Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

zeroeuro.jpg

Droite ou PS, en passant par la direction nationale actuelle du PCF, tous nous répètent que la sortie de l’euro serait un cataclysme. Une bonne manière d’éviter un débat qui dérange.

 

« Le retour au franc serait une catastrophe. Elle entraînerait immédiatement une forte dévaluation du franc et une augmentation des prix » nous disent-ils tous en chœur.

 

ET SI ON Y REGARDAIT DE PLUS PRES ?

 

Cette « dévaluation annoncée » aurait d’ailleurs d’autres conséquences :


-Tous les prix des produits exportés par notre pays seraient en baisse vis-à-vis des autres monnaies. Ils se vendraient donc mieux.


-S’il est vrai que les prix des produits importés seraient en forte augmentation, cette situation ouvrirait de nouvelles possibilités pour que des entreprises se créent ou se réinstallent en France et produisent ce que nous importions auparavant.

 

Au total, une balance commerciale qui redeviendrait positive, des centaines de milliers de créations d’emplois pour « compenser » les produits importés devenus trop chers et un coup d’arrêt naturel aux délocalisations ! Catastrophe ?

 

AUGMENTER LES SALAIRES

 

Bien entendu, la sortie de l’euro ne règlerait pas tout. Il faut impérativement la volonté politique de rompre avec la logique économique capitaliste.


Le retour au franc, la capacité de créer notre monnaie (par la Banque de France) et la nationalisation du système bancaire permettraient de « dégonfler la dette » et de ne plus emprunter sur les marchés financiers.

De quoi libérer des moyens pour augmenter les salaires et donc, par ricochet, par le biais des cotisations sociales, cela permettrait non seulement de revenir à la retraite à 60 ans mais aussi d’augmenter les pensions, de mieux rembourser les soins de santé …

 

UN DEBAT REFUSE CAR IL IRAIT « TROP LOIN »

 

N’est-ce pas d’ailleurs parce que ce débat déboucherait sur la remise en cause concrète, quotidienne, efficace du système actuel par chacun des Etats qu’il est refusé avec autant de mépris ?

 

Pour ce qui les concerne, les militants communistes sont bien décidés à ouvrir sérieusement ce débat quelle que soit la censure implacable que tentent d’imposer les marchés financiers pour leurs propres intérêts.

 

 

Source : Vive le PCF

Commenter cet article

cotty 11/03/2013 10:00


Coquille de ma part pas le camarade Henri mais Michel félicitations pour son site!

cotty 11/03/2013 09:57


BONJOUR CAMARADES! il est normal sur ce site que différents courants d'expression s'expriment! merci au camarade Henri. Entièrement d'accord avec le magnifique exposé du camarade
Christian. Salutations fraternelles communistes. Jean-Louis Cotty

Christian (CCL) 10/03/2013 22:46


Salut les Camarades!


L'UE est le cartel des etats bourgeois europeens. Elle est le visage normal, naturel, necessaire et inevitable du capitalisme a un certain degre de son developpement.


Si l'UE n'existait pas, le capitalisme DEVRAIT L'INVENTER! 


Tout simplement pour continuer a exister.


Rejeter l'UE sans rejeter le capitalisme c'est croire a Disney World, c'est aussi naif que de croire que la chirurgie esthetique va allonger l'esperance de vie d' un vieillard (ou
plutot d'une personne d'un "certain" age ) 


La riviere qui passe sous le pont n'est plus jamais la meme.


 


Il n'est plus possible pour le capitalisme europeen de revenir en arriere. La roue de l'histoire ne peut tourner que dans un sens. Un chien adulte grippe par toutes sortes de maux ne peut
pas retourner a l'etat de chiot bondissant de partout qu'il fut un jour.


Quand on constate que l'UE va nous faire "tous crever" comme dit le Diable Rouge, on ne fait que constater que le capitalisme "mondialise" monopoliste (a son stade supreme comme le
disait le Grand Lenine) va faire crever la race humaine et sa mere nouritrice, la planete (la Pachamama du Camarade Evo Morales).


Le capitalisme mondialise des imperialismes US, UE, Chinois, Russe et autres imperialismes "emergeants" (aux dents longues, genre indien et bresilien qui revendiquent leur part du gateau),
n'est plus le capitalisme de Robespierre ou de Thomas Jefferson.


Impossible de faire un lifting au capitalisme, de lui retirer a coups de bistouri plusieurs decennies, et de le ramener a sa periode "glorieuse" PRE-mondialisation. Si l'Homme et la planete
veulent connaitre un 22eme siecle , il faudra TRANCHER le noeud gordien, point barre !


