Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

pcof-jpgCombien d'intermédiaires pour fabriquer un plat cuisiné ?

Dans le système capitaliste actuel, que nous qualifions de système impérialiste, la fabrication et la commercialisation des produits de grande consommation mobilisent des centaines d'entreprises et les produits font des milliers de kilomètres avant de se retrouver dans les rayons des grandes surfaces.

Quand il s'agit de produits à base de viande, il faut ajouter toute la chaine du froid, grande consommatrice d'énergie. Quand il s'agit de produits alimentaires plus facilement stockables, les traders et autres fonds d'investissement peuvent pratiquer la spéculation à l'échelle mondiale. Peu leur importe que cela provoque des famines : au contraire, cela pousse les prix à la hausse. La seule chose qui compte pour eux, ce sont les immenses profits qu'ils en tirent.

Il devient presqu'impossible de reconstituer le circuit de fabrication d'un produit ; en tout cas, le consommateur final n'aura droit qu'à de vagues indications de "provenance", qui n'auront été "contrôlées" que par les entreprises elles mêmes. C'est une conséquence de la "libre circulation" des marchandises et des capitaux qui s'est accompagnée de la liquidation de tous les organismes de contrôle qui ne sont pas sous la coupe des grandes entreprises elles mêmes. C'est une manifestation concrète du poids et du pouvoir des monopoles qui dominent l'économie mondiale et imposent leurs marchandises et la façon de les produire.

Cette division internationale du travail, est basée essentiellement sur le critère du "prix le plus bas", sur fond de mise en concurrence d'entreprises dispersées dans le monde entier. La première "variable d'ajustement", c'est le prix de la force de travail. Le salaire d'un boucher travaillant dans un abattoir d'un pays de l'est européen est bien inférieur à celui de son homologue français. Et le prix de la carcasse de cheval est deux fois moins élevé que celui d'une vache (car la viande de boeuf est, en réalité, surtout de la viande de vache).

Les réseaux de communication et le développement des diverses formes de transport, ont permis aux monopoles d'étendre le champ de cette mise en concurrence. C'est un aspect de ce qu'on appelle la "mondialisation", vendue des années durant comme la clé du développement de tous les pays. L'affaire de la viande de cheval présentée comme de la viande de boeuf - et au prix de cette viande - montre toutes les possibilités de profits que les monopoles peuvent réaliser. Et ils ne sont pas à une fraude près.

La substitution de viande de boeuf par de la viande chevaline est une tromperie délibérée qui implique toutes les entreprises de la chaine. Depuis le donneur d'ordre, jusqu'à l'entreprise qui va procéder à la fraude à l'étiquette.

Depuis l'éclatement de cette affaire qui concerne pour le moment pratiquement tous les Etats de l'UE, les "découvertes" de fraude se multiplient. Et ce sont toutes les enseignes commerciales et sociétés de production qui sont concernées, y compris celles qui ont construit leur notoriété sur l'image du sérieux et qui vendent leurs produits à des prix supérieurs, alors que la matière première, voire le produit final, sont traités et fabriqués dans la même entreprise que celle qui fournit les autres marques.

On nous dit que dans cette affaire, il n'y a aucun risque sanitaire. En même temps, la commission européenne a donné le feu vert pour autoriser la commercialisation de farines animales pour l'alimentation des poissons. Mais on nous dit qu'ils ne seront pas nourris avec des farines de poisson !

Nous n'avons aucune confiance dans ces monopoles, pour qui le profit passe avant toute autre considération.

 

Parti Communiste des Ouvriers de France

Février 2012

 

Source : PCOF

 

Commenter cet article