Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

fsc.jpg

Les Fralib sont en résistance (occupation de l'usine, dernier salaire non versé et pas de dialogue avec la direction) contre la puissante multinationale UNILEVER qui veut fermer l'usine de Géménos (thés et infusions Elephant) pour délocaliser en Pologne et en Belgique.

 

L’intérêt d'une multinationale en quête du profit maximum contre l'intérêt des travailleurs qui veulent le maintien et le développement de l’activité pour vivre[1], tel est le fonctionnement du capitalisme (1). Dans cette lutte, les travailleurs ne peuvent compter que sur eux-mêmes car les institutions françaises ou européennes sont clairement des outils du capital ; tandis que l'Union Européenne organise les délocalisations et la concurrence entre les travailleurs, le gouvernement français est moins empressé de faire respecter la loi contre UNILEVER que de casser le droit de grève dans les aéroports !

 

En réalité, Fralib, Goodyear, Contis, Renault, Peugeot, agents de sécurité des aéroports, enseignants ou personnels hospitaliers, précaires ou privés d'emplois..., c'est l'ensemble des travailleurs qui est victime depuis des années de la politique unique du capital, aggravée aujourd'hui au nom de la crise de leur système :

 

- dans le privé, le tsunami de la "rentabilité" et de la "compétitivité" s'abat sur nos industries: dans l’automobile (démantèlement des sites de production de Renault et de PSA qui prévoit la fermeture de deux sites (Aulnay-sous-Bois et Sevelnord)…après les élections présidentielles), dans la sidérurgie, les travailleurs d’Arcelormittal sont à nouveau dans la ligne de mire et la Fonderie du Poitou tente le même chantage que Continental : avec un chiffre d’affaires en hausse de 84%, elle envisage 25% de baisse de salaire et 15% de licenciements…

 

- Dans le public, des dizaines de milliers de postes supprimés chez les fonctionnaires qui subissent en outre un management agressif, hôpitaux publics mis en concurrence et démantèlement du système de santé et d'éducation,  accélération de la Privatisation à la SNCF (Fret,  voyageurs avec l'équipement à agent seul des TER en Régions, 1er TGV privé entre Venise et Paris le 12/12/2011), démantèlement de la Poste...

 

- Pour tous, augmentation des prix (logements, énergie...) et des impôts, prestations sociales laminées, diminution des pensions (la prochaine attaque contre notre système de retraites est déjà dans les tiroirs, avec plusieurs emballages suivant le résultat des élections...).

 

C'est la même stratégie dans toute leur Union Européenne, sous tous les gouvernements, appuyés par leur FMI.

 

La résistance s’organise ! Ce n'est qu'un début.

 

Les Fralib ont mis leur entreprise sous surveillance pour empêcher sa fermeture. Les Goodyear d'Amiens Nord, avec leur syndicat CGT, tiennent en échec depuis 4 ans un des géants mondiaux acharné à délocaliser…

 

Les travailleurs ont doublement raison d’engager la lutte, car un pays privé d’industrie est un pays affaibli.

 

Le ton monte aussi dans les services publics et la conscience que pour s'en sortir, il n'y a pas d’autres choix que de construire des convergences sur le fond, contre la domination capitaliste elle-même.

 

Partout en Europe, un mot d'ordre monte : nous n'avons pas à payer leur crise ; demain, il deviendra : nous ne voulons plus de cette société de crise, nous voulons une société faite pour et par le travail. C'est la voie de l'avenir.

 

Le Front Syndical de Classe

(affilié à la FSM)

(1) les travailleurs proposent un plan alternatif de reprise de l'usine dans une volonté de revenir à une fabrication à l'ancienne. Pour la solidarité financière, intitulez vos chèques « Solidarithé Fralib » et adressez les à : « Syndicat CGT Fralib SU, 500 avenue du Pic de Bertagne 13420 GEMENOS »



 

Commenter cet article