Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Déclaration

du

Front syndical de Classe

fsc.jpg

 

La désindustrialisation de la France, amorcée dès les années 1970 s'est accélérée en France après les accords Mittterrand-Kohl de 1984, socialistes et libéraux main dans la main, et la mise en route de l'Acte unique européen préfigurant le traité de Maastricht et l'Euro. Il s'agissait pour les grands monopoles capitalistes, hier comme aujourd'hui, de formater plus fermement l’Europe dont ils ont besoin pour écraser les peuples et maximiser leurs profits. Capitaux Français et allemands se partagent alors explicitement les tâches et les profits : industrie mécanique pour l'Allemagne, tourisme et agriculture pour la France dans le cadre d'une Politique Agricole Commune remaniée.

 

La litanie des secteurs industriels et des populations régionales sacrifiées s'allonge en France : textile, charbonnages, sidérurgie, construction navale... et bientôt tout le secteur machine-outils avec en particulier le puissant secteur Renault liquidé en quelques mois.

Le capital monopoliste ayant déserté pour des secteurs et des pays plus rentables, arrivèrent les fonds de pension spécialisés dans le démantèlement industriel, accaparant de nombreux secteurs de pointe de leur technologie pour partir s'installer ailleurs dès la rapine faite, notamment dans les pays de l’ancienne Europe de l'est.

 

La sidérurgie, dont aucun pays voulant avoir un avenir industriel ne peut se passer, a été définitivement affaiblie et il est clair que lorsque l’État a bradé ce qu'il en restait à Mittal, c’était avec l'objectif qu'il finisse le boulot d'extermination de la filière. On voit où on en est aujourd'hui avec le gouvernement socialiste qui se couche dès que Parisot hausse la voix...

 

Parallèlement, c'est la filière auto qui est en cause au nom d'une rentabilité jugée insuffisante par le capital monopoliste : il a été décidé qu'en 2020 plus aucune unité de montage ne devait être présente sur notre sol. Et pour faire le sale boulot, pas besoin de faire appel à des fond de pension : la casse s'organise de l’intérieur avec la nomination de directions de combat chez Renault et Peugeot, l’arrivée de Carlos Ghosn se situant dans ce schéma.

 

C'est pourquoi les mobilisations chez Renault, Peugeot, Florange et toutes les entreprises menacées doivent être appuyées par la mise en avant, auprès des travailleurs et de la population dans son ensemble, des idées qui ont fait la force du mouvement ouvrier : l'enjeu est national et la lutte doit être nationale. Le capital qui dirige la vie économique, sociale, politique de notre pays est incapable d’œuvrer pour l'intérêt collectif : avec ses serviteurs politiques et médiatiques, il œuvre et manœuvre pour son strict intérêt de classe, pour ses privilèges et profits immenses ; il n'a aucun état d'âme à rayer des usines d'un trait de plume, à réduire des milliers de travailleurs au chômage, à planifier froidement l'affaiblissement (1) puis la disparition de secteurs entiers, vouant des régions au recul à et à la misère.

Les grands capitalistes sont incapables d'assurer le développement du pays et le bien-être de la population. Le sauvetage de l’industrie et au-delà le développement du pays passe par l'expropriation des capitalistes : c'est aux travailleurs, c’est au peuple de décider souverainement de ce qui est produit, où, dans quelle conditions. Cette revendication ancienne du mouvement ouvrier, reprise par le programme du Conseil National de la Résistance est plus que jamais d'actualité. Contre les féodalités financières, contre leurs lois favorables aux grands capitalistes, contre leurs institutions, Union européenne en tête, destinées à priver les peuples de leurs droits, c'est aux ouvriers, aux employés, aux techniciens, aux intellectuels, c'est au peuple travailleur qu’il revient d'imposer la souveraineté populaire et le développement dans l’intérêt du plus grand nombre.

 

Front syndical de classe,

Le 3 décembre 2012

 

(1) Comment expliquer que les stocks de véhicules Renault en attente de retouche sur les parcs soit considérable et que dans le même temps il faille des mois pour obtenir une renault alors que les marques étrangères notamment Volkswagen livrent en quelque jours ?

Commenter cet article