Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

affiche-wachill2008_0001.jpg

La mobilisation contre la réforme des retraites a connu une ampleur que nous n'avions pas vue depuis des années, dans le public comme dans le privé. Elle a touché tous les secteurs de la société, y compris les lycéens et les étudiants. Elle s'est traduite par des actions multiformes qui ont montré que les classes populaires veulent se battre contre la société que l'on est en train de nous construire. L'injustice de la réforme, le fait qu'une fois de plus ce soit le monde du travail qui soit taxé et pas le patronat, sont clairement compris. Au-delà de l’électorat du PCF, le capitalisme est perçu comme un système profondément néfaste qu'il faut abolir : c'est une avancée dans la lutte des classes.

Certes, le mouvement n'a pas été assez fort pour faire reculer le gouvernement Sarkozy-Fillon. Manquant d'une force politique capable d'apporter une analyse claire de la situation et des perspectives politiques crédibles, le mouvement social n’arrive pas au niveau de mobilisation nécessaire.

Cependant, même si le gouvernement paraît sortir gagnant, le peuple a marqué des points. Le mouvement va se poursuivre sous d’autres formes : luttes spécifiques d’entreprises ou de secteurs sur l’emploi et les salaires, défense de la sécurité sociale et de l’ensemble de la protection sociale, défense des services publics... Les prochains mouvements sociaux seront idéologiquement mieux armés et les revendications certainement bien plus radicales.

Sarkozy, épaulé par le Medef, poussé par l'Union européenne, ne s'arrêtera pas en chemin, sauf s'il est bloqué par l’action populaire. La réforme des collectivités territoriales est au calendrier. L'austérité va avoir un impact catastrophique sur nos concitoyens. Les mesures antisociales se multiplient : déremboursement des médicaments, non rétroactivité du versement des APL, etc.

L'heure n'est pas au désarroi, mais bien à la mobilisation ! Les communistes doivent occuper toute leur place dans la période à venir.

Pour nous qui avons pu constater l'inexistence politique du Pcf au plan national dans le mouvement, la même question reste posée : comment faire pour que notre parti reprenne toute sa place dans les luttes, comment faire pour éviter son effacement derrière le fumeux « Front de gauche » notamment lors des prochaines échéances électorales, comment redonner espoir aux communistes à l'intérieur et à l'extérieur du Parti qui sont convaincus de la justesse de nos combats ?

Ordre du jour:

-Analyse de la situation politique et sociale

-Vie du réseau: outils d'échange et de mise en commun, formation

-Élaboration collective d'un texte pour le prochain congrès dont la trame circulerait début janvier à l'assemblée des animateurs de section

Caroline ANDREANI,

fédération PCF de Seine-Saint-Denis,

membre du conseil national

Paul BARBAZANGE,

fédération PCF de l'Hérault;

membre du conseil national

Floriane BENOIT,

fédération PCF de l'Isère,

membre du conseil national

Marie-Christine BURRICAND,

conseillère générale,

fédération PCF du Rhône,

membre du conseil national

André GERIN,

député, fédération PCF du Rhône,

membre du conseil national

Jean-Jacques KARMAN,

conseiller général,

fédération PCF de Seine-Saint-Denis,

membre du conseil national

Jean-Claude KORDE,

fédération PCF du Haut-Rhin

Jean-Pierre MEYER,

fédération PCF du Var,

membre du conseil national

Alain de POILLY,

fédération PCF du Val-de-Marne,

membre du conseil national

Hervé POLY,

secrétaire fédéral PCF du Pas-de-Calais,

membre du conseil national

Laurent SANTOIRE,

fédération PCF de Seine-Saint-Denis

Commenter cet article