Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

Retraites, droit du travail, services publics, fiscalité, sécurité sociale :
tout ce que Bruxelles veut vous faire perdre
L'Europe est en train de détruire notre retraite, notre droit du travail, nos emplois, nos services publics, notre protection sociale …

 

acquis-sociaux-ue.jpg

 

Si la France suit à la lettre les recommandations économiques dévoilées par la Commission européenne, les droits actuels à la retraite, les services publics et les protections des salariés vont en prendre un sacré coup.
Voici une revue de détail de ces changements néolibéraux qui se cachent derrière le terme politiquement correct de « réformes structurelles », en fait le capitalisme est dans l’offensive contre nos droits et acquis..


Retraites rognées
L'objectif assigné par Bruxelles à Paris est de ramener à l'équilibre son système de retraites « pour 2020 au plus tard ». Pour ce faire, la Commission n'édicte qu'une seule consigne : « Eviter d'augmenter les contributions des employeurs aux régimes des retraites »


En clair, il s'agirait donc de jouer soit sur les niveaux actuels des pensions, donc sur le pouvoir d'achat des retraites, soit sur les droits à la retraite à taux plein des salariés, soit sur l'âge légal (65, 67 ans?), soit encore sur l'alignement des régimes spéciaux sur le régime général. Bref, c'est aux travailleurs de faire les efforts. « Pas touche aux cotisations des entreprises » tel est le message bruxellois.


Nous venons d’avoir la réponse du gouvernement cet automne avec une nouvelle réforme des retraites, la 5ème après celles de 1993, 1998, 2003 et 2010. Avant cela, une concertation engagée entre le gouvernement et les partenaires sociaux les 20 et 21 juin a permis de présenter une loi rétrograde à l’Assemblée Nationale avec le soutien des syndicats jaunes et félons… une 1ère sous un gouvernement de la « gôche »


Assurance chômage lessivée
Pour la Commission européenne, Le travail étant une charge, et non créateur de richesses, Bruxelles demande à la France de « doper sa compétitivité ». Après l'Accord national interprofessionnel (ANI) et sa récente transposition dans la loi, voici donc un second round de flexibilisation du marché du travail hexagonal.


Cette fois, les assurances chômage sont dans le viseur. Il faut « lancer en urgence une réforme de l'assurance chômage avec les partenaires sociaux pour assurer qu'elle rend attractif le retour au travail », dit la Commission. Fainéants de chômeurs!


Travail dérégulé
Dans la même veine, la Commission renouvelle sa demande de réforme du marché du travail et d'ouverture de certaines professions comme les notaires ou les taxis.


Elle souhaite que soit renforcée la compétitivité des services en agissant sur les professions réglementées par la suppression des quotas et autres restrictions juridiques. Elle préconise également de simplifier la législation sur les heures d'ouverture des magasins, la nuit et le dimanche et jours fériés.


Règlementations chassées
Selon Bruxelles, Paris devra aussi supprimer les tarifs réglementés sur le gaz et l'électricité et ouvrir le secteur du transport ferroviaire domestique des passagers (ce qui est déjà fait sur les rails et le fret) et favoriser les « hôpitaux privés » afin de créer une « dynamique concurrente »


Fiscalité remaniée
Là encore, un seul mot d'ordre: « tout pour les entreprises, les particuliers peuvent payer! » Les services de Jose-Manuel Barroso attendent de la France une « simplification » de sa fiscalité et transférer une partie des cotisations des entreprises vers l'environnement et la consommation.


Elle suggère d’abaisser la taxe sur les sociétés et élargir la base de l'impôt sur le revenu, de ramener les taux de TVA proches de la moyenne européenne... ce qui sera mis en place le 1er janvier 2014.


Moins de services publics
La Commission européenne n'a pas abandonné son bâton austéritaire pour cogner sur l'Etat social. Après avoir octroyé « gracieusement » deux années supplémentaires pour diminuer ses déficits publics en-dessous des 3%, Barroso a présenté la note en imposant un calendrier précis: 3,6% du PIB en 2014 et 2,8% en 2015, après 3,9% cette année.


Ces deux années supplémentaires ne sont « pas une solution de facilité, au contraire, c'est une exigence que la France fasse les réformes indispensables », a insisté le président de la Commission européenne. Ce dernier a en tête la simplification administrative de l'Etat via la future loi de décentralisation et la création de mégapoles : une occasion de gommer des missions de service public exercées par les collectivités territoriales. Les dépenses de l'Etat restent aussi sous surveillance.


La baisse des déficits impose des coupes budgétaires cette année 2013 et en 2014, auxquelles le gouvernement français a déjà préparé les esprits avec son budget d’austérité et ses nouvelles taxes.


Convergences Barroso / Hollande


José Manuel Barroso ne cache d'ailleurs pas les convergences de vues entre Bruxelles et le gouvernement français ces derniers mois. Selon lui, le « message d'exigence » adressé à Paris « est en ligne avec les préoccupations exprimées par le président français François Hollande ». Ce dernier était venu mi-mai dans la capitale belge pour rencontrer la Commission européenne. Il s'était alors engagé à poursuivre la mise en place de réformes, « non parce que l'Europe le demanderait mais parce que c'est l'intérêt de la France »… une manière de nous prendre pour des ânes et de donner de l’avoine au FN !


Principales sources / Humanité.
BASSIN MINIER VAINCRA 
BASSIN MINIER VIVRA – UNITÉ !
Union de Lutte des syndicats CGT du Bassin Minier Ouest

Commenter cet article