Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

usa-carte-drapeau

Le défaut de paiement de la première économie mondiale n'aura pas lieu. Sans surprise, Démocrates et Républicains ont trouvé l'accord budgétaire mettant fin à une crise budgétaire montée de toute pièce pour justifier un plan d'austérité de plusieurs centaines de milliards.

 

Les ficelles étaient grosses. Le monde pendu à un hypothétique « défaut de paiement » américain aux conséquences inconnues, un président « progressiste » pris en otage par une frange d' « extrémistes », le tout sous un compte-à-rebours digne d'un thriller.

 

La mise en scène médiatique était rodée, la réalité est tout autre. Les marchés financiers en sont un bon indicateur. Ils n'ont jamais paniqué. Wall Street, dont les cours ont fluctué au gré des négociations, a clôturé en nette hausse mercredi, à l'annonce de l'accord budgétaire.

 

L'accord voté à une large majorité au Congrès est celui prévu par les marchés : relèvement du plafond de la dette pour financer le gouvernement jusqu'en janvier 2014, accord sur les coupes budgétaires automatiques avant de relancer les négociations pour un plan de coupes structurelles.

 

Ce « shutdown », le 18 ème de l'histoire des Etats-unis. n'a rien d'exceptionnel. Il suivi le scénario habituel, celui de la crise de 1996 sous Clinton, ou de 2011 sous Obama déjà, servant à faire passer comme une dure nécessité des plans de rigueur adoptés par un président « progressiste ».

 

Un président démocrate instrumentalisant la frange extrémiste du camp républicain pour feindre l'intransigeance, avant de jouer l'impuissance pour mieux masquer le consensus général entre Parti démocrate et majorité Républicaine sur une politique économique ultra-libérale.

 



Plutôt un « lock-out » que « shutdown » : le peuple nord-américain pris en otage

 

Depuis le 1 er octobre, 800 000 fonctionnaires américains étaient au chômage technique, ceux des services publics dits « non-essentiels », fermés pour l'occasion.

 

« Services non-essentiels » : le terme est révélateur. On parle des services centraux de la santé, de l'éducation, des transports, de la justice, de l'énergie. L'essentiel de ces services étant par ailleurs déjà soit sous la responsabilité des États fédérés, soit privatisés.

 

Dans le même temps, les « services essentiels », notamment ceux travaillant pour la sécurité nationale (NSA, CIA, police, hauts fonctionnaires), eux ne connaissent pas la crise.

 

Des allocations vitales pour des millions d'américains ont été suspendues : le « Head Start » pour l'aide à l'éducation dans les milieux défavorisés, « WIC » (« Women, infant and child program ») pour l'aide alimentaire qui concerne 9 millions de familles en détresse.

 

Le « shutdown » ressemble prosaïquement à un « lock-out », une gigantesque grève patronale visant à placer délibérément les salariés dans une situation financière délicate, pour imposer un cadre favorable à des coupes dans les salaires, les aides sociales.

 

Contrairement au discours médiatique ambiant, au nom de la crise de la dette et des déficits, ce ne sont pas les Républicains qui ont pris en otage Obama, mais plutôt la classe capitaliste et ses serviteurs démocrates et républicains qui ont pris en otage le peuple américain.

 



« Obamacare » : fausse pomme de discorde, vrai consensus autour d'une opération de privatisation de la santé

 

Les médias ont fait de la « réforme de l'assurance santé » promue par Obama en 2010 le théâtre d'une opposition irréductible entre Républicains et Démocrates. La réalité est bien différente.

 

Le « Patient protection and affordable act », de son nom officiel, ou « Obamacare » comme l’appelaient ses détracteurs était une des promesses d'Obama en 2008. L'idée était de fournir une assurance santé universelle aux 50 millions d'Américains actuellement sans couverture.

 

Or, le projet est très loin d'une Sécurité sociale universelle et publique. Le système ressemble au modèle défendu par les think tank libéraux proches des Républicains, celui mis en œuvre … par l'ancien candidat républicain Mitt Romney dans son État du Massachussets.

 

Concrètement, le système qui est mis en place à partir du 1 er octobre s'apparente à un vaste plan de marchandisation de l'assurance-santé, offrant de nouveaux débouchés aux entreprises du secteur de la santé, des assurances, et de l'industrie pharmaceutique.

 

25 millions d'Américains, sous condition de ressources auront désormais accès à une couverture maladie (ce qui en laisse toujours 25 millions sur le carreau) qu'ils trouveront sur le « marché des assureurs privés », l’État assurant la solvabilité des plus modestes, par des aides et garanties.

 

La fronde républicaine a été d'abord massive, fustigeant une « réforme socialiste », jouant la carte identitaire de la défense de la liberté individuelle pour contenter un électorat conservateur.

