Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Michel El Diablo

Partis-communistes-Guayaquil.jpg

16 ème Rencontre internationale 

des Partis communistes à Guayaquil (Equateur) :

 analyse convergente, actions communes

 

Introduction et traduction pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/

 

Les 13, 14 et 15 novembre 2014 se tenait la 16 ème Rencontre des Partis communistes et ouvriers, à Guayaquil, en Equateur.

 

85 délégués venant de 53 partis ont assisté à ce qui est devenu depuis 1998 le point de rencontre annuel des partis communistes du monde entier, un moment d'échanges sur les situations politiques nationales, de coordination à l'échelle internationale de la riposte à la politique du capital mondialisé, de l'impérialisme de plus en plus belliqueux.

 

Le mérite de cette relance est venu au Parti communiste de Grèce (KKE) qui en 1998 a fait le choix d'affirmer que les partis communistes, le socialisme comme projet de société alternatif, avait un avenir au moment où beaucoup abandonnaient le terrain de la lutte pour une transformation révolutionnaire de la société.

 

La liste des partis et villes hôtes illustrent depuis une dizaine d'années la dimension mondiale acquise par l'initiative, son soutien parmi des partis communistes encore puissants : Lisbonne, Moscou, Sao Paulo, New Delhi, Athènes, Beyrouth, Johannesbourg, et Guayaquil.

 

En 2014, parmi les 53 partis venus en Équateur et qui ont laissé une contribution :

 

ceux d'Australie, d'Argentine, du Bahreïn, de Belgique (PTB), de Biélorussie, de Bolivie, du Brésil (PCB/PCdoB), de Grande-Bretagne, du Canada, de Chine, de Colombie, du Costa Rica, de Cuba, de Chypre (AKEL), de République tchèque, du Danemark, d'Equateur, de Finlande, de France (PCF), d'Allemagne, d'Inde, de Hongrie, de Grèce, d'Irlande, d'Italie (PdCI), de Jordanie, de Corée, du Laos, de Liban, de Lituanie, du Mexique, de Norvège, de Palestine, du Panama, du Pérou, du Portugal, de Russie, d'Espagne, d'Afrique du sud, de Syrie, de Turquie, des États-Unis et du Vietnam.

 

Un certain nombre d'autres partis n'ont pu matériellement être présents et ont envoyé un message de soutien à l'initiative. Nous tâcherons dans les prochaines semaines de réaliser des traductions des interventions des différents partis ayant participé au meeting international.

 

Nous vous communiquons ci-dessous le résumé des débats de la Rencontre Internationale tel qu'il a été formalisé par le Parti communiste d'Equateur :

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU PC D'ÉQUATEUR 

SUR LA XVI EME RENCONTRE INTERNATIONALE

 DES PARTIS COMMUNISTES ET OUVRIERS

 

Les 13, 14 et 15 novembre dernier se tenait à Guayaquil, en Equateur, la 16 ème Rencontre internationale des Partis communistes et ouvriers, sous le thème « Le rôle des partis communistes et ouvriers dans la lutte contre l'exploitation impérialiste et capitaliste, à l'origine de crises et de guerres et de la montée des forces fascistes et réactionnaires. Pour les droits des travailleurs et des peuples, pour l'émancipation nationale et sociale ; pour le socialisme ».

 

La rencontre, à laquelle ont assisté 53 partis venant de 44 pays et qui a reçu les messages de salutation d'autres partis qui pour diverses raisons n'ont pu venir, a rassemblé 85 délégués.

 

Ont été analysés les effets dévastateurs de l'exploitation capitaliste et impérialiste exacerbée qui se traduisent aujourd'hui par une recrudescence des conflits régionaux, dans le danger réel d'un nouvel affrontement mondial et par la résurgence de courants fascistes et néo-fascistes, par lesquels les oligarchies et les puissances impérialistes tentent de faire durer cet ordre mondial injuste.

 

Les participants ont aussi discuté de la riposte que pouvaient apporter les peuples et du rôle dirigeant que peuvent avoir les partis communistes et ouvriers à ce stade.

