Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

cgt-ratp.jpg

 

Communiqué de presse

Depuis le début de l’année, la CGT oeuvre à combattre le projet de réforme gouvernemental sur les retraites.

Ce projet n’est ni juste, ni efficace. Il concerne l’ensemble des salariés qu’ils soient du secteur privé, public ou ressortissants d’un régime spécial. Le coeur de la réforme aura des conséquences néfastes sur l’ensemble des salariés et particulièrement ceux qui auront eu une carrière incomplète, notamment les femmes.

Alors que notre pays, ruiné au sortir de la Seconde Guerre mondiale, a été en capacité d’inventer puis de mettre en place un système de protection sociale solidaire, nous ne pourrions pas aujourd’hui, alors que la France est une des cinq premières puissances économiques au niveau mondial, le financer !

Au prétexte de « sauver le système par répartition », cette réforme vise à diminuer significativement le niveau des pensions et contraindre, ceux qui en auront les moyens, à se tourner vers des systèmes complémentaires d’assurances privées, donnant une place toujours plus grande à la capitalisation individuelle qui sera, à terme et comme cela s’est fait dans d’autres pays, le prétexte à conduire vers un système par capitalisation.

L’inefficacité et l’iniquité de cette réforme renforce d’autant le besoin de la combattre. En refusant d’élargir l’assiette de cotisation aux revenus des marchés financiers, aux bénéfices des entreprises, à une réforme de la fiscalité des entreprises, à la suppression du « bouclier fiscal », le gouvernement fait peser plus de 80% des efforts sur les salariés au prétexte d’une crise économique dont ils sont nullement responsables.

Pour nous, l’élargissement de l’assiette de cotisations cumulé à une augmentation significative des salaires et au développement de l’emploi sont les seules mesures de nature à pérenniser le système et nos régimes de retraites ; cela implique que d’autres choix politiques soient faits, et ce, sans attendre les échéances électorales de 2012.

À la RATP, nous dénonçons la politique salariale menée dans l’entreprise. Avec 0,25% d’augmentation du « point d’indice » (en masse) pour l’année 2010 et une prévision de 0% d’augmentation pour 2011, c’est autant de « manque à gagner » pour le financement de notre protection sociale, de nos retraites.

Pour ce qui est de l’emploi, la direction de la RATP prône une productivité contre l’emploi qui amène pour l’année 2010 la suppression de 730 postes, se cumulant à ceux déjà supprimés ces dernières années. C’est autant de cotisations en moins pour nos retraites, c’est autant de portes fermées pour les jeunes en attente d’un emploi.

C’est au regard de ces éléments que la CGT-RATP, partie prenante

dans les initiatives et mobilisations,

revendique une autre réforme des retraites.

Les actions engagées depuis le début de l’année (23 mars, 27 mai, 24 juin, 7 et 23 septembre et 2 octobre) ont permis un élargissement de la mobilisation au niveau national comme à la RATP où l’ensemble des Organisations Syndicales rejette le projet gouvernemental.

L’autisme gouvernemental face à la réalité du mécontentement social nous amène à proposer aux agents de notre service public de monter le ton, le niveau de la mobilisation.

A la RATP, les agents sont appelés à se réunir pour décider collectivement des suites qu’ils souhaitent donner à l’action collective du 12 octobre et ses suites.

Pour cela, la CGT-RATP met à disposition

des agents un préavis de grève illimitée

à partir du 12 octobre,

appelle à l’élargissement des mobilisations

comme à la reconduction du mouvement.

Nous exigeons :

-Comme plus de 60% des salariés, l’ouverture d’un grand débat national sur une nécessaire réforme des retraites, plus juste, efficace et portant des mesures pérennes ;

À la RATP :

- l’arrêt de la politique de productivité contre l’emploi,

- La mise en oeuvre d’une autre politique salariale par l’augmentation de 3,2% de la valeur du point d’indice par an sur six ans,

- La mise en oeuvre de mesures compensant la pénibilité due aux conditions d’exercice de nos métiers et à nos missions de service public pour les agents embauchés depuis le 1er janvier 2009.

Nous appelons l’ensemble des agents de notre entreprise publique

à se mobiliser et à combattre l’injustice de cette réforme

qui n’a d’égale que notre détermination à imposer d’autres choix !

Paris, le 4 octobre 2010

Commenter cet article