Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

castro.jpgL’article le plus dévastateur que j’ai lu récemment sur l’Amérique latine a été écrit par Renan Vega Cantor, professeur titulaire de l’Université pédagogique nationale de Bogota, qui l’a publié voilà trois jours sur le site web Rebelion sous le titre de : « Échos du Sommet des Amériques ».

 

Il est bref et je ne dois pas en faire une version. Les intéressés le trouveront au site indiqué.

 

J’ai mentionné à plus d’une reprise l’accord infâme que les États-Unis ont imposé aux pays latino-américains et caribéens en fondant l’Organisation des États américains (OEA) à l’occasion d’une réunion des ministres des Affaires étrangères tenue en avril 1948 à Bogota, où, par pur hasard, je me trouvais alors pour tenter de mettre sur pied un congrès latino-américain d’étudiants dont les objectifs clefs étaient la lutte contre les colonies européennes et contre les sinistres tyrannies instaurées sur notre sous-continent par les États-Unis.

 

Jorge Eliécer Gaetan, l’un des plus brillants leaders politiques de Colombie, qui était parvenu à unir toujours plus fortement les secteurs les plus progressistes du pays opposés aux visées yankees, et dont nul ne doutait de la prochaine victoire électorale, avait offert son appui à ce congrès étudiant, mais il fut lâchement assassiné. Et sa mort provoqua la rébellion qui a duré tout au long de ces cinquante dernières années.

 

Les luttes sociales existent depuis des millénaires, dès que les êtres humains ont pu disposer par la guerre d’un excédent de production pour satisfaire leurs besoins vitaux essentiels.

 

L’esclavage physique, la forme d’exploitation la plus brutale, durait encore, on le sait, voilà un peu plus d’un siècle dans certains pays, dont le nôtre jusqu’à l’étape finale du pouvoir colonial espagnol.

 

Aux États-Unis mêmes, l’esclavage des descendants d’Africains s’est prolongé jusqu’à la présidence d’Abraham Lincoln, et l’abolition de cette forme d’exploitation brutale est intervenue à peine trente ans avant qu’à Cuba.

 

Martin Luther King rêvait de l’égalité des Noirs aux États-Unis voilà à peine quarante-quatre ans quand il fut lâchement assassiné en avril 1968.

 

Notre époque se caractérise par l’avancée accélérée de la science et de la technologie. Que nous en soyons conscients ou non, c’est cela qui détermine l’avenir de l’humanité, car il s’agit d’une étape absolument nouvelle. Ce qui prévaut dans tous les recoins du monde globalisé, c’est la lutte réelle de notre espèce pour assurer sa propre survie.

 

Dans l’immédiat, tous les Latino-Américains, et en particulier notre pays, seront concernés par le processus en cours au Venezuela, berceau du Libérateur d’Amérique.

 

Inutile de répéter ce que vous savez tous : les liens étroits de notre peuple avec le peuple vénézuélien, avec Hugo Chavez, promoteur de la Révolution bolivarienne, et avec le Parti socialiste uni qu’il a créé.

 

L’une des premières actions lancées par la Révolution bolivarienne a été de faire appel à la coopération médicale de notre pays, un domaine où celui-ci s’est gagné un prestige spécial, ce que reconnaît aujourd’hui l’opinion publique internationale. Le Gouvernement bolivarien a créé des milliers de centres dotés d’équipements de haute technologie pour soigner le peuple. De son côté, Chavez n’a pas choisi de cliniques privées coûteuses pour se soigner ; il a mis sa santé aux mains des services médicaux offerts à son peuple.

 

Nos médecins ont aussi consacré une partie de leur temps à la formation de médecins vénézuéliens dans des salles que le gouvernement a dûment équipées pour ce faire. Le peuple vénézuélien, indépendamment de ses revenus personnels, a commencé à bénéficier des services spécialisés de nos médecins, au point de devenir l’un des mieux soignés au monde, et ses indicateurs de santé se sont ostensiblement améliorés.

