Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Manifeste du Mouvement des usagers des transports en communs solidaires avec les grévistes.

Parce que nous sommes tous dans le même wagon

Tous les jours, nous empruntons des moyens à notre portée ( train, métro, bus, tramway, etc) pour nous rendre sur nos lieux de travail, d'études, de loisirs...

Tous les jours, nous sommes conscients que des milliers de salariés conduisent, réparent, aiguillent, accompagnent le bon fonctionnement de ces infrastructures.

Tous les jours, nous sommes aussi conscients que ces salariés doivent malgré eux se heurter aux prérogatives de rentabilité venues d'en haut, qui tendent à réduire le nombre de moyens de transports, les rendre plus cher et plus difficilement accessibles.

Nous avons conscience qu'aujourd'hui , au nom de la même rentabilité, le gouvernement, le MEDEF et d'autres décideurs ont l'intention de prendre en otage l'ensemble de tous les travailleurs jusqu'à 67 ans.

Face à eux, nous sommes tous dans le même wagon : que l'on soit cheminot, employé ou usager des compagnies de transports, nous dénonçons leur arguments idéologiques qui visent à abolir notre système de retraites par répartition.

Si aujourd'hui les transports sont à l'arrêt, c'est parce que :

Les salariés comme les usagers ne veulent pas du travail comme seule destination jusqu'à 67 ans : nous ne voulons pas être condamnés à être à perpétuité des outils d'un système. Le boulot n'est pas notre terminus. 

Les salariés comme les usagers ont subit une crise qui a vu les plus riches s'enrichir souvent grâce aux revenus du capital. C'est en faisant cotiser ces revenus au même titre que les salaires que nous réussirons à financer les retraites. 

Les salariés comme les usagers en ont assez de subir le chantage au chômage justifier la stagnation des salaires et la réforme des retraites. Il est possible de créer des emplois, notamment dans le secteur public. Aujourd'hui, seul le gouvernement s'obstine à vouloir encore supprimer des postes alors que ceux-ci financent les retraites et améliorent la qualité des services publics.

Les salariés comme les usagers ne veulent pas voir les pickpockets gouvernementaux appauvrir leur future pension, pour la mettre dans la poche des investisseurs de fond de pension d'un système par capitalisation. Dans le train, comme ailleurs, nous en avons assez des premières et deuxième classe.

Dans une société qui impose des parcours professionnels discontinus, Les salariés comme les usagers ne veulent pas voir la précarité supprimer leur droit à la retraite. Chacun doit pouvoir être rémunéré et cotiser pendant ses périodes de formation. Même si nous sommes amenés à changer de travail comme de ligne de transport, nous avons besoin de nouveaux chemins de traverses afin de sécuriser notre parcours professionnel.

Question subsidiaire : Serons-nous à l’abri de nouveaux problèmes techniques provoqués par la fatigue et l'usure dans une société où il ne serait permis de voir le bout du tunnel qu'au bout de 41 annuités et demi ?

Comme 69% des français, nous soutenons aujourd'hui les salariés en gréve.

La lutte des cheminots, des employés des compagnies de transports est la notre, notre lutte est la leur

source : usagers-solidaires.blogspot.com

Commenter cet article