Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

photo-jlLes médias, chaînes de télé et radios publiques, ne font plus « dans la dentelle ».

Leurs bulletins d'information s’apparentent à l'objectivité de la propagande allemande, durant l'Occupation.

Seules sont admises les opinions favorables à l'économie de marché, en clair au système capitaliste.

Et seuls ses partisans, qualifiés « d'experts », de « spécialistes », « d'économistes distingués », ont droit à la parole, tant dans les (faux) débats que dans les chroniques quotidiennes.

Certes, cette situation n'est pas nouvelle. Mais à cette chape de plomb s'ajoute depuis quelques mois une entreprise de « désinformation » systématique, en particulier en politique internationale.

Les mensonges et les omissions délibérées font le quotidien de tous les médias officiels.

« Plus le mensonge est gros, plus il porte » déclarait Joseph Goebbels, le ministre de la propagande nazie.

Les Français l'ont subi de 1940 à 1944, dans la France occupée sous la coupe de la Propaganda Abteilung. .

Aujourd'hui, cette « technique » est appliquée, sans limite et sans retenue, par ceux qui nous gouvernent.

L'objectif est de semer le trouble dans les têtes et d'anesthésier tout esprit critique.

Et, de cette façon, retarder la prise de conscience collective de notre peuple.

Quelques exemples de manipulation grossière de l'information :

Sur les évènements de Syrie, seule les infos  émanant des sources occidentales, des adversaires du gouvernement de Damas, sont admises comme la seule « vérité », qu'il est interdit de discuter. Pourtant, nous ne sommes pas en guerre et rien ne justifie la censure de toute opinion contraire. Seulement, il faut préparer l'opinion française à une intervention militaire contre Bachar el-Assad, objectif déclaré par Nicolas Sarkozy, et par l'usage du faux, neutraliser toute opposition.

Sur la situation en Russie, tous les médias dénoncent la dictature de Poutine, se félicitent que le parti de celui-ci est subi un échec électoral lors des dernières élections. Et de tendre les micros à tous les opposants. En fait, pas à tous, et surtout pas à la seconde force politique dans le pays, le Parti communiste de Russie, qui a obtenu officiellement 19% des voix, bien plus si on considère que le scrutin était truqué.

Les Français n'ont pas à savoir que les communistes ont doublé leurs voix, car ce résultat met en cause les savantes dissertations sur nos antennes, selon lesquelles le « communisme » et son régime étaient considérés comme «  l'enfer détesté » par le peuple russe.

Sur la situation en Hongrie, l'ensemble des chroniqueurs s'offusque des décisions prises par l'actuel gouvernement de Victor Orban. Le pays serait ainsi livré au totalitarisme d'un parti d'extrême-droite.

Et de comparer ce régime à « la dictature communiste » de la Hongrie populaire...

Or, Victor Orban était le chouchou de nos médias quand il se voulait incarner l'anticommunisme le plus virulent. Ce qui est toujours son attitude hautement revendiquée.

Quant aux mesures annoncées par le chef du gouvernement hongrois  (qui « mettent en cause la démocratie »), notre information officielle  énumère des griefs tels que la mise sous contrôle par le  pouvoir en place,  de l'information, de la police, du système électoral (en fait un système très proche de celui en vigueur en Grande-Bretagne, avec un seul tour de scrutin, système envisagé par notre président de la République).

Ce n'est pas dans la France de Sarkozy qu'on verrait de telles dérives totalitaires...

Quant aux « valeurs » mises en avant par Victor Orban, et décriées par nos médias, elles sont proches de celles du régime fasciste de l'entre-deux guerres de l'Amiral Horthy, allié d'Hitler, et qui plaisait tant au grand-père de Sarkozy

Alors pourquoi cette volonté de mettre la Hongrie au ban de « l'Europe » ?

Simplement,  parce que le gouvernement actuel a décidé de replacer la Banque Nationale de Hongrie sous l'autorité de l'Etat hongrois, et non plus sous la dépendance de la BCE...

Grave pêché vis-à-vis de l'Union européenne pour laquelle il faut punir le coupable...

Tels sont quelques exemples, pris entre mille, des pratiques de nos médias officiels.

Jean Lévy

 

 

Commenter cet article