Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par DIABLO

prcf-logo 

A la demande de l’Allemagne de Merkel et de l’Angleterre de Cameron, - que tous nos libéraux et sociaux-libéraux autophobes osent présenter comme des modèles pour la France -, la « justice » européenne vient de statuer : l’Union Européenne  devra réduire des deux-tiers l’aide alimentaire apportée par l’UE aux personnes en danger de malnutrition, voire de famine. D’ordinaire si empressée à appeler de ses vœux l’imaginaire « Europe sociale », la direction du Secours populaire (à ne pas confondre avec les nombreux bénévoles qui se dévouent pour apporter la solidarité populaire aux personnes fragilisées par la crise capitaliste) est amenée à dénoncer cet incroyable attentat des Etats les plus riches contre les personnes les plus en danger vivant sur le territoire de l’Union Européenne : c’est dire si le danger est grave ! A l’approche de l’hiver, les dix-neuf millions de personnes qui « crèvent la dalle » dans l’Europe de Maastricht sont menacées de famine, et l’on n’a encore rien vu étant donné les graves plans d’austérité qui s’annoncent pour « sauver l’euro »… surtout après les présidentielles !

 

Bien évidemment, Merkel et Cameron renvoient le devoir de solidarité aux Etats-nations : car l’Union Européenne n’est là que pour financer le profit, ce qui reste des Etats-nations d’Europe serait alors chargé de socialiser les dépenses sociales : belle « solidarité européenne » qui signifie que les pays les plus pauvres devront mettre en place des soupes populaires tout en saignant leur population, pendant que les Etats les plus riches qui, comme la RFA, tirent chaque année d’énormes avantages de l’euro (c’est-à-dire de l’extension de la zone Mark), tireront leur épingle du jeu, engrangeant d’énormes bénéfices commerciaux et refusant toute répartition des dépenses ! Comme le disent les benêts politiques, « l’Europe, c’est la fin des nationalismes… ! »

 

Aussitôt les bonnes âmes social-démocrates s’insurgent : non pas parce que des millions d’enfants de chômeurs, mais aussi de pensionnés aux retraites cassées par Maastricht, risquent de rejoindre les files de sans abri ; non, ce n’est pas ce qui les inquiète le plus : il suffisait d’entendre sur "France 3" le député belge Campanella pour comprendre que ce qui inquiète la social-eurocratie, c’est surtout :

 

-que les émeutes de la faim embrasent les quartiers populaires de Dublin à Athènes et que cela plonge tous les pays d’Europe dans d’intenses affrontements de classes ravivant la seule Europe qui vaille : celle des luttes !

 

-que le ras-le-bol de l’Europe supranationale, qui est général dans toutes les classes populaires d’Europe, se change en rejet actif, et cela en pleine crise de l’euro, à un moment où le mécontentement populaire peut devenir explosif comme il l’est déjà en Grèce, en Islande, en Espagne ; comme le dit hypocritement le même député « socialiste » belge, « l’Europe n’est pas assez sociale, il ne faudrait pas qu’elle devienne antisociale »… comme si l’on pouvait citer une mesure sociale prise par l’Europe depuis le Traité de Rome, alors qu’on peut citer des milliers de directives européennes favorisant le grand patronat !

 

Eh bien nous, militants franchement communistes du PRCF, n’appelons pas les travailleurs à pleurnicher et à mendier auprès de cette Union Européenne des flibustiers de haut vol. S’agissant de la France, elle verse chaque année 19 milliards d’euros à l’Europe et elle n’en voit revenir que 9 sous forme de pseudo- « subventions européennes » : il y en a marre de « raquer » pour sauver une monnaie unique qui étrangle nos services publics, nos emplois industriels, nos acquis sociaux, notre souveraineté nationale, et qui est une cible privilégiée de la spéculation. Plus que jamais intensifions la campagne commune des vrais communistes et des vrais républicains pour dénoncer l’euro et l’Union Européenne, fédérer le peuple sur la base des principes du Conseil Nationale de la Résistance, mettre en cause le grand capital et renouer avec la lutte pour le socialisme.

 

C’est cela et cela seulement qui fera peur à tous les grands capitalistes et qui les fera plier, par peur de l’insurrection populaire. Sans oublier de dénoncer nos dirigeants UMPS qui soutiennent mordicus la « construction européenne » qui dévaste la France et appauvrit le monde ouvrier comme jamais ! Et sans croire une seconde Marine Le Pen, l’affidée d’Angela Merkel qui ne propose qu’une « sortie concertée de l’euro », autrement dit, qui subordonne la sortie de l’euro au feu vert de Berlin !

Comme disait Lénine, « on ne peut avancer d’un seul pas si l’on craint d’aller au socialisme ! ». Eh bien, pour que les richards cessent de se gaver pendant que les pauvres serrent la ceinture, il faut avancer vers le socialisme, et pour cela, l’étape obligée, -n’en déplaise à MM. Pierre Laurent et Mélenchon, qui ont passé la Fête de l’Huma à défendre l’euro et la perspective grossièrement mensongère de l’ « Europe sociale»-, il faut dire clairement : finissons-en avec l’euro et avec l’Union Européenne !

 

Si nous, les vrais communistes, disons cela ensemble, PRCF, RCC, URCF, Paris-15ème, Rouges vifs, etc., si nous les vrais progressistes et patriotes républicains passons à l’action commune, (et pourquoi pas lors des manifestations d’octobre prochain ?), il se pourrait que ce projet hideux d’affamer les pauvres pour gaver encore plus les richards ne se transforme en début de la fin pour l’Europe du capital !

 

Le 21 septembre 2011

Le Pôle de Renaissance Communiste en France

Commenter cet article