Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

prcf-bandeau01

Pour détruire la République une et indivisible héritée de la Révolution et lui substituer l’Europe des régions (si possible « transfrontalières »…), pour transformer les conseils municipaux en comités des fêtes supervisés par les « métropoles européennes » (Paris, Lyon, Marseille…), pour liquider la nation et mettre en place l’Empire européen piloté par Merkel, pour instituer l’« Union transatlantique » exigée par Obama et par ses groupies du MEDEF, pour liquider la fonction publique territoriale et les services de proximité qu’elle rend aux Français, nos « élites » politico-médiatiques frappent à tour de bras sur le « millefeuille administratif ». Ce « mal français » (sic) est accusé d’ « empiler » sans fin les niveaux de responsabilités et de coûter cher au contribuable.

 

 

 

Alors, faut-il supprimer les départements (risqué ! On a vu récemment que nos compatriotes alsaciens tenaient à cette structure républicaine) ? Raboter encore et encore le pouvoir des communes ? Faire en sorte que l’Etat-nation se désengage toujours plus de ses missions de service public ?

 

 

 

C’est ce que réclame le Manifeste du MEDEF, qui appelle à « reconfigurer les territoires » pour édifier les « Etats-Unis d’Europe, notre nouvelle patrie ».

 

 

C’est ce qu’exige – et sur quel ton ! – la Commission de Bruxelles qui vient de dikter à son petit télégraphiste de service, François Hollande, un plan d’ajustement structurel à exécuter en deux ans : au programme, la casse des statuts professionnels, l’extinction insidieuse des retraites par répartition, la réduction de la fiscalité des entreprises et, cerise sur cet indigeste gâteau maastrichtien, le « choc de simplification » du maillage territorial français. Objectif inavoué de Barroso, de Gattaz et de Jean-Mark Euro : permettre aux monopoles capitalistes de contourner totalement les nations, mettre en concurrence les régions à l’intérieur du territoire ex-national, en finir au passage avec ces vestiges issus du Conseil National de la Résistance : le statut national des fonctionnaires (créé par Thorez), le bac et les diplômes nationaux (« trop chers ») et les grilles salariales NATIONALES des conventions collectives. Avec en prime, l’évaporation des marchés locaux et du marché national : car les PME qui en vivent ne pèseront pas lourd quand elles seront soumises à la « concurrence libre et non faussée » que seules les transnationales pourront soutenir à l’échelle régionale et transcontinentale. Et tant pis si à l’arrivée, les « petites gens » qui encombrent tant nos villes subissent des « rationalisations de moyen » telles qu’il leur faudra faire des kilomètres en voiture (avec essence chère et stationnement payant !) pour accéder aux rares services publics centralisés dans les « villes-centres » : des milliers de postes en moins à prévoir derrière les guichets de la Sécu, des préfectures, de la Poste, d’EDF et de la SNCF, etc.

 

 

 

Nous, militants franchement communistes et républicains, sommes pourtant fort sensibles à l’argument fiscal de MM. les euro-décentralisateurs et nous disons nous aussi qu’il faut tout faire pour « réduire le millefeuille » et « décentraliser » notre vieil Etat « jacobin », « franchouillard », « franco-français » et pour tout dire « hexagonal ».

 

 

Pour cela, c’est très simple : conservons et démocratisons le bon vieux triptyque républicain institué par la Révolution : la Commune, le département et l’Etat nation – qui sera libre de mettre en place, comme l’ont fait en Amérique latine Cuba et le Venezuela, de nouveaux traités internationaux progressistes respectueux de la souveraineté et des acquis de chaque pays : car le véritable inter-nationalisme (populaire) diffère autant de la Supranationalité impérialiste que l’intercommunalité choisie diffère de la supra-communalité imposée qui corsète aujourd’hui nos communes.

 

 

En revanche, supprimons sans pitié les Communautés d’agglo, qui strangulent les communes, refusons catégoriquement les Métropoles, qui cancérisent les départements, démantelons les Euro-régions, qui désarticulent la nation ; et surtout, surtout, destituons la ruineuse UE qui chaque année nous coûte 18 milliards d’euros alors que ne reviennent en France (et encore, il faut dire « thank you » et « Danke schön » pour toucher une petite partie de NOTRE argent) chaque année que 9 milliards dont l’usage est contrôlé par Bruxelles et ne peut, de fait, servir à réindustrialiser notre pays.

 

 

Supprimons du même coup les coquets émoluments que s’attribuent, non pas les fonctionnaires territoriaux et nationaux – dont les salaires sont bloqués – mais les féodaux du PS et de l’UMP qui règnent sur les euro-régions. Et transformons les énormes « hôtels de région » en appartements pour les mal logés.

 

 

Une telle suppression du « mille-feuille » peut s’effectuer en un éclair ; et pour filer la métaphore pâtissière, liquidons aussi dans la foulée le « statut spécial » de l’Alsace-Moselle en matière de laïcité : Marianne n’a pas à régler le traitement des curés, pasteurs et autres rabbins qui hantent les écoles publiques de Metz à Strasbourg en violant la loi de 1905 (« la République ne reconnaît ni ne salarie aucun culte »).

 

 

Tout cela génèrerait de grandes économies que l’on pourrait réinvestir dans la reconstitution – entre autres – du service public de l’Equipement : celui-ci pourrait de nouveau entretenir correctement le réseau routier national ; ou d’une SNCF enfin dotée des moyens de sécuriser le matériel roulant et les infrastructures. Des « nationales » plus sûres, des trains arrivant à l’heure, comme avant Maastricht, voilà qui donnerait du tonus et de la « compétitivité » à l’économie nationale…

 

 

Bref, supprimons la partie du millefeuille qui détruit notre pays et qui, de fait, le re-centralise à l’échelle continentale. Ce ne serait pas encore la révolution, certes, mais ce serait un coup d’arrêt à la destruction des acquis de 1945… voire à ceux de 1789-94 !

 

 

 

Voilà le débat très politique qui pourrait être au centre des prochaines municipales si les citoyens veulent à cette occasion élire un maire qui soit plus qu’un président de fanfare municipale !

 

 

FLORéAL 

 

pcf-aime-pays.jpg

une affiche éditée en 1979

Commenter cet article