 

La Rencontre a dressé le constat du processus néo-libéral que l'on cherche à imposer aux peuples. Insoutenable, ses contradictions s'aggravent par la crise écologique et alimentaire, ce qui produit des transformations profondes et complexes dans le monde d'aujourd'hui, avec l'ascension de nouveaux acteurs sur la scène internationale, révélant la perte d'influence des centres traditionnels de pouvoir.

 

L'agressivité impérialiste se manifeste avec toujours plus de vigueur, via les guerres conventionnelles ou non, dans différentes parties du globe. L'impérialisme cible de nouvelles régions géopolitiques qui lui garantiraient un plus grand contrôle sur les ressources naturelles du dit Tiers-monde et sur les routes du commerce international. Nous sommes ainsi les témoins d'une offensive visant à empêcher que ne se consolident les tendances à la multi-polarité.

 

La réunion a pris note que les États-Unis, pour rétablir leur hégémonie uni-polaire, ont un recours toujours accru à la force militaire, articulée à des instruments médiatiques, politiques, idéologiques, culturels et économiques qui provoquent des conflits.

 

L'issue de la situation dépendra entre autres, de la capacité des forces communistes, démocratiques, progressistes et révolutionnaires dans le monde à participer résolument à la lutte politico-idéologique en faveur de transformations sociales et d'un nouvel ordre international.

 

Il a été dénoncé le fait que, dans cette nouvelle vague belliciste et réactionnaire, se démarque la contre-offensive néo-libérale contre l'Amérique latine et les Caraibes, dont l'objectif principal est l'élimination des gouvernements progressistes de la région qui défendent des politiques sociales et la défense de leurs intérêts souverains, ainsi qu'un nouveau type d'intégration économique, politique et sociale.

 

Ont également été soulignées les activités subversives impérialistes déployées par les instruments traditionnels d'ingérence, qui vont de la CIA à l'USAID, avec la participation de franges de la bourgeoisie nationale étroitement liées au capital nord-américain.

 

L'objectif de cette subversion à visage découvert est de déstabiliser ces sociétés, pour justifier un scénario politique qui impliquerait le renversement violent des régimes progressistes.

 

Lors de la réunion, des informations ont été apportées sur les expériences des gouvernements progressistes et révolutionnaires en Amérique latine, et les avancées importantes en matière de réduction de la pauvreté, la consolidation de l'intégration latino-américaine et caribéenne, et la récupération de la souveraineté, ce qui a suscité une violente réaction des oligarchies nationales, qui redoublent d'efforts pour remettre sur pied des projets néo-libéraux dans cette partie du monde.

 

Il a été constaté que l'Amérique latine connaît aujourd'hui des expériences clairement progressistes, qui sont le résultat des aspirations et luttes populaires dans la région pour la défense de la souveraineté nationale, des efforts pour l'indépendance économique, du renforcement des Etats, cherchant à mettre un terme au néo-libéralisme, et de la formation d'organismes économiques régionaux, recherchant l'indépendance et le soutien solidaire entre égaux, comme l'UNASUR, le MERCOSUR, la Banque du Sud, la CELAC.

 

Il s'agit d'un processus de lutte contre le colonialisme, de résistance contre le pillage économique. Ces expériences ont rendu possible ce qui apparaît désormais comme de nouveaux signaux d'espoir envoyés dans la recherche de la justice sociale, et s'est transformé de fait en un point de repère politique dans la lutte pour le changement en direction de ce monde possible que nous souhaitons.

 

Il a été tout particulièrement fait référence au rejet international unanime du blocus économique, financier et commercial contre Cuba, une politique toujours en vigueur, en violation ouverte des principes de la Charte des Nations unies, renforçant la pression sur les institutions commerciales, financières et bancaires qui entrent en relation avec Cuba, élargissant son caractère extra-territorial et touchant jusqu'à ses alliés les plus proches.

 

On a dénoncé la crise économique et financière persistante qui en Europe a servi de justification et de prétexte aux élites de ce bloc impérial pour intensifier la destruction de ce qu'on connaît sous le nom d’État social.

