Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Michel LeDiablo

L'optique, les hôpitaux, et les laboratoires d’analyse, sont dans le viseur de la Cour des comptes, qui présentait le 17 septembre 2013 son rapport annuel sur la Sécurité sociale. « Prix des lunettes : stop aux abus », titrait la « Une » du  Parisien/Au jourd’hui, qui dénonçait « la dérive d’un système qui nous coûte de plus en plus cher ». 

 

Or aujourd’hui Sécurité sociale ne rembourse plus que 3,6 % des frais d’optique correctrice, et les complémentaires 68 %, et l’Etat 1,4 % pour les plus démunis. 

 

Comme d’habitude, lorsqu’on prépare des mauvais coups, on avance des comparaisons douteuse : « Les Français consacreraient à leur budget optique 50 % de plus que leurs voisins européens, » en « l’absence de régulation de ce marché », a-t-on entendu sur les médias. 

Et on en profite pour taper sur les opticiens qui se livreraient parfois « à des pratiques douteuses en demandant à leurs clients le montant du remboursement de leur mutuelle », de façon à ajuster leur offre à ce taux de remboursement. Cela « entrainerait une inflation des coûts », prétend-t-on. 

La concurrence ferait monter les prix ! ?

 

Aussi bizarre que cela paraisse, l'on prétend que le nombre croissant de magasins d’optique depuis une dizaine d’années, serait l’un des facteurs d’inflation des dépenses. Les champions de la concurrence n'en sont donc pas à une contradiction près ! L’augmentation du nombre de magasins, donc de la concurrence, aurait dû, théoriquement, tirer les prix plutôt à la baisse; c'est du moins ce qu'on nous serine en permanence, mais bizarrement pas lorsqu'on nous parle de santé. 

Pourtant on sait ce que ce genre de préconisation a produit quant à l'évolution du nombre de médecins. A la moitié des années 70, on a prétendu que si les patients se soignaient plus, dépensaient plus, et mettaient en danger la Sécu, c’était à cause d’un nombre trop élevé de médecins.

 

En conséquence on a réduit de manière drastique le nombre d’étudiants pouvant passer en 2e année de médecine: on a créé le Numérus clausus. Le résultat est aujourd’hui connu => nous assistons à un véritable effondrement du nombre de médecins et de spécialistes, et à une désertification des campagnes et de certains quartiers des villes. 

Mais lorsqu’il s’agit de s’attaquer aux effets bénéfiques de la Sécurité sociale, l’utilisation d’arguments à contremploi ne gêne pas : voilà donc qu’il faudrait une « régulation » de cette offre « trop importante » parce que l’on « paierait des magasins autant que des lunettes ».

On sait pourtant ce que cela donne : lorsqu’on régule une offre ce sont toujours les plus pauvres qui en sont les victimes, car les riches auront toujours les moyens de s’offrir de se soigner, et ici de s'offir de bonnes lunettes ou de bonnes lentilles. 

 

La preuve : pour réguler ce marché, la Cour des comptes préconise de plafonner « les remboursements et les fréquences de renouvellement des lunettes » par les organismes complémentaires, a noté Le Parisien/ Aujourd’hui (page 2). Ceux qui proposent cela visent principalement les salariés, et globalement les ménages qui gagnent entre 2 et 6 fois le Smic, c'est-à-dire ceux que les médias appellent les « classes moyennes ». 

La vérité c’est que si aujourd’hui deux millions de personnes renoncent à des soins d’optique chaque année, c’est parce que leur pouvoir d’achat est trop bas, parce qu’il y a trop de chômeurs, et aussi, et surtout, parce que la Sécurité sociale ne rembourse quasiment plus l’optique ! 

Ce dont les assurés sociaux ont donc besoin c’est que la Sécurité sociale rembourse plus et mieux ! Mais pour cela il faut s’intéresser à son financement.

Il faut cesser d’exonérer en permanence les cotisations patronales, que les médias appellent à tort « les charges »; cela permettrait de rembourser plus et mieux ! Car là est l'origine des fameux « trous de la Sécu ».

Revoir le mode de financement de la Sécu, c’est justement ce que propose la CGT !

 


Source : UL CGT Dieppe

 


Commenter cet article