Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

camiva.jpg

Le constructeur de camions de pompiers CAMIVA, filiale d'IVECO, a annoncé la fermeture de son usine de Saint-Alban-en-Leysse (Savoie) à ses 171 salariés réunis mardi pour étudier un plan de reclassement, a indiqué la CGT.

« C'est une véritable catastrophe industrielle pour l'agglomération de Chambéry », a dénoncé le délégué départemental CGT, Antoine Fatiga, qui estime à « 600 à 800 le nombre total d'emplois détruits », en incluant les nombreux sous-traitants dans l'agglomération.

«  Près deux millions d’euros de pertes en 2011 (une première en 25 ans), un CE réunit un lendemain d’élections et en plein pont du 8-Mai, ça ne sentait pas bon. On pensait à un plan de sauvegarde de l’emploi ou une restructuration, mais pas à la fermeture pure et simple de Camiva. C’est une décision brutale et cynique », lâchent François Batiston et Jean Tardy, délégués syndicaux CGT de l’entreprise de camions de pompiers Iveco Magirus.

 

Source : « Pas si Dupes »

 

Front-de-gauche.jpg

 

CAMIVA: Communiqué du « Front de Gauche » Savoie

Le « Front de gauche savoyard » est scandalisé par la décision de sa direction de fermer l’usine « Camiva » de St-Alban-Leysse. Il affirme sa complète solidarité avec les salariés désormais menacés de licenciement. Il dénonce avec force l’attitude scandaleuse d’une direction qui, en délocalisant des activités, a sciemment préparé la fermeture du site.

L’usine « Camiva » de St-Alban-Leysse doit demeurer en activité avec tous ses emplois.

En effet « Camiva » fait partie du groupe IVECO, sous-groupe de FIAT Industries qui a vu son bénéfice net passé de 379 millions d’euros pour le 1er trimestre de 2012, contre 37 millions un an plus tôt.

On ne combat pas le chômage en fermant les entreprises ! C’est pourquoi, face à la volonté de la direction de casser un outil de travail d’une grande qualité, le Front de gauche en appelle à la mobilisation de la population et des élus autour des militants syndicaux et du personnel de l’usine. Il faut contraindre la direction de « Camiva » à renoncer à son plan. C’est possible, avec le rassemblement de tous dans la lutte pour l’emploi industriel.

Le « Front de gauche » veut en finir avec des situations comme celle que vivent aujourd’hui les salariés de « Camiva ». Il propose :

 

=> l’interdiction des licenciements boursiers ainsi que la distribution de dividendes pour les entreprises qui licencient ;

 

=> de donner des pouvoirs nouveaux aux salariés afin qu’ils puissent intervenir avec efficacité dans les choix de gestion des groupes industriels ;

 

=> de donner un droit de veto aux comités d’entreprise pour pouvoir repousser les plans de licenciements ;

 

=> de donner aux salariés un droit de préemption sur les entreprises abandonnées par leur direction.

 

Mais dans l’immédiat l’urgence est à la résistance et à la solidarité : Camiva ne doit pas fermer.

 

Le « Front de Gauche » appelle à soutenir les salariés en lutte pour préserver leurs emplois.

Chambéry, le 14 mai 2012

Commenter cet article