Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

 

A l’origine l’initiative des syndicats CGT du Bassin Minier Ouest (Auchel-Béthune-Bruay-Lillers-Isbergues). Appelant à un rassemblement à la Concorde au moment de l’ouverture du débat parlementaire sur la contre-réforme des retraites.

 

 

Après avoir constaté en effet la surdité aux revendications des travailleurs du pouvoir socialiste et sa docilité aux injonctions de Bruxelles.

 

 

Sans s’en tenir aux appels confédéraux pour le 10 et le 15 octobre et sans s’en remettre aveuglément aux états majors ces militants ont pris leurs "responsabilités interprofessionnelles en tant qu’élus des syndicats"

 

 

Et en faisant cette proposition "pour que chaque syndicat prenne aussi ses responsabilités en tant que structure qui représente les salariés et les syndiqués"

 

 

C’est ainsi que 200 à 250 militants et travailleurs, drapeaux CGT largement déployés se sont retrouvé ce 7 octobre aux alentours de l’Assemblée nationale en très grande majorité en provenance du Nord Pas-de-Calais et du Havre : terrItoriaux, salariés de Renault Sandouville, retraités, sans emploi, Total Gonfreville, des représentants de l’Union locale CGT de Vendôme, de Pontault-Combault …en un mot de nombreux représentants de province qui n’ont pas manqué de chambrer leurs camarades de l’Ile-de-France en scandant à plusieurs reprises "mais ils sont où, mais ils sont où… les parisiens ?".

 

 

Après avoir refusé de s’en remettre à un député socialiste (Michel Lefait de Saint Omer) ayant approuvé le texte d’accord sur la flexibilité de l’emploi, une délégation a été reçu par le député du Nord du Parti de gauche Marc Dolez

 

 

Un premier rendez-vous donc réussi dû à la seule initiative de bases de la CGT decidées à poursuivre leur travail de coordination des luttes, de rassemblement sur des contenus de classe sans compromission et sans illusion ni complaisance à l’égard du pouvoir socialiste.

 

 

La situation électorale cantonale de ce week-end à Brignoles (Var) où le maire communiste de la ville soutenu par le parti socialiste se retrouvait à tout juste 14% des voix loin derrière le candidat de l’extrême droite  alimentait d’ailleurs maintes discussions. Avec 67% d’abstentions il est vrai !

 

 

Une idée dominait au final les échanges : les accords sans principe et le soutien d’un parti socialiste totalement solidaire d’une politique gouvernementale tournée contre les travailleurs, la soumission à Bruxelles et à l’Union européenne, l’abandon de la souveraineté populaire c’est le passeport pour la défaite électorale et la montée de l’extrême droite !

 

 

Au final, un rassemblement et un type d’initiative prometteurs pour sortir de l’enlisement du "syndicalisme rassemblé, de l’alignement sur les orientations de la CES, les compromissions avec la social-démocratie et ses représentants dans le mouvement syndical comme les dirigeants de la CFDT signataires de tous les renoncements !

 

Le Front syndical de Classe

 

Commenter cet article