Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Nous avions affirmé qu’il n’y avait absolument rien à attendre de ce sommet « social » pour les salariés. Confirmation totale, tout ce qui a été retenu va dans le sens du patronat. Laurence Parisot est satisfaire : « Les questions ont été abordées avec une ligne directrice claire : la compétitivité de notre pays ». Etre « compétitifs », employeurs et gouvernement n’ont que ce mot à la bouche. Pour l’être ils ne connaissent qu’un seul moyen : faire baisser encore beaucoup plus ce qu’ils appellent sans vergogne « le coût du travail ».

Rappelons que la loi fondamentale du capitalisme, celle qui décide de toutes les autres, c’est avant tout la recherche du profit maximum. Pour cela il faut vendre moins cher que le concurrent qu’il soit européen ou… asiatique. Sinon le marché est perdu. C’est ce que nous vivons actuellement en France.

Revenons à ce sommet social. Les mesures les plus significatives, en particulier l’augmentation de la TVA vont toutes dans le sens des exigences du patronat. Il faut avoir du culot pour instaurer « le chômage partiel », qui permettra au patronat d’utiliser à son gré la force de travail tout en diminuant les salaires. Les accords dit de « compétitivité », qui sont le complément du chômage partiel, permettraient d’obtenir des baisses de salaires contre… le maintien de l’emploi. Passons sur d’autres mesures de la même veine. Pas étonnant que Mme Parisot du MEDEF soit satisfaite !

Les forces politiques sont très discrètes. Le thème fédérateur de la gauche et des Verts, c’est l’incompétence du gouvernement à apporter des solutions à la crise. On s’en serait douté !

François Hollande appelle cela une opération de mistigri… Une mystification économique ». Il va même jusqu’à parler d’une « faute sociale » ! Exactement les termes qu’on emploie quand on ne veut pas se mouiller ! Il se présente finalement comme le candidat le plus compétent pour faire passer les mesures que réclame le patronat. A Grandange, s’adressant aux sidérurgistes, il a même souligné qu’il convenait de ne pas s’affronter au patronat mais de discuter avec lui. Mittal le PDG d’Arcelor en tremble !

Comme d’habitude Marine Le Pen déverse des flots de démagogie sans toucher au capital.

Le mouvement syndical ? Chérèque juge ce sommet positif : « Nous avons obtenu quelques mesures utiles… même si elles ne vont pas aussi loin que nous le souhaitions ». J.C. Mailly de FO déclare avoir obtenu « des réponses sur certains points comme le chômage partiel ». S’ils s’interrogent sur la suite et feignent de s’opposer à l’augmentation de la TVA, ils la tiennent pour acquise et n’appellent surtout pas à la lutte. Thibault pense qu’il va falloir « rester mobilisés parce qu’il n’y a pas de réponses précises ». Il serait temps non ? La CGT a porté un avis négatif sur le « sommet », mais elle se garde bien d’appeler clairement à l’action. Elle a fait le service minimum avec quelques manifestations le 18 janvier et elle se retranche derrière son initiative du 31 janvier 2012 au Zénith de Paris où elle recevra les partis de gauche.

Il n’y a vraiment rien à attendre de tout cela. Une seule voie peut conduire le patronat à des reculs : la lutte unie des salariés.

 

Source : "site communistes"

Commenter cet article