 

Le président Obama le sait parfaitement, au point qu’il l’a commenté avec certains de ses visiteurs et qu’il a même avoué franchement à l’un d’eux : « Le fait est que les États-Unis dépêchent des soldats et que Cuba, en revanche, envoie des médecins. »

Chavez, un leader qui n’a pas pris une minute de repos en douze ans et qui possède une santé de fer, a été pourtant touché par une maladie inattendue qui a été découverte et traitée par le personnel spécialisé qui veillait sur lui. Il n’a pas été facile de le convaincre de prêter la plus grande attention à sa santé. Mais, depuis, il a suivi strictement, faisant preuve d’une conduite exemplaire, les indications des médecins sans cesser de s’occuper de ses devoirs de chef d’État et de leader du pays.

 

Je m’aventure à qualifier son attitude d’héroïque et de disciplinée. Les obligations, parfois jusqu’à épuisement, ne s’écartent pas une minute de son esprit. Je peux en attester parce que je n’ai jamais cessé d’être en contact et d’échanger avec lui. Il n’arrête pas de consacrer son intelligence féconde à l’étude et à l’analyse des problèmes de son pays. La bassesse et les calomnies des porte-parole de l’oligarchie et de l’Empire le font rire ; je ne l’ai jamais entendu insulter ni rabaisser ses ennemis. Ce n’est pas son style.

 

L’ennemi, qui connaît ces traits de son caractère, redouble d’efforts pour le calomnier et le frapper. Je n’hésite pas à affirmer modestement quant à moi – fort de plus d’un demi-siècle de lutte – que l’oligarchie ne pourra plus jamais gouverner de nouveau ce pays. Il est donc préoccupant que l’administration étasunienne ait décidé en de telles circonstances de fomenter le renversement du Gouvernement bolivarien.

 

Par ailleurs, poursuivre avec insistance la campagne calomnieuse selon laquelle les hauts dirigeants du Gouvernement révolutionnaire bolivarien se livreraient une lutte à mort pour s’emparer des commandes du pays si le président ne parvenait pas à surmonter sa maladie est un mensonge éhonté.

 

Au contraire, j’ai pu constater que l’unité la plus étroite règne à la direction de la Révolution bolivarienne.

 

Une erreur d’Obama en de telles circonstances peut faire couler un fleuve de sang au Venezuela. Or, le sang vénézuélien est le sang équatorien, brésilien, argentin, bolivien, chilien, uruguayen, centraméricain, dominicain et cubain.

 

Quand on analyse la situation politique au Venezuela, il faut partir de cette réalité.

 

Comprend-on pourquoi l’hymne des travailleurs exhorte à changer le monde en liquidant l’empire bourgeois ?

Fidel Castro Ruz

Le 27 avril 2012

19 h 59

(Traduction ESTI)

Source : « Granma »

Commenter cet article

caroleone 05/05/2012 16:27


Quelle clairvoyance d'esprit et quelle lucidité chez Fidel malgré son âge !!


Il est au-dessus du lot il faut en convenir tout comme Chavez !!


Pour étayer cet article, je te mets le lien vers un article que j'ai lu il y a quelques temps déjà sur mon site de traducteurs et que je n'ai pas édité sur mon blog.


Il est en rapport avec la formation des médecins à Cuba et la présence de nombreux étudiants américains qui doivent certainement y trouver plus leur compte que sur leur territoire !!


Cuba, l'école latino -américaine l'ELAM


 


Merci pour les réflexions de notre cher Fidel !!


Amitiés


 


caroleone

DIABLO 05/05/2012 16:50



Merci Caro pour ce lien. Effectivement Fidel n'est pas atteint par la sénilité c'est le moins que l'on puisse dire! Souhaitons lui longue vie
!


Amitiés diablesques


 



cotty 05/05/2012 10:58


Merci à ceux qui ont traduit cette article!Fidel Castro Ruz est la clairvoyance même! le peuple Cubain fait corps avec lui. Vive l'internationalisme prolétarien.. Jean-Louis

Serge des bois 05/05/2012 10:47


Quand Fidel affirme "l'unité la plus étroite règne à la direction de la REVOLUTION BOLIVARIENNE", voilà qui devrait faire réfléchir ceux qui répètent à longueur de temps "élections piège à
cons"...


Une révolution sortie des urnes ! C'est impossible ! Fidel serait donc un traître à l'idéal révolutionnaire ?


Fraternellement

DIABLO 05/05/2012 16:42



Excellente observation mon cher Serge des bois!


Amitiés de Diablo