Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

bon-capitalisme.jpgAu risque de me répéter comme un vieux disque rayé, je rappelle que le néolibéralisme n’est pas un nouveau système mais une politique, la politique actuelle du capitalisme. Il est le résultat de l’échec du capitalisme « Providence » vaguement keynésien et qui ne peut plus être répété car il est mort et enterré. Vouloir centrer les efforts contre le néolibéralisme équivaut tout simplement à tirer contre l’ombre du système.

Il n’y a pas de « bon » capitalisme : il y a un régime d’exploitation, d’oppression, de racisme, de colonialisme et de guerres qui est prêt à tout pour garantir le taux de profit des grandes entreprises financières et monopolistiques. Les capitalismes d’État et les politiques d’assistance et de redistribution des richesses font également partie de ce système mondial et le soutiennent.

La différence entre les gouvernements qui sont des agents directs du capital financier et ceux qui essaient d’avoir une quelconque marge de manœuvre réside dans le fait que ces derniers appliquent certaines politiques qui, tout en défendant les profits des capitalistes, doivent prendre en compte la nécessité de soutenir le marché et ces profits capitalistes avec des subsides à la consommation et aux services. Ils doivent céder quelque chose aux mouvements sociaux et à la contestation ouvrière pour éviter qu’ils ne s’organisent de manière indépendante.

Les gouvernements « nationaux et populaires » n’appartiennent cependant pas à une catégorie distincte : tout comme les autres, ils acceptent la spoliation sauvage de la grande industrie minière et pratiquent un « extractivisme » qui détruit les biens communs (eau, bois, terres, minerais) et les pollue, comme le démontre l’exemple de la Chine. Ils placent la croissance économique au-dessus du développement humain, réduisent au minimum les droits humains et sociaux ainsi que les marges de la démocratie. Ils n’ont rien de « populaires » et ne sont donc pas non plus « nationaux ».

Et voici que, par-dessus le marché, Samir Amin (*) découvre dans « Viento Sur » et dans « Utopie Critique » que la France est sans doute impérialiste, mais qu’elle joue au Mali un rôle progressiste qu’il faut soutenir parce qu’elle combat l’islamisme extrémiste financé par le Qatar et utilisé par les États-Unis pour démanteler les Etats africains et renverser le gouvernement algérien.

La France a été l’un des plus grands colonisateurs et diviseurs de l’Afrique et elle est responsable du million de morts (sur 11 millions d’habitants) de la guerre d’Indépendance de l’Algérie, sans compter les centaines de milliers de victimes au Maroc, en Tunisie, à Madagascar, l’horrible massacre du Burundi et la tragédie du Biafra, quand elle a voulu démembrer le Nigeria, Etat islamique qui menaçait ses intérêts. Elle soutient au Mali un gouvernement incapable et corrompu surgi d’un coup d’Etat et qui, faute d’un appui populaire, s’écroulait devant une poignée d’islamistes touaregs, médiévaux et esclavagistes, soutenus et armés par les États-Unis et le Qatar avec les armes que Sarkozy avait vendues à Kadhafi.

Les socialistes français, qui ont soutenu jusqu’au bout la guerre coloniale en Indochine et les massacres en Algérie (Mitterrand a été onze fois Premier ministre pendant ces guerres et les avait couvertes), jouent leur rôle habituel « de médecins au chevet du capitalisme », comme le disait l’un d’eux, León Blum.

Nous sommes tout simplement devant un conflit d’intérêts entre l’impérialisme français, avec son uranium au Niger et le gaz de l’Algérie (son pays-client) et l’impérialisme des Etats-Unis, avec son fidèle caniche britannique, parce que Washington ne veut pas seulement disputer l’Afrique à la Chine, mais aussi à la France.

Samir Amin s’oppose à l’autonomie des ethnies et des régions parce que, selon lui, cela affaiblirait les États africains. Mais ces derniers ont été inventés avec un papier, un crayon et des équerres par les colonisateurs et ils sont tous multiethniques et multiculturels. Et c’est la répression menée par les militaires nationalistes maliens unis à la France qui a renforcé le séparatisme des Touaregs et les a jetés dans les bras du Qatar et de Washington. C’est la répression des nationalistes soudanais qui a favorisé la création – sur une base religieuse et de couleur de peau – du Sud Soudant, un Etat fictif à la botte des États-Unis.

Ceux qui pensent qu’il faut soutenir les « bons » capitalistes prétendument antiyankees et les « bons » impérialismes qui s’opposent à Washington pour mieux opprimer les Africains ne voient que les Etats et non les classes ou les secteurs sociaux qui pourraient s’unir contre toute forme de colonialisme. Ils excluent ainsi l’internationalisme – l’opposition des travailleurs français à l’impérialisme français, par exemple - qui fut la grande force qui a permis l’Indépendance algérienne et la victoire vietnamienne. Il est lamentable que des gens qui pendant des décennies se sont attaqués au capitalisme et à l’impérialisme tombent aujourd’hui dans la « realpolitik » la plus plate et pensent que le plus important est la force relative que peut avoir « l’ennemi de son ennemi » (capitalistes « progressistes » ou « bon » impérialisme) et non pas la manière dont les opprimés pourraient trouver la force de lutter contre tous leurs ennemis et adversaires.

Bien entendu qu’il faut combattre le rôle de Washington et du Qatar en Syrie, ou dans leur soutien aux islamistes touaregs, qui réduisent en esclavage les Bella et font du trafic de drogue, veulent conquérir le Mali « noir » et brûlent les livres de la bibliothèque de Tombouctou, qui fut l’un des premiers centres mondiaux de la culture au XIVe siècle. Bien entendu qu’il faut combattre les plans des États-Unis pour toute l’Afrique. Mais cela ne signifie pas qu’il faut se ranger au côté des concurrents de Washington, qui sont tout autant ses partenaires dans la guerre en Syrie et dans le soutien à Israël.

Dans tous les pays africains des tendances anticolonialistes et indépendantistes ont toujours surgi, parmi les intellectuels et jusque dans l’armée, tendances que la bourgeoisie française a précisément aidé à liquider. Ce qu’il faut soutenir, c’est le développement et la maturation de ces tendances et nullement le « moins mauvais » impérialisme.

Guillermo Almeyra

(*) Voir : http://www.legrandsoir.info/mali-janvier-2013.html

Publié dans le quotidien « La Jornada » (Mexique). Source :
http://www.jornada.unam.mx/archivo_opinion/autor/front/13/35...

Traductions française pour Avanti4.be : Ataulfo Riera http://www.avanti4.be/analyses/article/quelques-reflexions

 

Source : Le Grand Soir

 

Commenter cet article