La bete a grandi, a vieilli au point de deperissement, il nous faudra l'abattre avant que nous ne crevions tous avec elle.


Le KKE a raison, il faut expliquer qu'il ne reste au capitalisme plus une seule solution  a offrir aux peuples. Que l'unique sortie de secours qui existe encore face
au cataclysme c'est la revolution socialiste.


PS : Honor y gloria a nuestro COMANDANTE !

Henri 10/03/2013 19:38


bonsoir à tous les deux,


allez je me jette dans vos commentaires: je rejoins la position de Serge; je pense que l'important et le fondamental est pas la monnaie, mais le système; que l'on en soit au Franc , à l'Euro ou à
toute autre monnaie, le plus important et la priorité est de lutter contre le capitalisme;


pour parler d'un sujet qui me concerne et m'impacte, la décentralisation,  ce sont les députés français qui sont en train de mener la lutte contre les services publics nationaux.


imaginons que nous revenions au franc , en gardant autant de députés socialistes et UMP, je ne crois pas que fondamentalement, cela ira dans le sens d'une meilleure répartition des
richesses 


L'Europe est une créature de l'oliggarchie , l'état français bi-polarisé aussi; combattons les tous les deux au oprétexte de la lutte des classes et de la lutte contre les puissances de l'argent,
dans la rue et dans les urnes


Amitiés 

Diablo 10/03/2013 19:57



Bonsoir Henri,


Ravi de te retouver ici; en fait, ce qu'il faut c'est un débat sur ce sujet qui divise, n'ayons pas peur de le dire, le mouvement
progressiste.


Pour ma part, je n'ai jamais dit que la sortie d'UE et de l'Euro permettrait automatiquement aux travailleurs français de retrouver le plein emploi et un bon
niveau de salaires et de retraites.


Si j'osais, je ferais une comparaison avec une période historique douloureuse du 20 ème siècle : sans la Libération de notre pays, était-il possible
d'accèder au progrès social ? Non bien sûr. 


Pour autant, à la Libération rien n'était automatique: c'est le rapport de forces et la lutte des classes qui a permis ensuite ce progrès.


Aujourd'hui, notre pays n'a plus de monnaie, donc aucune marge de manoeuvre.


Amitiés,


Diablo 


 



Serge des bois 08/03/2013 12:25


On est bien d'accord, camarade diablo, l'Europe telle qu'elle est, est MAUVAISE !


Mais le fait d'en sortir, modifie-t-il le système mondial ?


Et si on en sort, avec quels moyens lutte-t-on contre le capitalisme mondial, autrement qu'en baissant le prix de nos exportations, c'est à dire en essayant d'être plus concurrentiels que
les autres ?


Et avec une monnaie ayant quelle crédibilité ?


Amitiés


 

Diablo 08/03/2013 13:27



Re-bonjour Serge des bois,


En fait, ce qui manque c'est un vrai débat entre militants sur cette question de l'U.E. et de l'Euro.


C'est à mon avis autour de cette question que se trouve des issues à la situation qui nous est faite.


Je suis d'accord pour dire, c'est évident, que si nous sortons de l'U.E. nous ne sortirons pas automatiquement des difficultés. Mais, je pense que si nous
n'en sortons  pas, nous vivrons l'austérité, de plus en plus insupportable jusqu'a la misère de masse et à perpétuité. 


En fait, il est bien évident qu'une sortie de la France entraînerait une explosion de la zone Euro et un retour général aux monnaies
nationales.


Aujourd'hui nous sommes dans un piège et les forces populaires ont du mal à présenter une alternative crédible aux yeux du plus grand nombre. Les gens ne
croient pas à "l'Europe sociale" totalement illusoire, en même temps ils ont un peu peur de sortir de ce carcan.


C'est un cercle vicieux, il faut en sortir et ne pas faire l'autruche comme le font les dirigeants des partis à "la gauche de la gauche".


Nous n'avons pas le choix. Or j'ai le sentiment qu'il est des sujets tabous, il faut que cela change sinon nous allons TOUS crever!


C'est mon avis


Maintenant il faut que le débat s'élargisse et qu'à son terme les forces populaires et nationales définissent une stratégie  en vue de proposer une
alternative à cette politique qui mène tout droit au recul de civilisation (je n'ai pas peur des grands mots comme tu vois, mais je ne crois pas être excessif). 


