Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

SNCM-CGT2.jpg

Depuis le 24 juin 2014, les salariés de la SNCM 

sont en grève contre la casse de leurs emplois 

et pour la défense de la convention maritime (pavillon français)

Le gouvernement prend une lourde responsabilité en refusant d’y répondre

Jeudi 3 juillet 2014, des incidents se sont déroulés sur le port de Porto-Vecchio, où des marins en grève ont été la cible de jets de pierres, puis d’engins fumigènes (pouvant générer un incendie).


Les marins ont été dans l’obligation, seuls, de se défendre. Puis un hélicoptère a survolé le port. Puis quelques gendarmes sont intervenus. Et ce sont les marins qui ont été dans l’obligation de lever l’ancre et quitter le port estimant que leur sécurité et celle du navire n’étaient plus assurées.


L’intégrité physique des travailleurs en grève a été clairement été mise en cause.


Il s’agit de la défense des travailleurs et de leurs organisations syndicales qui revendiquent leurs droits, leurs conventions collectives et leurs acquis sociaux, contre les diktats européens, contre leur mise en œuvre par le gouvernement français visant à la généralisation du low-cost, de la déréglementation, de la précarité.


L’acharnement contre la SNCM et ses marins (incluant les officiers et les sédentaires) n’a pas cessé depuis plus de 20 ans :


-le traité de Maastricht signé (1992), la « Corsica ferries » ouvre une première ligne entre Bastia et Nice en s’engouffrant dans la libéralisation ouverte par le traité.


-Toujours en application de ce traité, le 1er janvier 1999 est ouvert la possibilité d’embaucher des marins sur les eaux territoriales françaises en dehors du pavillon français dit de 1er registre. Et en 2001, c’est la suppression de la concession publique du service de continuité́ territoriale dont bénéficiait la SNCM depuis 1976.


-2003 : la commission européenne impose des cessions d’actifs à la SNCM, puis en 2005 le gouvernement décide la privatisation de la compagnie historique. C’est dans ce cadre qu’il va opérer un premier versement de 120 millions de subventions, aujourd’hui réclamés par les juges européens.


-Enfin, en 2006, c’est le tournant vers la privatisation (l’Etat ne détenant que 25 %) avec le transfert à Transdev.

 

-Ultime coup porté : le gouvernement, pourtant signataire d’un « plan long terme » en date du 31 décembre 2013, par son vote lors du conseil de surveillance du 12 mai 2014, laisse la voie libre à Transdev pour liquider la SNCM.


Les grèves à la SNCM ont eu lieu dans ces conditions : comme le disait un marin mardi 30 juin : « ça fait 30 ans que je suis à la SNCM, et ce que je constate c’est qu’il a fallu toujours faire des grèves défensives, car on n’a jamais revendiqué que le refus de perdre nos acquis, nos droits, ceux que nos anciens ont acquis au sortir de la guerre. Et ils détruisent tout ça pour laisser la place nette au low-cost ! ». Un autre ajoutait : « oui, nos revendications sont légitimes».

 

Le gouvernement, en refusant systématiquement de répondre aux conditions de maintien de la SNCM (dont la commande des navires à STX-France de Saint-Nazaire et la publication du décret dit « du pays d’accueil » maintenant les conditions d’embauche des marins dans le cadre du Code du travail français), alors même qu’il a signé un accord de mise en œuvre de ces engagements, ouvre ainsi la voie aux plus dangereuses exploitations de haines contre les travailleurs et leurs organisations.


Toutes les organisations politiques se réclamant du mouvement ouvrier ne devraient-elles pas dire : « Les revendications des marins, sédentaires et officiers de la SNCM, la grève avec leurs organisations syndicales CGT – FO – CFE-CGC, CFDT et SAMM sont légitimes » ?


C’est la position du POI.


Les secrétaires nationaux du Parti ouvrier indépendant
Claude Jenet, Daniel Gluckstein, Jean Markun, Gérard Schivardi

Paris, le 4 juillet 2014, 18 heures

 

 SOURCE

 

Commenter cet article