 

Avec les politiques d'austérité fiscale ( = des coupes massives et la suppression totale des programmes à dimension sociale), les grands groupes capitalistes européens voient dans un regain de compétitivité l'issue à la crise, ce qui se traduit par des licenciements massifs, la précarisation du travail et l'érosion accélérée du niveau de vie des travailleurs.

 

Les participants ont aussi condamné la participation européenne à des conflits menés par l'OTAN, sous prétexte de « crise humanitaire », de nécessité de « préserver des vies humaines ».

 

Il a été souligné que la crise a un impact sur les forces politiques de la région, conduisant à une dégradation de la culture politique, rendant les pays de moins en moins gouvernables, soumis à une instabilité sociale de plus en plus importante, des éléments qui mettent en évidence les vulnérabilités du modèle démocratique-libéral bourgeois.

 

La rapacité du capitalisme européen, avec le soutien de l'impérialisme nord-américain, le conduit à chercher à mettre en œuvre une politique de chantage économique coercitif misant sur un blocage des importations et exportations, ce qu'on appelle les « sanctions » au détriment des peuples de ces pays.

 

Cependant, dans ce scénario compliqué, l'idéologie néo-libérale progresse, les forces ultra-réactionnaires et d'extrême droite prolifèrent, captant des parties importantes de l'électorat.

 

Il a été mis en avant que l'OTAN continue ses pressions pour étendre ses frontières, tout particulièrement en Europe de l'est, participant aux conflits se déroulant sur ce territoire.

 

Les participants ont exprimé leur solidarité avec les camarades ukrainiens, qui ont du affronter directement la montée du néo-fascisme dans ce pays. La vie de nombreux communistes a été mise en danger, en toute impunité, victimes d'agressions violentes contre leurs maisons, les sièges de l'organisation. Le massacre contre le peuple de Donetsk continue, et contre les régions qui affichent leurs velléités d'indépendance politique et territoriale.

 

Ce conflit dont le coût humain énorme a été ignoré par les démocraties occidentales, est l'expression la plus crue de la résurgence du fascisme sur le sol européen et des guerres comme instrument du capitalisme pour maintenir sa politique d'exploitation. L'instabilité et le chaos sont une réalité terrible dans des régions de plus en plus vastes.

 

Les participants ont condamné le récent bombardement sioniste contre Gaza, partie intégrante de la stratégie globale de l'impérialisme dans la région. Son objectif est de briser l'unité des forces palestiniennes, de détruire la résistance et de maintenir la politique d'occupation sur les territoires occupés, ce qui correspond pleinement aux intérêts des États-unis. La réaction de la résistance palestinienne et la solidarité internationale ont obligé Israël à mettre un frein au génocide et à s'engager à continuer les négociations indirectes.

 

L'importance géopolitique de la région en fait un champ de bataille dans la prétendue lutte contre le terrorisme à une période où monte le besoin de s'assurer les routes maritimes, ce qui est vital pour le développement du commerce, pour la garantie de la sécurité nationale des principales puissances mondiales.

 

La réunion a analysé ces bandes mercenaires criminelles, organisées par la CIA, l'OTAN, autorisées, soutenues et financées par les gouvernements réactionnaires du Moyen-orient qui continuent d’assassiner des hommes, des femmes, des enfants et des peuples autochtones dans des proportions massives, ce qui conduit à une migration contrainte née de la faim, de la misère, des discriminations, sans aucun espoir certain d'y survivre.

 

La nouvelle situation créée en Irak et en Syrie avec la proclamation de l’État islamique, rejeton des États-Unis, de l'Occident, et d'un groupe réactionnaire de pays arabes, déborde le cadre national et est à relier à des intérêts étrangères qui poussent pour changer le rapport de forces géopolitique régional avec une stratégie qui inclut le maintien de la crise en Syrie pour faire tomber Bachar al-Assad, recomposer la structure de pouvoir en Irak et faire obstacle à l'influence régionale de l'Iran. La menace de l'Etat islamique a servi aux États-Unis pour justifier des actions qui sont dans ses intérêts dans la région.

 

La prolifération des groupes djihadistes et l'instrumentalisation du facteur religieux rentrent dans le jeu des nord-américains.

