Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

roland-Weyl.jpgAu cours de la réunion du réseau Action Novation Révolution-PCF du 24 novembre 2011, Roland Weyl a fait l’intervention suivante:

 

 

 

 

1- Sur la dimension et la gravité de la crise :

 

1ère approche :

 

La dette n’est plus seulement celle du Sud, ni seulement celle de la Grèce ou de l’Italie, mais celle des États-Unis, cela inculpe l’ensemble du système. On parle toujours de la dette et des débiteurs mais jamais des créanciers. Il n’y a pas une fatalité de la dette : en principe l’État est l’instrument par lequel les peuples collectent leurs ressources pour les dédier à la satisfaction de leurs besoins. Mais en fait les États fonctionnent comme collecteur des ressources des peuples pour satisfaire des besoins privés confiscatoires.

 

2ème approche :

 

Aux temps lointains où le Parti refaisait l’éducation du jeune intellectuel que je croyais être, j’ai cru apprendre que :

Le capitalisme est grevé d’une contradiction en ce qu’il prélève sur la valeur produite un profit qui ampute d’autant le pouvoir d’achat sur lequel il fait son profit. D’où la dispute des marchés, par le jeu de la concurrence.

 

Mais le jeu de la concurrence génère une concentration au bout de laquelle la recette de la concurrence ne fonctionne plus. D’où l’obligation de marchés artificiels, ne reposant plus sur de la valeur produite marchandisée : les marchés financiers, et... le commerce (et l’utilisation) des armes (avec en prime, par la vertu de la guerre, la destruction du capital mort créant un marché pour le capital vivant). Ce qui conduit à dire que nous sommes sous l’épée de Damoclès du pire des conflits mondiaux (Occident contre couple russo-chinois ?) dont les menaces d’Israël contre l’Iran peuvent être le déclencheur.

 

2- La réponse est économique mais pas seulement : on ne peut pas traiter du pouvoir politique en négligeant le pouvoir économique, mais l’inverse est aussi vrai : sous peine d’économisme il ne suffit pas de dire ce qu’il faudrait faire mais qui va le faire et comment. Il ne peut pas y avoir de pouvoir économique sans pouvoir politique. La question du pouvoir politique est essentielle.

 

Or c’est la question sur laquelle les médias, devenus le principal instrument de domination de classe, s’emploient le plus à brouiller les cartes, à la faveur de la nature des institutions de la 5è, et aussi de l’idéologie de technicité spécialisée générée par la révolution scientifique et technique.

 

Le principal fléau politique contemporain est la délégation de pouvoir, nourrie d’une entreprise permanente de découragement, et de diversion sur la politique spectacle, vedettisée, professionnalisée et politicienne, couverte d’un cortège de formulation mystifiantes. Ainsi (y compris au niveau international) la « société civile », par rapport à quelle société non civile ? Et la tendance qui s’infiltre même dans notre mouvance, du prétendu dépassement du rôle des partis politiques.

 

3- Une telle situation devrait normalement être celle où le Parti trouve sa principale raison d’être, comme porteur de la nécessité de changement fondamental entre pouvoir sur les peuples et pouvoir des peuples, à la fois comme organisateur de l’indispensable action citoyenne pour l’inversion des rapports de pouvoir, et comme porteur de la bataille des idées motivant l’engagement de masse dans cette action citoyenne.

 

Or il en est absent, comme si l’idéologie opportuniste de la mutation faisait encore sévir la peur de faire peur, le souci de rassurer et d’être crédible, selon les idées dominantes. Et puis le Parti m’a aussi appris qu’il n’était pas imperméable à l’idéologie dominante. Le mot d’ordre de « démocratie participative est-il vraiment toujours exempt de l’idée de faire « participer » (pour une part) à un pouvoir délégué ? La présentation de notre programme est-elle toujours exempte d’une candidature à une délégation du pouvoir au Parti ? Les assemblées citoyennes sont-elles toujours exemptes d’un rôle purement consultatif ?

 

Et le FN profite de cette vacance pour occuper le terrain de façon trompeuse et démagogique, jouant le populisme contre la véritable souveraineté populaire. (Ne pas oublier que le nazisme était le national-socialisme, qu’Hitler a d’abord emmené les ouvriers à l’assaut des banques, drapeau rouge en tête et que Dimitrov définissait le fascisme comme caractérisé par le soutien populaire).

 

4- Il est urgent que nous retrouvions la fonction historique du Parti, au moment où l’Histoire en a le plus besoin : l’organisation de la prise en mains par le peuple de son pouvoir effectif sur les institutions et donc de leur réforme à cette fin. Cette lutte pour le pouvoir est quotidienne, dans chaque opposition, dans chaque revendication : c’est ainsi que s’entend la notion de rapport de forces. Et j’avais appris que le peuple ne fait pas son éducation dans les discours mais dans l’expérience qu’il tire de son action, à quoi le rôle du Parti est de l’aider ; par exemple, l’indispensable bataille pour une 6è République suppose déjà de la mener comme si on y était déjà.

 

Mais pour cela, il faut s’efforcer de ne pas seulement mettre à sa disposition de longs documents scientifiquement impeccables, mais des mots d’ordre simples et motivants, et de ne pas mener les actions au service des élections, mais les campagnes électorales comme des moments de l’action, en n’oubliant pas qu’on ne gagne pas des élections par les campagnes électorales mais par l’action entre deux campagnes.

Roland Weyl

Source : "Faire vivre le PCF- lepcf.fr"

Commenter cet article