Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

La CGT ne laissera pas faire !

cgt-posteLes 3 et 4 mai 2012, la direction de SFR a reçu, officieusement, les organisations syndicales représentatives et leur a expliqué être en phase d’écriture d’un projet de Plan de "Sauvegarde" de l'Emploi (PSE). La direction espère avoir terminé sa copie fin juin/début juillet, et pour le moment, aucune estimation ne nous a été donnée quant au nombre de salariés concernés par ces licenciements.

 

Pourquoi un PSE ? La direction se justifie par le contexte concurrentiel (arrivée de Free, marchés du fixe et du mobile qui arrivent à maturité). L'entreprise connaîtrait des difficultés financières. Par ailleurs, la société Vivendi rencontre des turbulences du côté des opérateurs de la finance, avec une valorisation boursière nettement inférieure à sa valeur réelle.

Le budget révisé pour l’année 2012 prévoit une baisse du Chiffre d'Affaires. Au premier trimestre, celle-ci s’avère être inférieure aux prévisions. Ce qui, selon nous, démontre clairement une volonté de la direction d'amplifier des effets de l’arrivée du 4ème opérateur afin de tenter de justifier ce PSE.

 

Ce budget prévoit également un cash-flow disponible pour les actionnaires d'environ 500 millions d'euros à la fin de l'année ! La direction de SFR nous explique qu'il faut réduire les coûts et que cela doit passer par des suppressions d'emplois. Les sous-traitants (un peu plus de 15.000 personnes) seraient aussi concernés par "l'effort de guerre" (en plus de la réduction du nombre de prestataires, CDD et intérimaires déjà amorcée).

 

Le mot est lâché. C'est en effet une guerre économique à laquelle se livrent les entreprises du secteur des télécommunications en France. Guerre que SFR entend faire payer aux salariés. Pour autant, pas le début d’une once de projet industriel (il serait annoncé ultérieurement, nous annonce-t-on côté direction).

 

Pour la CGT, les choses sont claires. Les Dirigeants souhaitent réduire les coûts, en utilisant les salariés comme « fusibles ». C'est inacceptable, quelle que soit l'entreprise. Ça l'est d'autant plus pour une entreprise qui dégage de tels bénéfices. Les salariés ne veulent et ne doivent pas être la variable d'ajustement de l'entreprise. Ils ne veulent, et ne doivent pas, être sacrifiés pour rassurer les marchés ! Si Vivendi est noté BBB, les salariés n’en sont pas responsables.

 

La récente nomination de Michel Combes n'est pas pour rassurer les salariés de l'entreprise. Son profil de "cost-killer" correspond tout à fait aux annonces que la direction de SFR vient de faire "en off". Seule inconnue: le nombre d'emplois concernés. La CGT propose le chiffre de 0, et invite l'ensemble des salariés travaillant pour SFR (sous-traitants et prestataires compris), à se rapprocher de ses militants partout sur leur lieu de travail, et ce, afin d'organiser la lutte. La direction veut faire des économies, la CGT voit 500 millions d'euros redistribués sans raison à un actionnaire qui ne produit rien… L’économie est donc toute trouvée. Les marges réalisées permettent de faire face, sans difficulté, à une baisse des tarifs tout en préservant l’emploi.

 

Les camps sont marqués: les actionnaires et les marchés d'un côté, les salariés de l'autre. Les intérêts des uns ne sont pas conciliables avec ceux des autres.

Montreuil, le 14 mai 2012

Commenter cet article