Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

TRIBUNE LIBRE

Relayé par Politis, un journal qui est général est pas trop mal inspiré, une pétition à l'initiative de quelques anciens, actuels ou futurs apparatchiks, de notables potentiels d'une gauche plus ou moins caviardisée, bobos de Montreuil ou de coeur de Paris battent la campagne pour obtenir un référendum sur les retraites.

Voici le texte que la Canaille a passé au journal :

Une initiative qui part d’un bon sentiment mais...

Outre la dimension toujours limite d’un populisme référendaire, pousser cette idée maintenant me semble faire deux impasses et pointe une limite :

La première, essentielle, la place des luttes leur rôle décisif incontournable pour battre un projet du capital et le gouvernement mandaté par celui-ci pour le faire passer par tous les moyens. Imagine-t-on un appel au référendum en plein milieu de la lutte contre le CPE ? Corollaire de cela : qui vote et qui cotise pour abonder la retraite ? On exclut des centaines de milliers de cotisants et de salariés concernés du droit de définir à quoi et comment doit être utilisé la part socialisée de leur salaire. Avec cette proposition, les mêmes qui sont médiatiquement connus pour se battre pour les sans papiers (qui cotisent pour la sécu et les retraites) accepteraient qu’un scrutin sur la base référendaire les interdise de débat ?

La seconde, c’est que ceux qui n’ont jamais été salariés ou ne le sont pas, ceux dont l’activité n’a jamais rien produit qui ait financé la protection sociale mais qui au contraire ont capté et veulent capter plus encore ces richesses, ceux qui bénéficient des rentes que leur fournit le lien de subordination salarial permettant leurs revenus bénéficieraient du même droit que ceux qui produisent les richesses qui abondent les caisses ?

Ainsi la patronne de "L’Oréal" et ses co-exploiteurs pourraient dire oui au texte de la droite et le goudronneur des quais du métro devrait rester spectateur sans pouvoir s’y opposer ?

La limite : Au risque de choquer voire blesser, cette proposition certes bien intentionnée révèle la coupure entre le monde réel qui se bat et les dépositaires par délégation auto attribuée d’un droit de proposition sur des sujets de société sans que les premiers intéressés aient eu à en débattre.

Utilité de ce débat : il montre les efforts à faire accomplir aux mieux intentionnés pour qu’ils se débarrassent de leur complaisance pour la délégation de pouvoir qui pilote leur approche des débats politiques.

Canaille le Rouge

 

Le plus important pour bien rassembler, c'est de garder les idées claires

Commenter cet article

vieuxberni 28/09/2010 09:26



Vivement la Sociale !


Vieux berni