Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Michel El Diablo

Bala-Tampoe.jpg

La classe ouvrière et le mouvement syndical de votre pays viennent de perdre avec Bala Tampoe un de ses plus éminents dirigeants. Je veux m’incliner avec respect devant la mémoire de celui qui des années durant a incarner l’image et l’action du syndicalisme Sri Lankais. Je veux témoigner ici ma solidarité, comme celle des travailleurs et leurs syndicats qui en France et dans le monde ont bien connu Bala Tampoe!


Bala Tampoe était un internationaliste au sens ou les révolutionnaires l’entendent! C’est à dire tout autre chose que ceux qui en font un sujet de discours mais ne le traduisent jamais par des actions concrètes! L’internationalisme n’était pas pour Bala Tampoe un supplément d’âme mais l’indispensable prolongement qu’il fallait donner au combat historique de la classe ouvrière international pour créer les conditions de son émancipation.


J’ai bien connu Bala, voila 20 ans quand Tamara Kunanayakam m’avait  demandé d’organiser pour lui des rencontres de travail avec notre confédération syndicale: la CGT ! Notre organisation est la plus importante en France, en Europe et dans le monde, une des plus anciennes, une des plus respectées. Héritière de la Commune de Paris, des combats de la résistance armée contre l’occupation de notre pays pendant la seconde guerre mondiale, au premier rang des luttes anti impérialistes et anti coloniales. Bala connaissait très bien notre histoire, mais il était toujours d’une grande curiosité pour connaître nos débats et nos actions!


Avec Bala nous avions ainsi établis une coopération qui eu en particulier une traduction concrète dans la lutte des dockers de Colombo! Bala s’intéressait également aux actions, aux grèves qui sont les nôtres tout comme les vôtres. Nos luttes permanentes pour la défense de nos droits, pour en gagner de nouveau et pour ouvrir une autre perspective au monde du travail que celle du capitalisme: une perspective socialiste!

 

En France, au Sri Lanka et dans le monde nous sommes une même classe ouvrière, nous partageons des intérêts communs et la lutte de classes est notre combat commun à tous et à toutes. Il est celui de ceux qui produisent par leur travail les richesses et dont les intérêts sont fondamentalement opposés à ceux des riches, des patrons, des profiteurs et des gouvernements corrompus! Nous nous épaulons les uns , les autres et nous avons besoin de vos luttes pour gagner comme vous avez besoin des nôtres!


Internationalement Bala non seulement contribua à l’organisation de l’action mais il fit aussi connaître le syndicalisme de votre pays, son histoire, ses victoires comme ses échecs. Bala était un homme d’une grande culture, d’une curiosité sans limites, d’une vision encyclopédique du monde ! Nous avions souvent des débats passionnés et je dois l’avouer parfois nous nous opposions mais je veux dire ici avec humilité combien j’ai appris des connaissances qui étaient celles de cet homme d’exception: cet homme véritable.


Je me souviens qu’a l’occasion de l’événement que fut la conférence internationale du 150ème anniversaire du Manifeste Communiste à Paris et ou participaient des chercheurs, des universitaires, des hommes de culture et d’action d’un grand renom, Bala fut un des orateurs de la séance de clôture dans la prestigieuse Université de Paris La Sorbonne. Il savait être très impressionnant!


Une autre chose nous rapprochait! Bala Tampoe défendait une conception indépendante du Syndicalisme. Indépendante des partis politiques, des religions mais par dessus tout du patronat et des exploiteurs! Il considérait à juste raison que les travailleurs ont la capacité de s’organiser et de diriger eux mêmes leur combat sans le besoin d’un tuteur ou d’un donneur d’ordres. Il ne saurait y avoir ceux qui font et ceux qui décident! C’était là un sujet important dans la conception du syndicalisme qui était la sienne!


Bala avait l’habitude de dire “je suis d’origine Tamoule mais je suis avant tout un dirigeant syndical”. Il avait parfaitement compris combien toute ethnisation, tout communautarisme était le poison de la division et comment les politiciens pouvaient l’utiliser contre les travailleurs et leur indispensable unité. C’est aussi ainsi que Bala Tampoe voyait ce que l’on appelle “la réconciliation”!


Enfin pour de nombreux syndicaliste de mon pays et dans le monde Bala Tampoe était un homme d’une grand rigueur, totalement désintéressé, loin des avantages matériels et jamais a la recherche d’un quelconque avantage personnel! Mais par dessus tout il était un homme de principes. On ne négocie jamais ses principes et surtout pas ceux qui touchent a la souveraineté de son pays, a l’indépendance du mouvement des travailleurs, ou a sa maniéré d’être!


Je veux conclure en citant une grande écrivain française, militante communiste Elsa Triolet. Elle a écrit ” les barricades n’ont que deux cotés”. Il faut donc savoir choisir son camp! Bala Tampoe avait choisit le sien sans aucune hésitations, c’était celui des travailleurs et de son mouvement syndical.


Pour cette raison et cette fidélité a des principes Bala Tampoe restera pour nous tous , non une icône, mais un exemple qui doit inspirer les nouvelles générations des militants qui ont décidé comme lui avant eux de consacrer leur vie à cette noble cause humaine qui est celle du syndicalisme!

 

Jean-Pierre PAGE

 

source: collectif communiste polex

Commenter cet article