Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Diablo

montee-mur-2013.png

Samedi 25 mai 2013, Rendez-vous à 14h30 

devant l’entrée du cimetière du Père-Lachaise 

 Rue des Rondeaux, Paris 20e (métro Gambetta).

REHABILITATION DE LA COMMUNE

 ET DES COMMUNARDS :

 UN GAGE DE DEMOCRATIE.

Réhabiliter les communards c’est reconnaître que grâce à leur combat la République a pu être installée durablement dans notre pays. Dès les premiers jours de sa courte existence la Commune met en place le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple. Elle installe la laïcité en décrétant la séparation de l’Eglise et de l’Etat. L’école devient laïque, gratuite et obligatoire pour les filles comme pour les garçons. La Commune lutte contre le chômage en réquisitionnant les ateliers abandonnés par les patrons et en instaurant l’autogestion par les salariés. Elle invente le salaire minimum, elle supprime les amendes sur les rémunérations. Elle commence à mettre en place l’égalité hommes-femmes. Elle défend et développe le service public. Elle réquisitionne les logements vacants pour les sans abris. Elle donne aux étrangers comme Léo Frankel, Dombrowski, Dmitrieff, Wroblewski et d’autres …la place qui leur revient dans la société en les déclarant citoyens à part entière.


Les mesures que les communards ont prises restent d’une brulante actualité. Nous voulons qu’aujourd’hui justice leur soit rendue. Plus de 10 000 personnes ont signé la pétition initiée par les Amis de la Commune de Paris pour demander la réhabilitation de la Commune et des Communards car l’amnistie n’a pas effacé l’injustice des condamnations iniques. Les interventions auprès de la présidence de la République, de la présidence de l’Assemblée nationale et celle du Sénat demandent une reconnaissance officielle des élus du printemps 1871. Leurs noms ont été gravés dans plusieurs halls de mairie mais aucune mairie parisienne, aucun des bâtiments publics où la Commune a été présente, ne devrait pouvoir se soustraire à ce devoir de mémoire.


Pour l’enseignement de la Commune à l’école, les fiches pédagogiques du ministère de l’éducation nationale destinées aux enseignants ont été modifiées afin que la Commune soit prise en compte. Il reste que les programmes scolaires et les livres d’histoire doivent être transformés pour laisser la juste place qui revient à l’histoire de la Commune dont les idées sont porteuses de progrès et de justice sociale.


Avec vous, exigeons que la date du 28 mars, jour anniversaire de la proclamation de la Commune, devienne une journée officielle de commémoration. L’enseignement de son histoire deviendrait ainsi incontournable !


Ce que le peuple a voulu en 1871 nous avons le moyen de le réaliser aujourd’hui. Ensemble nous pouvons obtenir les mesures nécessaires afin d’établir une république sociale comme l’ont rêvée les communards.


C’est en étant nombreux le 25 mai à 15 heures, rue des Rondeaux 20eme, à la montée au Mur des Fédérés, que nous prouverons cette volonté commune et fédératrice de faire de notre pays un modèle de progrès et de justice sociale. Conjuguons le passé au présent ! La Commune n’est pas morte ! 

 


Source: Les Amis de la Commune 


Commenter cet article