Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Singapour-carte.jpg

SINGAPOUR

 dictature capitaliste passée sous silence : 

la première grève depuis 26 ans

 conduit les meneurs du mouvement en prison

Les médias porteurs de l'idéologie dominante ont leurs bonnes dictatures, celles qui favorisent la libre entreprise et les intérêts des puissances impérialistes dominantes, et ses mauvaises, celles qui ne rentrent pas dans les projets du capital mondialisé.

 

Singapour fait partie de la première catégorie. Plaque-tournante de la finance internationale, paradis fiscal, la cité-Etat asiatique est de fait un régime à parti unique qui réprime toute opposition, historiquement au nom de la lutte contre l'anti-communisme.

 

Elle continue de bafouer les libertés d'expression, de la presse, les libertés d'association mais aussi les droits élémentaires des travailleurs, en particulier des migrants victimes dans le travail domestique de conditions de semi-esclavage.


Parmi les droits élémentaires niés aux travailleurs de la cité-Etat, le droit de grève.


Les 26 et 27 novembre dernier, 171 conducteurs de bus chinois de la SMRT, l'entreprise publique en charge des transports urbains à Singapour, ont lancé un mouvement de grève contre leurs conditions de travail inhumaines et des traitements salariaux nettement inférieures à celles des nationaux.

 

Il s'agissait du premier mouvement de grève depuis la grève des dockers en 1986.


La réponse de la dictature singapourienne fut immédiate.


Le Ministre du travail a dénoncé une « grève illégale » constituant une « menace à l'ordre public ». La centrale syndicale officielle (National Trade Union Congress) a soutenu le gouvernement contre les grévistes.


Vingt-neuf des grévistes ont été tout de suite arrêtés, leur permis de travail révoqués, et renvoyés en Chine dès le 2 décembre.


Quatre des meneurs – He Jung Liang, Gao Yue Qiang, Liu Xiangying et Wang Xianjie – ont été condamnés ce 25 février à une peine de prison de six semaines pour incitation et organisation d'une grève.

 

Le juge See Kee Oon a expliqué le verdict qu'il veut exemplaire : « Il s'agit de s'assurer que les autres ne soient pas tentés de manifester la même attitude de mécontentement envers les conditions de travail fixés par leur patron ».

 

Comme le dénonce le responsable Asie de l'ONG Human Rights Watch, Phil Robertson : « Singapour a beau être une économie de premier rang, cela ne l'empêche pas d'avoir un passif remarquablement négatif en termes de respect des droits civiques et politiques ».


« Un singapourien en possession de tracts politiques, ou critique envers un responsable politique est passible d'amendes prohibitives, d'interdiction de voyage et de peines de prison ».

 

« Singapour nie les droits fondamentaux des travailleurs en criminalisant les travailleurs migrants pour un arrêt de travail et en leur faisant subir des peines de prison, des amendes et la déportation »,a conclu Phil Robertson.

 

Vérité en-deça du détroit de Singapour, erreur au-delà ? Face aux dénonciations – de plus en plus timides au fur et à mesure de son ouverture à l'économie de marché – de la « dictature » chinoise se manifeste un silence complice à Singapour.

 

On peut toujours attendre de la part des puissances occidentale, promptes à l'ingérence humanitaire et démocratique, une dénonciation d'une dictature qui reste un pilier de la finance mondiale.

 

Article AC

 

Source : Solidarité Internationale PCF

Commenter cet article