 

Le « Tea Party » en est une illustration extrême, reflet tant d'un mouvement de fond aux relents fascisants dans la société américaine qu'habile épouvantail destiné à faire passer Obama pour un « radical » et les Républicains lambda comme des « modérés ».

 

Pourtant ces derniers mois, les ralliements à l' « Obamacare » se sont multipliés dans le camp républicain. Sous pression de l'industrie de la santé et des assurances, au moins cinq gouverneurs républicains avaient apporté leur soutien en mars denier au projet d'Obama.

 

Pendant la crise, les élus républicains ont fait passer le message que la lutte contre l'Obamacare n'était pas la bataille centrale, que l'essentiel était ailleurs : sur la politique d'austérité, sur le démantèlement de l'Etat-providence américain mis en place dans les années 1930 puis 1960.

 



Consensus entre Républicains et démocrates sur l'austérité et le démantèlement de la Sécurité sociale

 

Un accord a pourtant été trouvé sur l' « Obamacare ». Le système sera mis en place, avec de nouvelles restrictions sur les conditions d'éligibilité. Loin d'être une défaite des Républicains, il s'agit d'une victoire de la classe dominante américaine. Elle a aussi masqué l'ampleur du consensus.

 

Car le véritable enjeu, c'était la poursuite des coupes budgétaires, de la politique d'austérité dont l'instigateur est depuis 2008 le président Obama, en concertation avec les Républicains.

 

Ces trois dernières années, les salaires des fonctionnaires ont été gelés, tandis que plus de 750 000 d'entre eux ont perdu leur emploi, effet des politiques d'austérité, tandis que les budgets des services sociaux ont été drastiquement réduits. Voilà pour la politique sociale réelle d'Obama.

 

On peut rappeler qu'au même moment le gouvernement américain a lâché plus de 380 milliards de $ pour renflouer les banques (Citigroup, Bank of America), les grands groupes industriels (General Motors) menacés de faillite.

 

Entre 2008 et 2013, la dette a doublé, passant de 9 000 milliards (69%) à 16 000 milliards (104% du PIB). Son origine, outre la progression du déficit commercial, se trouve dans cette politique de financement public du grand capital financier.

 

Pourtant le prétexte de la dette a permis à Obama de mettre en place son innovation, un programme de coupes budgétaires automatiques, les « sequester ». En l'absence d'accord budgétaire spécifique, il s'applique chaque année sur les « services publics non-essentiels ».

 

En 2013, ces coupes se sont élevées à 85 milliards de $. Elles devraient se chiffrer à plus de 1 000 milliards de $ sur les huit prochaines années. C'est sur la défense de ces « sequester » que s'est réalisé le consensus entre Républicains et Démocrates au Congrès.

 

Certes, le relèvement du plafond de la dette n'accorde qu'un répit avant une deuxième phase de négociations, début 2014, sur les plans budgétaires à long-terme pour l’État américain.

 

Des tensions existent, notamment sur la question de la hausse des impôts, idéologiquement sensible pour les Républicains, bien que les deux partis ne soient pas enclins à faire contribuer grandes entreprises et plus riches.

 

Le gros morceau à venir, c'est le démantèlement de la Sécurité sociale américaine, enfin ce qu'il en reste, avant tout les dispositifs Medicare ou Medicaid, des assurances sociales partielles publiques, réservées aux retraités et aux plus pauvres.

 

Ces allocations, inscrites dans un système globalement privatisé, contribuent déjà à engraisser le secteur privé de la santé, elles ont déjà été attaquées – notamment sous la période Clinton – en durcissant ses conditions d'accès.

 

Le président Obama avait présenté en mars dernier son plan à long-terme pour Medicare et Medicaid : un plan d'économies de 400 milliards de $ d'ici 2020, inscrit dans un plan d'économie sur la décennie de près de 1,8 mille milliards de $.

 

Ce plan reposait notamment sur des coupes massives dans le budget des hôpitaux, des déremboursements généralisés et un changement du mode de calcul des aides, permettant de diminuer drastiquement le montant des aides.

 

Obama a insisté sur le fait que la réduction des déficits, et de la mise en place des « réformes structurelles » dans le secteur de la protection sociale, la priorité de son mandat. Le responsable de la commission budgétaire au Congrès, Paul Ryan (du Tea Party) a déclaré partager ces priorités.

 

Son programme « Obamacare » s'inscrit aussi dans cette grande transformation, à la fois vers plus d'austérité et plus de privatisation. Cela explique le consensus entre Républicains et Démocrates, masqué derrière un jeu de dupe destiné à tromper leurs électorats respectifs.

 

Bien loin les illusions sur l' « humanisation » du capitalisme américain avec l'élection d'Obama, le consensus entre les deux partis du capital américain est plus fort que jamais pour maintenir les privilèges d'une petite mince couche de la population américaine.



Article AC


Source: http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Commenter cet article