Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

A dix-sept jours seulement du premier tour de la présidentielle, Nicolas Sarkozy a présenté le 5 avril 2012, son programme en 32 propositions.

lettresarko.jpgD’ emblée, il a placé son projet sous « l’objectif impératif » de purge budgétaire avec comme objectif la seule réduction du déficit public.

« Il y a un rendez-vous : moins de 3 % en 2013, l’équilibre en 2016 », a-t-il promis. On est prévenu ! Il veut nous le faire payer, c'est à dire nous les salariés, de manière à protéger les profits des plus riches.

L’assurance maladie devra économiser 13 milliards d’euros par an pour limiter la progression annuelle des dépenses à 2,5 % jusqu’en 2016. Il nous refait le coup de mélanger les deux budgets de l'Etat, celui de l'Etat et celui de la Sécurité sociale.

Or c'est le budget de l'Etat qui est dans le rouge, pas celui de la Sécu ! Mais par ce tour de passe-passe il entend protéger les niches fiscales qui plombent le budget de l'Etat.

 

L’essentiel de  la purge annoncée viendrait de l’hôpital public, sommé de poursuivre ses efforts de « bonne gestion » en économisant 4,5 milliards d’euros.

Cela se traduirait évidemment par de nouvelles fermetures d'hopitaux, de services et de lits, et par des suppressions massives d’emplois d’infirmières et de personnels soignants, ainsi que par le développement la sous-traitance coté nettoyage et entretien (bonjour les maladies nosocomiales !).

 

Ce sont surtout les malades qui sont visés !

Le candidat président stigmatise les malades qui refusent les génériques délivrés par leur pharmacien; ils ne bénéficieraient plus du tiers payant ! Cela ne conduiait qu'à une faible économie de 500 millions d’euros en regard des 13 milliards annoncés, mais on aura compris que cette mesure politicienne est essentiellement "pédagogique".

Il prétend vouloir récupérer 1 milliard d’euros en luttant contre la pseudo fraude sociale, notamment via la mise en place de la carte Vitale biométrique, qui coûtera une somme folle pour sa mise en oeuvre, ce qui permettra à ses amis de faire fabuleux profits à peu de frais en la produisant.

 

Mais surtout il veut récupérer 1,5 milliard en réduisant le nombre d’arrêts de travail et les prescriptions de transports sanitaires, car ion sait bien que les malades du cancer sont des fraudeurs potentiels !

Pour faire passer la pilule il prétend vouloir obliger l’industrie pharmaceutique à faire une partie de l’effort, en imposant des baisses de prix (3 milliards d’euros), mais surtout de volumes (1,5 milliard). On sait ce qu’il en est lorsqu’il s’agit de s’attaquer aux privilèges patronaux. Mais il y a aussi sans doute à craindre beaucoup de nouvelles délocalisations et de nouvelles casses de l’industrie française.

Vraiment, ça suffit ! On est prévenu ! Il faut changer de politique !

La CGT fait des propositions complètement à l'opposé !

Aujourd’hui la Sécurité Sociale souffre d’un déficit de recettes. la CGT avance cinq propositions dont la mise en œuvre peut se faire immédiatement :

 

1. Une « double modulation » des cotisations sociales « patronales » suivant deux ratios. Le premier considère la masse salariale rapportée à la valeur ajoutée (lorsque la masse salariale augmente, le taux de cotisation diminue) ; le second rapporte les revenus financiers à la valeur ajoutée (lorsque le revenu financier de l’entreprise augmente, elle cotise relativement plus).

 

2. La remise en cause des exonérations de cotisations patronales qui ont connu une croissance exponentielle depuis les années 90 et représentent aujourd’hui plus de 30 Mds € par an.

 

3. La création d’une contribution sociale assise sur les revenus financiers des entreprises qui pourrait également inciter ces dernières à développer leurs investissements productifs, matériels comme immatériels (dépenses de formation en particulier).

 

4. L’institution d’un fonds de garantie des entreprises, afin de rembourser les impayés de cotisations qui occasionnent chaque année une perte de recettes pour le régime général de l’ordre de 2 Milliards d’euros.

5. La soumission à cotisations sociales dans les conditions de droit commun des revenus issus de l’intéressement, de la participation et des plans d’épargne d’entreprise (PEE).

 

La CGT souhaite vivement qu’un grand débat national soit lancé sur cette question afin de préserver et de développer un système qui, depuis 1945 sur la base des principes fixés par le Conseil national de la résistance, a fait la preuve de son efficacité et que les tenants des thèses néolibérales n’ont eu de cesse de vouloir détruire depuis le début des années 1980.

Source : le blog de l’UL CGT de Dieppe

Commenter cet article