 

La rencontre a souligné qu'en Afrique sub-saharienne, les problèmes politiques, économiques et sociaux hérités du colonialisme et du néo-colonialisme, combinés aux effets de la grande crise mondiale actuelle et de la politique de l'impérialisme, provoquent instabilité, conflits et interventionnisme impérialiste.

 

La richesse naturelle du continent en a fait une région stratégique pour les intérêts de l'impérialisme. La lutte pour les marchés et les sphères d'influence a exacerbé les contradictions entre les diverses puissances impérialistes pour acquérir l'hégémonie.

 

Afrique orientale, centrale et occidentale voit l'activité de groupes djihadistes, suivant Al-Qaeda comme Boko Haram au Nigeria ou al Shabaab en Somalie.

 

Les pays de l'OTAN utilisent ces réalités pour justifier le renforcement de leur présence militaire sur le continent. S'approfondit la ruée du grand capital vers les énormes ressources économiques de ce continent, qui est à la fois une des régions les plus riches et les plus pauvres de la planète.

 

Elle doit faire avec de dures réalités, comme la récente épidémie d'Ebola qui frappe les pays d'Afrique occidentale.

 

Il a été dit qu'en Asie et dans le Pacifique, la région la plus dynamique économiquement de la planète, l'Administration d'Obama a adopté la « politique du pivot » qui consiste dans le redéploiement des Etats-unis vers cette région qu'ils considèrent comme partie intégrante de sa stratégie de sécurité nationale, et également de sa politique d'endiguement de la Chine et de la Russie.

 

Dans ce contexte, la lutte des partis communistes pour garantir la poursuite des processus socialistes en Chine, au Vietnam, au Laos et en Corée du nord, avec pour objectif de garantir leur stabilité et leur souveraineté, prend une importance toute particulière au vu de ses répercussions intérieures et sur la politique internationale.

 

Il a été souligné que la situation internationale troublée, marquée par la crise systémique de l'impérialisme mondial, la multiplication des conflits armés aux quatre coins du globe et le développement de tendances néo-fascistes, exige des partis communistes et ouvriers ainsi que des forces, organisations progressistes et révolutionnaires un débat ouvert, sans préjugés et rassembleur, qui se départisse de tous les dogmatismes et sectarismes.

 

Nous devons construire ensemble, et selon nos réalités, des alternatives de développement socialiste, que les peuples puissent identifier comme la solution à leurs graves problèmes. C'est une tâche de tout premier ordre, non seulement pour les partis communistes et ouvriers, mais aussi pour les autres forces politiques et mouvement sociaux dans le monde.

 

Seules des propositions socialistes qui posent les bases pour transformer la réalité du monde d'aujourd'hui seront capables de sauver l'humanité de la débâcle de la guerre, l'exploitation effrénée des ressources naturelles, et du soutien périlleux à un néo-fascisme qui sous de nouvelles formes trompe et manipule des millions de personnes.

 

Les partis réunis à Guayaquil, ont réaffirmé que la seule alternative viable au capitalisme est le socialisme, ce qui suppose une indépendance pleine et entière, condition préalable pour le développement, la justice sociale, l'égalité des chances, la répartition équitable des richesses, la solidarité humaine, le respect de l'environnement et le droit des peuples au libre choix, démocratique, du projet de société dont ils veulent.

 

Les participants ont souligné que les Rencontres internationales des Partis communistes et ouvriers sont d'une importance vitale pour le mouvement anti-impérialiste, progressiste et révolutionnaire mondial, dans une période où se décident des choix capitaux pour l'humanité.

 

La science du marxisme-léninisme a acquis une réputation mondiale comme instrument fondamental d'analyse de la situation sociale, de mise en œuvre pratique en faveur des transformations révolutionnaires, ouvrant la voie au socialisme et au communisme.

 

La seule option pour faire face aux nouveaux défis de ce monde, et aux pouvoirs impériaux, trans-nationaux et mondiaux dominants, ce sera l'unité dans la diversité, de façon créative, la solidarité entre forces de transformation et de progrès.