Mes Amitiés,


Diablo



Serge des bois 08/03/2013 10:46


"Supposons le problème résolu". A l’école, j’ai appris ça en géométrie. C’est un peu ce que j’ai ressenti à la lecture de cet article. Si
c’était si simple ! Hélas, je crois que là, on se berce d’illusions.


Qu’avons-nous aujourd’hui comme produits à exporter capables d’assurer une rentrée de devises suffisantes pour acheter ce dont nous avons
besoin pour continuer de faire fonctionner l’existant, et nourrir la population (matières premières, produits énergétiques, produits agricoles …) ?  Car, pour acheter ce dont nous avons
besoin, il nous faut une monnaie « échangeable », ou emprunter ! Si nous refusons (à juste titre) d’honorer le paiement de la dette actuelle, qui nous prêtera ? Si oui, à quel
taux ? Après une forte dévaluation de notre monnaie, la part de la dette augmenterait considérablement. Cercle sans fin.


Prenons un exemple : Airbus (fleuron de l’industrie européenne). Il n’est français que dans la tête de ceux qui ne voient pas la réalité.
Toulouse est une usine d’assemblage de pièces provenant d’Angleterre et d’Allemagne entre autres. Combien de temps faudrait-il pour la transférer, soit en Allemagne, soit en
Angleterre ?


Car il faut bien voir que si la France décide de sortir de l’Europe, ce sera une guerre ouverte avec l’ensemble des pays de la communauté et,
telle l’URSS en 1917, elle fera face à un blocus général. Nous n’avons aucun cadeau à attendre de nos adversaires qui, au contraire, feront tout et même plus pour qu’une telle tentative échoue.
Il faut donc s’attendre, pendant plusieurs années, à des difficultés CONSIDERABLES pour notre pays.


Si on ne veut pas une « contre-révolution » sanglante, il vaut mieux s’y préparer.


On ne réorganise pas la production agricole et industrielle d’un pays en quelques mois ni en quelques années. Il faut du temps pour que tels
bouleversements fournissent les effets escomptés.


Rester dans l’Europe avec l’Euro, oui nous avons des moyens de peser sur son orientation. La France est le deuxième contributeur à son budget,
cela lui donne voix au chapitre. La monnaie unique empêche les attaques que ne manquerait pas de subir un Franc réactivé.


Quel serait alors l’impact dans les autres pays européens d’une France proposant le retour à une gestion sociale de la finance, la création de
grands services publics, l’accès à la gratuité des soins, la garantie d’un logement,  etc … ?  Cela n’offrirait-il pas de véritables perspectives à un monde du travail bien
désorienté aujourd’hui ?  


Non, décidément, je ne suis convaincu ni par une solution, ni par l’autre. J’aurais pu développer des arguments contraires dans les deux
cas.


Ma seule certitude est que, quelle que soit la solution choisie, la guerre ouverte avec le capital international sera sanglante. Il ne
faut donc se bercer d’aucune illusion et expliquer clairement ce à quoi nous devons nous attendre. Notre envie de voir triompher la révolution à l’échelon français, européen ou mondial ne doit
pas cacher les difficultés auxquelles elle aura à faire face.


Vendre l’une ou l’autre solution en en cachant les retombées néfastes, est pour le moins irresponsable, voire criminel. Churchill, en 1940, a
clairement expliqué ce qui attendait les anglais, cela ne l’a pas empêché d’avoir le peuple derrière lui ...


Je pense que le choix doit se faire en fonction des solutions qui nous offrent le plus de moyens  pour contrecarrer les attaques du
capital.


Fraternellement.

Diablo 08/03/2013 11:23



Bonjour Serge des bois,


Merci pour cette contribution au débat.


A ce sujet: je te suggère de lire (si ce n'est déjà fait) le document QUELQUES POINTS DE REPERE SUR L'UNION
EUROPEENNE. 


Amitiés,


Diablo



moricio 08/03/2013 00:47


Deux obstacles à souliogner ;


L'un conceptuel qui est basé sur l'illusion de changer L'Union Européenne de l'intérieur et donc de pouvoir en  inverser les dictacts.


L'autre qui tient d'élus du FdG qui s'accrochent aux pantoufles du parlement européen. (et du tiroir caisse )


Les deux étant liés , difficile à partir de cette sacro sainte alliance de fait avec la droite et le PS de bousculer les orientations politiques , hélas il y en a une en embuscade qui surfe sur
ce que pensent les français  et la majorité des militants : La marine !


Il ne faut pas être devin pour envisager quels seront les scores de futures élections !