Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Michel El Diablo

CGT-bosch-rodez.jpg

La presse n’a fait que de brefs communiqués, les journaux de 20 heures des TV n’en n’ont pas parlé. Il ne faut pas donner de mauvaises idées aux salariés au moment où patronat et gouvernement font tout pour écraser les salaires et convaincre les travailleursfrançais de la nécessité d’être plus « compétitifs » face à la concurrence « capitaliste » mondiale.

 

Après un court débrayage les salariés de Bosch à Rodez obtiennent une augmentation de salaire pour 2015 de 1,9% pour les ouvriers et employés, de 0,6 % pour les cadres et une prime exceptionnelle de 600 euros.

 

Bosch est un champion des « accords de compétitivité » et des profits réalisés à ce titre

 

Bosch France est une filiale du groupe allemand du même nom, avec 281.381 salariés dans le monde. En France il possède 22 usines et emploie 6.534 salariés.

 

Il est spécialiste de la sous traitance auto, fabrique de l’outillage portatif, du matériel de jardin, etc.

 

Ses profits (officiels) se montent pour la période 2010-2013 à 7884 millions d’euros dont 1251 pour la seule année 2013. La crise n’est pas pour tout le monde.

 

En France il a été un des premiers à mettre en place des accords dits de « compétitivité » avec la complicité active de la CFDT. Certainement inspirés du modèle allemand de « dialogue social » cher au patronat et au gouvernement.

 

Négociation avec un révolver sur la tempe : ou vous a acceptez la perte d’acquis, le blocage des salaires ou on ferme. Lâchés par les syndicats-sauf la CGT- les salariés ont accepté ce marché de dupe.

 

Il y a encore quelques mois le journal « les Echos » dans un reportage sur l’usine de Rodez se félicitait de la bonne ambiance qui régnait dans l’usine. Le journaliste n’avait dû entendre qu’une cloche, celle de la direction.

 

Les salariés de Bosch ont remis les pendules à l’heure. Ils ont tiré la conclusion que le patronat ne partage jamais. Pour les salaires rien ne vaut l’action. Une leçon pour tous.

 

source: site communistes

 

Commenter cet article