Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Par en-bas!

Les manifestations du 2 Octobre ont encore été un grand succès. Hors ces manifestations, la lutte qui grandit en France contre la réforme de casse des retraites prend des formes très diverses un peu partout (manifestations spontanées de lycéens, blocage des ports, de zones industrielles, de péages, …) et des appels de plus en plus nombreux de fédérations syndicales, d’intersyndicales départementales, locales, d’assemblées générales de salariés, d’étudiants… font état d’une mobilisation qui s‘étend autour de l’exigence du retrait du projet de loi et de la nécessité d’organiser le blocage de l’économie du pays pour gagner.

Il faut aujourd’hui poursuivre ces efforts pour enraciner le mouvement et parvenir à une France en lutte générale, ne laissant aucun répit à Sarkozy et au Medef. Cette généralisation passe aussi par le ralliement de toutes les couches victimes du pouvoir des monopoles capitalistes et du gouvernement à leur service : précaires, petits agriculteurs, petits pêcheurs, chômeurs, jeunesse des quartiers populaires… : il faut isoler le grand capital et ses valets dont Sarkozy est le majordome. 

Mais il ne doit faire de doute pour personne que les états-majors syndicaux, et en premier lieu ceux qui donnent le ton de l’intersyndicale nationale, saisiront la moindre occasion pour hisser le drapeau blanc et signer avec le gouvernement. On sait à quoi s’attendre de Chérèque et de ceux qui veulent à tout prix l’unité avec lui qui réclame seulement, « pour sauver la face », que le gouvernement « subordonne le recul de l'âge du taux plein de 65 ans à 67 ans - prévu à partir de 2016 - à un vote formel du parlement en 2015 » ( !).

Le formidable mouvement qui est en train de se lever ne doit pas être détourné par des états-majors dont certains sont prêts à se coucher pour des miettes alors que la régression sociale frappe terriblement.

Les luttes doivent donc être conduites par ses acteurs à la base, et être placées sous le contrôle des travailleurs dans l'action, y compris en posant désormais la question des coordinations pour assurer un lien entre toutes les initiatives. La diversité des catégories commençant à se mobiliser et de celles à gagner encore à la mobilisation explique que cette France des luttes de l’automne 2010 prendra des formes très variées mais unies à la base par un même objectif contre un même adversaire.

Au même titre que la Révolution Française a produit ses propres élites, que la Résistance et le CNR ont balayé les élites d'avant-guerre mouillées dans la collaboration, le mouvement actuel doit, pour éviter d’être détourné, produire ses nouvelles élites qui militeront pour servir et non pas pour se servir. On les trouve déjà dans nombre d’UL et de syndicats combatifs qui rivalisent d’idées et d’actions dans la construction de la mobilisation présente.

Par en-bas, enracinons et construisons la lutte générale en France.

Sous toutes les formes décidées en bas, la France des luttes ne doit pas laisser de répit au MEDEF et à Sarkozy.

Front Syndical de Classe

le 3 octobre 2010

Commenter cet article