Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Le MEDEF, syndicat des gros patrons de France, l'a rêvé.
Sarkozy (représentant à temps complet du MEDEF) l'a fait. A sa manière, il « encourage la valeur travail ».
Ça prend la forme d'une gigantesque braderie :
Il est désormais possible de « s'offrir » un travailleur français pour... 50 euros par mois !
Ceci pour une embauche de sept heures par semaine, dans le cadre d'un CUI-CAE.
En effet, avec toutes les exonérations de cotisations et les aides, ça ne coutera que 50 euros par mois à la structure publique ou associative, dans les onze "département-tests" qui osent mettre en place cette humiliation.


soldes-travail.jpg
Le salarié, lui, touchera 170 euros par mois. Tant qu'il gardera sa patience. Un jour peut-être le salarié à 7 heures par semaine en aura marre d'être patient, marre de passer de structure d'insertion à l'intérim d'insertion, de temps partiel subi au CDD court, de petit boulot en petit boulot.
De salaires de misère... A salaires de misère.
Et alors il réclamera son dû, c'est à dire un emploi décent à salaire décent.
La vraie valeur du travail, n'est-elle pas celle qu'on veut bien lui donner ?

Alors, quelle valeur donner au travail ? Celle donnée par la bande du Fouquet's ? :

La valeur pour les actionnaires, le travail en miettes pour le peuple ?

Ca fait quarante ans que ça dure : Les patrons veulent un monde où les travailleurs seraient toujours moins payés, pour augmenter la plus-value versée aux actionnaires.
Ce qui implique de s'attaquer au SMIC, aux conventions collectives, aux accords de branches, et aussi... Aux cotisations sociales payées par les patrons.

Une autre stratégie patronale consiste à établir comme NORME le recours au temps partiel subi.
Il serait donc, selon le Medef et ses laquais du gouvernement, NORMAL de travailler pour un demi-smic, un tiers de smic, ou, encore mieux : 7 heures par semaine.

L'argent de la fraude fiscale, l'argent des exonérations et aides de toutes sortes, permettrait de renflouer toutes les caisses de sécurité sociale, et de relancer l'emploi en France.
Sarkozy et ses tueurs préfèrent s'en prendre à des proies plus faciles dans l'opinion publique.
Les immigrés, les roms, les fonctionnaires, les chômeurs, les allocataires du RSA d'être des fraudeurs, des feignants, des parasites.

L'aubaine est fabuleuse pour le Medef : Les patrons peuvent continuer à mettre la pression sur les travailleurs en poste qui ont peur de se retrouver au Pôle emploi. Les salaires stagnent, les conditions de travail se durcissent. Certains font faire des heures supplémentaires pas payées à leurs salariés. La sécurité au travail diminue. L'évolution de carrière est de plus en plus aléatoire. Les syndicalistes, les fortes têtes, sont matées.

Conséquence : Ça paie de moins en moins de travailler !
 

 

Le problème de fond est le salaire des travailleurs.
Il est plus que temps de redistribuer les richesses dans ce pays.
Il est plus que temps que tous les travailleurs puissent vivre dignement de leur travail.
Si les travailleurs étaient mieux payés, ils pourraient consommer plus, et donc relancer l'économie. Nous avons en France les moyens de payer tout le monde à 1700 euros bruts par mois.
Mais pour ça il faudrait bloquer les hauts revenus à 30.000 brut par mois... Et la bande du Fouquets ne veut pas lâcher ses privilèges.

Quand allons-nous nous réveiller, et défendre, enfin, nos intérêts ?
Allocataires RSA, salariés privés d'emploi indemnisés ou non, CDD, CDI, temps partiels : Nous sommes tous des travailleurs. Nous voulons tous EXISTER dans la société. Nous voulons une VRAIE place dans cette société.
Battons-nous, tous ensemble, pour un emploi décent, un salaire décent
Car nous le valons bien !
 

 

 

Source : « CGT chômeurs rebelles du Morbihan »

Commenter cet article