Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Tribune libre

Sous le titre "Non à la réforme Sarkozy-Jospin", un internaute nous rappelle combien il ne faut pas oublier le rôle de l’Union Européenne dans la stratégie du capitalisme vis-à-vis de sa reprise en main des acquis sociaux et donc des retraites (http://www.lalettrevolee.net/article-retraites-non-a-la-reforme-sarkozy-jospin-58793212.html)... et dès qu’on parle d’Union Européenne, qu’il ne faut pas oublier non plus le rôle du PS.
Ainsi, dès le Conseil européen de Barcelone des 15 et 16 mars 2002, l’ensemble du gouvernement Jospin entérine notamment ce point numéroté 25 des conclusions de la présidence du Conseil (http://www.consilium.europa.eu/ueDocs/cms_Data/docs/pressdata/fr/ec/71026.pdf) :
"Soucieux de relever le défi que constitue le vieillissement de la population, le Conseil européen demande que la réforme des régimes de retraite soit accélérée en vue de garantir tant leur viabilité financière que la réalisation de leurs objectifs au niveau social ; dans cette optique, il souligne l’importance du rapport conjoint de la Commission et du Conseil sur les pensions qui sera présenté au Conseil européen du printemps 2003 et qui sera établi sur la base des rapports sur les stratégies nationales prévus pour septembre 2002".
Où l’on peut lire que l’argument du vieillissement des populations était déjà à la base de l’arnaque fomentée aujourd’hui contre les retraites.
Comme il est mentionné dans les conclusions de Barcelone, le rapport conjoint de la Commission et du Conseil "sur des pensions viables et adéquates" suivra à la date du 6 mars 2003. On peut le trouver en ligne sur le site de l’UE  (http://ec.europa.eu/employment_social/soc-prot/pensions/2003jpr_fr.pdf).Il nous donne à lire le passage suivant qui s’apparente à une prescription politique incontournable :
"Prolonger la vie active — À l’heure actuelle, la plupart des Européens prennent leur retraite avant d’avoir atteint l’âge légal de départ. S’il était possible de relever d’un an l’âge effectif du départ à la retraite sans augmenter les droits à pension, l’accroissement prévu des dépenses de pension baisserait de 0,6 à 1 point de pourcentage du PIB en 2050. Ainsi, un relèvement d’un an de l’âge effectif de la retraite permettrait d’absorber environ 20 % de l’augmentation moyenne prévue des dépenses de pension en 2050. Les États membres se sont engagés à retarder les départs en préretraite et réforment actuellement les régimes de préretraite et les politiques en matière de marché du travail et favorisent le vieillissement actif (23). Dans de nombreux cas, cependant, le rythme des réformes est trop lent pour atteindre les objectifs de Stockholm et de Barcelone en ce qui concerne le taux d’emploi des travailleurs âgés (50 % en 2010 contre 38,5 % aujourd’hui) et pour permettre de relever de cinq ans l’âge effectif de départ à la retraite d’ici à 2010".
Ainsi allonger de cinq ans la durée du travail est devenu un objectif commun à l’ensemble des gouvernements de l’Union Européenne. Difficile dans ces conditions de masquer encore plus longtemps combien l’Union Européenne est une structure antidémocratique au service des intérêts du capitalisme. Sarkozy n’étant qu’un petit soldat de la bourgeoisie capitaliste, obéit le doigt sur la couture du pantalon aux injonctions de Bruxelles et du patronat avec la loi Woerth.
Le fonctionnement dictatorial de l’U.E. apparaît dans toute son horreur. La décision initiale émane du Conseil européen dont les conclusions sont signées par tous les chefs d’État (apparence démocratique). Et par la suite, la toute puissante Commission (non élue) met en œuvre cette politique en élaborant un rapport entièrement dicté par le patronat et les intérêts capitalistes, rapport qui a presque rôle d’obligation.
La conclusion est toute trouvée : peut-on continuer longtemps à faire croire que l’on pourra changer de politique en restant soumis à l’Union Européenne, cette arme de guerre contre les peuples et leur souveraineté ?

Le 18 octobre 2010

Pascal Brula

Commenter cet article