Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

marseille

Dans le moment historique compliqué et plein de dangers que nous traversons, dans cette période où un maire, surfant sur les derniers résultats électoraux se permet d’interdire le chant des partisans (!) sans que cela ne soulève un tsunami de protestations, où nombre de celles et ceux qui veulent changer de société sortent de ces séquences électorales avec plus de questions que d’enthousiasme, où le refus de vote apparait comme l’expression majoritaire de la partie la plus exploitée et discriminée de la classe ouvrière au sein de laquelle on assiste à un effondrement des repères révolutionnaires pour laisser la place au clientélisme et au mythe de l’ascenseur social, dans ces moments où le repli sur soi touche autant les habitant-e-s qui se barricadent dans des cités huppées, que les salarié-e-s qui s’estiment délaissé-e-s ou que les chômeurs qui se croient seuls alors qu’ils sont des millions avec les mêmes peurs et les mêmes amertumes, dans ces temps donc, ou présent et avenir suscitent inquiétude, n’est-il pas plus temps que jamais de dire que la solution est collective, qu’elle est dans cette jeunesse du monde, celle qui pense qu’il n’y a pas d’avenir sans bien commun, sans partage, sans liberté commune, sans richesse commune, sans communisme ?
 

 

Nous ne sommes pas majoritaires ? Soit ! Mais est-ce une raison pour nous taire ? Pour désespérer de l’espèce humaine, pour baisser les bras ? Certainement pas ! Ou alors autant accepter de « mourir lentement » (1).
 

 

L’heure est au rassemblement de celles et ceux qui, par-delà les péripéties de l’histoire conjoncturelle, les choix tactiques d’un instant, les stratégies différenciées veulent voir ce qui les unit, penser le monde, son avenir, son bonheur ; pas à la place des gens mais avec eux, par eux et pour eux.
 

 

Modestement nos 3èmes rencontres de Marseille s’inscrivent dans cette démarche-là. D’ores et déjà nous avons largement dépassé le nombre d’inscrit-e-s des années antérieures et la jeunesse en particulier sera bien plus représentée que par le passé. Nous n’attendons pas des « trouveurs de vérité révélée » mais des « chercheuses et chercheurs d’issue », des militantes et militants du bonheur (2).
 

 

Tribune de discussion:
Pour aider aux débats, pour associer celles et ceux qui ne pourront pas venir, pour situer les enjeux non en termes d’affrontements mais de pensée commune à approfondir dans sa diversité pour mieux la bâtir dans sa communauté, une tribune de discussion est ouverte n’hésitez pas à nous envoyer vos contributions  (3) qui commenceront à paraître dans Rouge Midi dès le 25 juin et continueront si cela est nécessaire au-delà du 8 juillet car nous voulons faire de ces rencontres un tremplin vers des assises du communisme, idée lancée il y a 4 ans maintenant et qui commence à prendre corps aujourd’hui.
 

 

Les 3 jours :
 

 

Le 6 juillet : une journée internationale
Comment ne pas commencer ces 3 jours par une commémoration du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie ? A la fois la date nous y invite mais aussi les circonstances avec cette montée du racisme, de l’islamophobie et des intolérances religieuses qui leur font face, fausses réponses à mauvaises questions…
Le Cercle Manouchian, l’AFLAM, l’AGORA Busserine et Rouges Vifs 13 organisent, avec un certain nombre d’associations locales, cette journée qui se tiendra à l’Agora Busserine (Marseille 13014). Film, diaporama (à partir de photos de Mohamed Kouaci photographe pendant la guerre de libération), exposition, conférence, débat, buffet oriental, musique arabo-berbère… le programme complet est dans le document attaché à l’article.
Notons simplement que parmi les intervenant-e-s sont déjà annoncé-e-s Marie Chominot historienne, Jacques Tourtaux appelé anticolonialiste pendant la guerre d’Algérie, Catherine Estrade de l’AFLAM, Mohamed Izza militant du FLN en métropole de 1957 à 1962, Jacques Pradel président de l’association des pieds noirs progressistes, un camarade retraité docker CGT, Saïd Bouamama sociologue…
 

 

Le 7 juillet : début des débats
Là encore le programme détaillé est en pièce jointe. Comment, en partant des luttes (intervenants Jean Luc Bindel et un camarade de FRALIB) ouvrir une perspective politique ? Quelles luttes communes en Europe et dans le monde ? Quelle position par rapport à l’UE et à l’euro ? Une ALBA européenne est-elle envisageable ? Comment lutter contre le retour des guerres coloniales ?
Le soir une soirée conviviale en musique autour d’un buffet…(grec bien sûr !) est prévue avec une chorale de chants de lutte et de vie…termes éminemment liés comme chacun sait depuis un certain Hugo, Victor de son prénom !
 

 

Le 8 juillet :  tourné vers l’avenir
Quelle coordination ? Quelle visibilité nationale ? En route vers des assises d’un communisme revisité aux nécessités de notre temps ?
Alors à toutes celles et ceux qui le peuvent nous donnons rendez-vous à Marseille à partir du 6 juillet. N’hésitez pas à remplir la fiche d’inscription ou à alimenter la tribune de discussion… ou les deux !
 

 

Charles Hoareau
 sur lepcf.fr

(1) Comme aurait Pablo Neruda
(2) Comme aurait dit Krasucki
(3) A rougemidi@rougemidi.org en précisant en objet tribune de discussion

Commenter cet article