pour définir les buts et les programmes compatibles avec l'histoire, les changements profonds du capitalisme, les nouvelles formes d'exploitations, les mutations de sociétés. Ce travail marxiste ne peut être que collectif et l'aide de camarades économistes s'impose pour des analyses et des résultats pratiques et théoriques ; si cela reste académique, nous aurons persévéré dans la complicité de classe.

Question : Comment et avec qui entreprendre ce nécessaire travail ? Nous sommes tous concernés.

Michel MELINAND

Décembre 2011

Source : « Unité Communiste »

 

 

Commenter cet article