Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

bulletin-paie

Le Conseil Constitutionnel (organisation au service du capital) dont le rôle est de vérifier la « conformité » des lois avec la Constitution française, vient de rejeter la proposition du gouvernement concernant l'exonération des cotisations sociales salariales.

 

La propagande gouvernementale a présenté cette loi comme étant un moyen d'augmenter le pouvoir d'achat des salariés au SMIC et jusqu'à 1,3 SMIC.

 

Dans sa démonstration pour « vendre » cette disposition à l'opinion, le gouvernement a poussé très loin l'argument consistant à faire croire qu'il prenait en compte « les difficultés des plus modestes de nos citoyens ».


C'est à mourir de rire quand on sait que ce même gouvernement  n'a jamais depuis qu’il est en place, augmenté le SMIC.


Au contraire, il s'acharne à démontrer que le travail est un «coût » trop élevé et prend toute une série de mesures en accord avec le MEDEF pour le baisser. De plus, il a plongé 3 millions de contribuables supplémentaires dans les difficultés par des mesures fiscales etc…

 

Par contre, il a accordé allègrement 30 milliards de cadeaux supplémentaires aux patrons dans le cadre du pacte de responsabilité, qui viennent s'ajouter aux 230 milliards annuels dont profitent pour l'essentiel les multinationales du CAC 40.


La loi repoussée par le conseil Constitutionnel aurait eu pour effet selon les calculs des « économistes » d'augmenter les salaires des smicards d'environ 40 euros par mois (une révolution !!).


Qu'en est-il exactement ?

 

Confronté au mécontentement profond (luttes nombreuses – échecs aux élections – abstention massive – rejet de la politique), le gouvernement Hollande et ses alliés ont tenté de manipuler l'opinion faisant croire qu'ils allaient augmenter le pouvoir d'achat des plus démunis pour plus de « justice sociale ».


Il est nécessaire de rappeler que les cotisations sociales salariales et patronales sont une part de salaire non versée aux salariés pour financer la protection sociale (Sécurité Sociale – logement – chômage- allocations).


Vouloir exonérer le salarié de cette cotisation pour augmenter son pouvoir d’achat est un leurre grossier, une tromperie puisque qu’il utilise déjà cette part de salaire non versée pour sa propre protection sociale.


Le gouvernement a voulu poursuivre un double objectif avec cette proposition : faire taire la colère en évitant de « pénaliser » les entreprises et en poursuivant la casse de la sécurité sociale.


Répétons-le encore : il n’existe pas de « charges salariales ou patronales », le salaire est une rémunération (aléatoire)  du travail, dont une part est utilisée à protéger les salariés des aléas de la vie comme la maladie, les accidents du travail, le chômage, l’accès au logement, l’aide aux familles.


Concrètement le gouvernement  voulait réaliser un nouveau hold-up sur les salaires et supprimer une grosse partie du financement de la protection sociale déjà fortement pénalisée par les exonérations accordées aux entreprises (33 milliards par an).


L'absence de financement de remplacement de la Sécurité Sociale que cette loi aurait entraînée est une des raisons (entre autre politicienne)  invoquée par le conseil d'État pour la rejeter, mais ne doutons pas que le pouvoir va revenir à la charge si nous le laissons faire.


Il n’existe qu’un seul moyen pour améliorer le pouvoir d'achat des travailleurs et améliorer le financement de la sécurité sociale : c'est augmenter les salaires comme le propose notre parti, porter immédiatement le SMIC à 1700 euros nets par mois. Pour cela, il faut des luttes, nombreuses et déterminées, « Communistes » appelle à les engager sans plus tarder.

 

SOURCE:

www.sitecommunistes.org

Commenter cet article