Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Avec la crise nous serions tous dans le même bateau, victimes des errements des « marchés financiers ».

 

En réalité, la crise n’est pas celle des marchés mais bien celle du capitalisme lui- même. C’est même son mode de fonctionnement. Les grands capitalistes qui possèdent les multinationales de l’Union européenne ne peuvent écouler toutes les marchandises que produisent les salariés qu’ils exploitent. Ces mêmes salariés ne peuvent pas acheter ce dont ils ont besoin, tellement leur niveau de vie a baissé. Les grands capitalistes n’ont plus qu’une solution : taper dans le travail vivant, rogner sur les salaires, les retraites, les cotisations sociales, licencier.

 

La situation des travailleurs privés d’emploi est de plus en plus insupportable :

 

- les allocations diminuent, la prime de Noël n’est qu’une misère ;

 

- la campagne idéologique souterraine et malsaine visant à en faire des assistés qui ne veulent pas travailler, fonctionne à tour de bras.

 

- Pôle Emploi éjecte encore plus de travailleurs qu’auparavant, ils sont baladés, traités comme des chiens ;

 

- On oblige les chômeurs à accepter n’importe quelle activité vaguement rémunérée, baptisée du nom pompeux de travail ;

 

- on ne compte plus celles et ceux qui renoncent à se soigner, tant la santé est devenue aujourd’hui un service hors de prix pour les sans travail.

 

- le nombre de travailleurs précaires, qui ne peuvent que survivre, explose ;

 

- les coupures d’électricité, les expulsions de logement, les crédits qui s’enchaînent sont le lot commun de tous les travailleurs pauvres ;

 

- les mesures d’austérité prises par le gouvernement Fillon aux ordres des capitalistes aggravent encore les conditions de vie des privés d’emploi.

 

Selon les chiffres officiels, le nombre de chômeurs (totalement sans emploi ou ne dépassant pas 78 heures de travail par mois) dépasse les 4 millions et demi de personnes. Combien sont-ils en réalité quand on sait la promptitude des services de Pôle Emploi à rayer des listes celles et ceux qui refusent un prétendu emploi ?

 

Le samedi 3 décembre 2011 à 13 h 30, à l’initiative du comité national des chômeurs et précaires de la CGT, aura lieu à partir de la place Gambetta à Paris la traditionnelle manifestation des privés d’emploi, précaires et travailleurs pauvres.

 

Au-delà de la revendication d’une vraie prime de Noël, 500 euros pour tous les demandeurs d’emplois, indemnisés ou non, cette marche sera celle du refus de cette société capitaliste qui brise des vies à n’en plus finir.

 

Le chômage n’est pas une fatalité, mais une donnée de la société capitaliste. Les pays socialiste d’Europe de l’est ne comptaient aucun chômeur, le droit au travail y était considéré comme fondamental. Il n’existe rien de tel dans le monde capitaliste.

 

Combattant toutes les injustices, les militants de « Communistes » appellent les privés d’emplois et les travailleurs précaires à participer à la manifestation du 3 décembre.

 

A quelques mois de l’élection présidentielle, gageons que certains s’intéresseront subitement au sort des privés d’emploi. Travailleurs avec ou sans emploi, nous n’avons rien à attendre de ces politiciens de droite ou de gauche.  

 

La crise est bien celle du capitalisme, et qu’en prenant sur les profits faramineux des capitalistes de ce pays, on pourrait porter le SMIC à 1800 euros net tout de suite ; augmenter tous les salaires, pensions, indemnités ; combler le déficit de la Sécurité Sociale, assurer le droit à la santé pour tous ; revenir au droit à la retraite à 60 ans au bout de 37 ans et demi de cotisations, etc.

 

Il est possible de profiter de cette élection présidentielle pour faire un pas de plus en avant dans la construction de la force irrésistible que le peuple représente quand il est uni dans la lutte contre le capital.

 

La manifestation des privés d’emploi, des précaires et des travailleurs pauvres du 3 décembre peut être un moment de cette lutte et de cette construction.

Source : d’après le « site communistes »

Commenter cet article