Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Les révélations par « Wikileaks » des documents du département américain ne semblent pas outre mesure bouleversantes pour notre connaissance du monde, mais elles n’en sont pas moins intéressantes, car elles étayent ce que tout le monde subodorait. Tout au moins pour ce qui est publié par les cinq journaux choisis qui ne nous font connaître que ce qu’ils estiment que nous devons connaître. Mais parfois, la révélation met à jour la nature profonde, l’essence serais-je tenté de dire, de prises de position d’individus dont certains nous ont vanté les mérites avec d’autant plus de zèle que cela servait à mieux masquer ou justifier leur capitulation. Bref, un des documents rendu public en Allemagne et sur internet, mais que « l’Humanité » s’est bien gardé de porter à la connaissance de ses rares lecteurs, concerne un certains Gregor Gysi, membre de la direction du Parti « Die Linke » et du parti de la Gauche Européenne. Ce monsieur aurait rencontré l’ambassadeur des Etats Unis d’Amérique à Berlin pour le… rassurer sur le programme de son parti. Celui-ci réclame la dissolution de l’OTAN, mais Gysi explique au représentant de son maître, l’impérialisme américain, que la formulation retenue, « dissolution de l’OTAN », l’a été pour faire plaisir aux militants, mais qu’en fait elle visait à empêcher l’adoption d’un amendement réclamant « le retrait de la RFA de l’OTAN ». Dans le premier cas explique-il, il s’agit d’un souhait qui n’a que peu de chance d’être réalisé car nécessitant l’accord de tous les membres, tandis que dans le second, il s’agit d’un mot d’ordre concret qui pourrait être mis en pratique (et qui semble avoir la sympathie des Allemands), constituant par là-même, un danger réel pour l’existence de l’OTAN.

On se souviendra que Gysi dans les années qui précédèrent le renversement du socialisme en RDA, ne ménageait guère la politique de l’Etat des ouvriers et paysans allemands, et portait au nu l’eurocommunisme, proclamant haut et fort qu’il voulait, bien sûr, « améliorer » le socialisme. Avocat, mais fils de dirigeant communiste, il défendait les dissidents. Lors de la contre-révolution et de la disparition de la RDA, il est un des promoteurs de la liquidation du mouvement communiste dans le PDS, pour exorciser le passé stalino-bureaucratique du socialisme étatique. Il mouille sa chemise dans la chasse aux sorcières dans le PDS contre les communistes et contre ceux qui avaient participé aux services de sécurité de la RDA (Gysi est bien entendu partisan de l’Etat de Droit, qui stipule que l’on ne saurait faire jouer une rétroactivité quelconque à une loi ou un traité). Il est un des promoteurs de « Die Linke », soutient la candidature du descendant de Bismarck aux élections législatives sur des bases politiques particulièrement floues (signe de son anti-dogmatisme, c’est évident). Mais jusqu’où n’irait-on pas pour promouvoir un socialisme démocratique et antiautoritaire ? Gysi est euro-constructeur, et membre de la direction du PGE, qui considère l’Union-Européenne comme un horizon indépassable, tout en admettant, que rien n’étant parfait, il serait utile de la relooker (en anglo-américain dans le texte) socialement, mais surtout pas que les peuples s’en débarrassent. Ces quelques rappels pour qu’il n’y ait aucune ambigüité : la rencontre de Gysi avec le représentant de l’impérialisme américain pour lui expliquer que le programme de « Die Linke » est un programme en trompe-l’œil (au moins sur cette question), s’inscrit dans la démarche critique visant à se débarrasser des conceptions staliniennes et du socialisme étatique et bureaucratique, cadre idéologique imposé par l’Union européenne (heureusement qu’ils sont là ceux-là) au PGE.

- NON !

Comment NON ? Seriez-vous des nostalgiques des utopies criminelles de la suppression de la propriété des moyens de production et d’échange, du pouvoir de la classe ouvrière, de la lutte des classes ? Staliniens !

Maurice Cukierman

Source

Commenter cet article