 

La réunion a adopté 11 lignes et initiatives d'action commune ou convergente des Partis communistes et ouvriers à appliquer d'ici la réalisation de la 17 ème Rencontre, ainsi que le mandat des réunions du Groupe de travail des Partis communistes et ouvriers pour sa préparation.

 

 

---

 

ACTIONS COMMUNES ET CONVERGENTES DES PARTIS COMMUNISTES ET OUVRIERS A ORGANISER D'ICI LA 17 EME RENCONTRE DES PC

 

1 – Célébrer le 1er mai, par la participation aux luttes de la classe ouvrière dans chaque pays, en insistant sur les droits sociaux et démocratiques, soulignant le rôle du mouvement ouvrier, en commémorant le 70 ème anniversaire de la FSM en octobre 2015 ;

 


2 – Dévoiler les plans d'hégémonie impérialiste, les véritables raisons derrière la guerre et l'instrumentalisation de la lutte contre le terrorisme, insistant sur l'importance de la défense de la paix. Développer des actions contre les bases militaires de l'OTAN et celles que l'impérialisme a imposé dans de nombreux pays, contre les interventions et le militarisme, avec une attention spéciale sur la mise en place de la « Situation Trident 2015 » ;

 


3 – Faire monter la lutte contre les guerres impérialistes en Irak et en Syrie, contre celle menée par les groupes criminels soutenus par l'impérialisme et les Etats réactionnaires contre le Liban, la Libye, la Tunisie. Condamner les Etats-unis, l'OTAN et l'intervention impérialist européenne en Ukraine et en Afrique ;

 


4 – Commémorer le 70 ème anniversaire de la victoire sur le fascisme et le nazisme soulignant le rôle de l'URSS et des partis communistes dans la lutte et l'unité contre le fascisme et le nazisme, et mener la lutte contre la ré-écriture réactionnaire de l'histoire et la réhabilitation du fascisme et du nazisme ;

 

5 – Commémorer le 40 ème anniversaire de la victoire du Vietnam dans sa libération contre l'agression impérialiste nord-américaine ;

 


6 – Dénoncer et luter contre les lois anti-communistes. Développer des actions de solidarité avec les partis qui subissent des attaques anti-communistes, des interdictions et persécutions, telles que celle qu'endurent les communistes ukrainiens ;

 


7 – Renforcer la solidarité, avec des actions communes, avec ceux qui sont en première ligne de la résistance contre l'offensive impérialiste. Renforcer la solidarité et l'action commune de soutien aux peuples, aux camarades qui sont à l'avant-garde de la résistance à l'offensive impérialiste. A l'occasion du 29 ème novembre, renforcer la solidarité avec les Palestiniens. Faciliter une visite de solidarité en Palestine, à Gaza, ouverte à tous les membres de la liste Solidnet ;

 


8 – Renforcer la solidarité avec les Partis communistes, les ouvriers et avec les peuples qui luttent pour leur émancipation nationale et sociale, en Amérique latine et dans d'autres parties du monde. Affirmer le droit des peuples à la souveraineté, la lutte contre les diktats du capital, les ingérences et agressions impérialistes. Réaffirmer notre solidarité avec la lutte des peuples pour construire le socialisme dans chaque pays ;

 


9 – Réaffirmer notre solidarité avec Cuba socialiste, afin de mettre un terme au blocus américain, à la position commune de l'UE et pour rejeter toute intervention impérialiste, toute guerre menée par les médias bourgeois. Intensifier l'activité pour la libération des trois Cubains qui sont dans les prisons américaines, et soutenir la campagne internationale qui culminera en septembre 2015 ;

 


10 – Soutenir et renforcer les organisations anti-impérialistes internationales de masse,la Fédération syndicale de masse (FSM), le Congrès mondial pour la paix (CMP) et la Fédération démocratique internationale des femmes (FDIM), soulignant leur rôle et leur importance dans les anniversaires respectifs qui seront commémorés en 2015 ;

 

11 – Donner des instructions au Groupe de travail afin qu'il entame une réflexion, en coordination avec les partis de l'ancienne Union soviéitique, sur la commémoration et des actions communes à l'occasion du centenaire de la Révolution socialiste.

Commenter cet article