Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

C’est reparti de plus fort ! Ah l’Allemagne ! Le modèle, le rêve de Sarkozy et du M.E.D.E.F. cache la dure réalité vécue par le peuple allemand.
La baisse du « coût du travail » fait des ravages, 12 millions d’allemands et 1 enfant sur 6 vivent sous le seuil de pauvreté. La baisse des salaires et des pensions, les lois de 2008 sur les contrats de travail et le chômage partiel ont générés 6,5 millions de travailleurs précaires.
660 000 retraités de 65 à 75 ans sont obligés de compléter leur revenu par de petits boulots pour pouvoir vivre. Voilà le « modèle » que Sarkozy et ses sbires vantent à longueur d’antennes et dans la presse économique au service du capital.
La situation est identique en France, les objectifs sont les mêmes, baisser le « coût du travail » est devenu la règle, assénée jour après jour pour la rendre incontournable.
Nous en subissons les conséquences sociales : salaires, pensions, allocations en baisse. La pauvreté atteint 10 millions de personnes, le chômage explose, la précarité s’étend, le système de santé, l’éducation, les services publics sont petit à petit privatisés et soumis à rentabilité pour le profit.
Il n’est donc pas étonnant que les deux premières puissances capitalistes d’Europe agissent ensemble pour imposer leur politique aux peuples de la zone. Cette stratégie vise à faire croire qu’il n’y a pas d’autre solution et qu’il va falloir aller plus loin. Il faut poursuivre la baisse du « coût  du travail », aligner la fiscalité des entreprises, flexibiliser à outrance les contrats de travail, dérèglementer le droit du travail, avec en ligne de mire le code du travail, les statuts et les conventions collectives. C’est l’exigence du capital.
Les pressions exercées sur les gouvernements grec, italien, portugais, espagnol accusés de ne pas aller assez vite et assez loin, témoignent de la volonté du couple à régenter toute la zone euro.
C’est le sens du nouveau pacte de discipline budgétaire européen, adopté par 25 des 27 chefs d’Etats Européens pour mettre sous tutelle les budgets nationaux.
François Hollande veut rencontrer Angela Merkel, pour lui rappeler s’il en était besoin que les « socialistes » au pouvoir en Europe ont toujours fait et continuent à faire le travail quel que soit le pouvoir en place. Les politiques d’austérité dictées par le capital ont été appliquées partout. Les peuples qui souffrent et les profits capitalistes explosent.
Il n’y a donc rien à attendre de ce côté-là, ni des autres d’ailleurs… chaque candidat y va de son couplet : revoir le rôle des banques, fermer les frontières, sortir de l’euro… mais aucun ne remet en cause le capitalisme, la racine du mal. Aucun n’appelle à la lutte, seul moyen pour changer. Les travailleurs se mobilisent, des luttes puissantes se poursuivent en Grèce, en Roumanie et d’autres pays d’Europe de l’Est, en Belgique, Italie, Espagne, France, Grande Bretagne. Ces luttes sont le seul obstacle, le seul, au capitalisme. Les poursuivre, les amplifier c’est la condition première pour s’opposer et abattre le capitalisme pour s’opposer à lui et le vaincre.
 

 

 

Source : « site communistes »

Commenter cet article